"24 heures pour le Seigneur", une expérience de nouvelle évangélisation

Print Friendly, PDF & Email

Mgr Fisichella explique le sens de « la fête du pardon »

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

Les « 24 heures pour le Seigneur » seront « une expérience de nouvelle évangélisation, non seulement à Rome mais dans tous les diocèses », estime Mgr Fisichella, qui y voit « un moment clé » du carême.

Le pape a lancé ce soir, 28 mars, la « fête du pardon » organisée au Vatican, dans Rome et dans le monde sous le nom de « 24 heures pour le Seigneur » : il présidera une célébration pénitentielle en la basilique Saint-Pierre, à 17h.

En soirée, à partir de 20h, des confesseurs seront disponibles pour conférer le sacrement de la réconciliation, et l’adoration eucharistique aura lieu toute la nuit, dans trois églises du centre historique de Rome – Sainte-Agnès-en-Agone, Sainte-Marie-du-Trastevere et l’église des Très-Saintes-Stigmates-de-Saint-François.

Les « 24h » se concluront demain à 17h par la célébration des vêpres en l’église du Saint-Esprit, sanctuaire romain de la Divine miséricorde, à deux pas du Vatican.

L’événement rencontre une « énorme adhésion », se réjouit Mgr Rino Fisichella, président du Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation, qui a promu cette initiative : « des centaines de localités dans le monde entier nous communiquent leur participation et bien d’autres endroits y seront aussi unis ».

« Pendant le synode de 2012, de nombreux pères ont indiqué que le sacrement de la réconciliation devait être le sacrement de la nouvelle évangélisation », rappelle-t-il aux lecteurs de Zenit : la proposition finale n°33 demandait en effet que « dans chaque diocèse, il y ait au moins un endroit en particulier qui soit consacré de façon permanente à la célébration de ce sacrement, où les prêtres soient toujours présents, pour permettre à tous les fidèles de faire l’expérience de la miséricorde de Dieu ».

Les « 24 heures pour le Seigneur » seront donc « une expérience de nouvelle évangélisation, non seulement à Rome mais dans tous les diocèses, de façon contemporaine », poursuit l’archevêque, qui y voit « un moment clé » du carême.

Ce sera l’occasion, explique-t-il, de « revoir sa vie », de « prendre conscience de ses faiblesses » et de « percevoir ses limites » pour « vivre l’expérience du pardon ».

« Nous sommes tous invités à faire nôtre cette invitation chaleureuse et significative du pape », conclut-il en évoquant « un moment de joie et d’engagement ».

Traduction d’Anita Bourdin avec Anne Kurian

Share this Entry

Sergio Mora

Buenos Aires, Argentina Estudios de periodismo en el Istituto Superiore di Comunicazione de Roma y examen superior de italiano para extranjeros en el Instituto Dante Alighieri de Roma. Periodista profesional de la Associazione Stampa Estera en Italia, y publicista de la Orden de periodistas de Italia. Fue corresponsal adjunto del diario español El País de 2000 a 2004, colaborador de los programas en español de la BBC y de Radio Vaticano. Fue director del mensual Expreso Latino, realizó 41 programas en Sky con Babel TV. Actualmente además de ser redactor de ZENIT colabora con diversos medios latinoamericanos.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel