ZENIT – Francais https://fr.zenit.org Le monde vu de Rome Wed, 28 Oct 2020 00:28:04 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=5.4.2 https://storage.googleapis.com/cdnmedia.zenit.org/uploads/sites/4/2020/07/9e4929ea-cropped-dfdb632a-favicon_1-32x32.png ZENIT – Francais https://fr.zenit.org 32 32 Les 11 titres du mercredi 27 octobre 2020 – Les jeunes veulent changer l’économie https://fr.zenit.org/2020/10/27/les-11-titres-du-mercredi-27-octobre-2020-les-jeunes-veulent-changer-leconomie/ Tue, 27 Oct 2020 22:55:12 +0000 https://fr.zenit.org/?p=143375 Rencontre à Assise les 19-21 novembre 2020

The post Les 11 titres du mercredi 27 octobre 2020 – Les jeunes veulent changer l’économie appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
« Réveiller la conscience de l’Europe »: appel du pape François (texte complet)

« S’engager avec courage »

ONU : le concept de «gestion responsable», proposition du Saint-Siège

Déclaration de Mgr Ivan Jurkovic

ONU : la culture du jetable «doit être remise en question»

Intervention de Mgr Ivan Jurkovic

« L’économie de François »: des milliers de jeunes pour changer l’économie

Par soeur Alessandra Smerilli

«L’économie de François» : «Repenser les perspectives dont nous rêvons»

Le p. Fortunato présente la rencontre des 19-21 novembre

Etats-Unis: Mgr Wilton D. Gregory, cardinal désigné

Premier cardinal d’origine afro-américaine

Biographie de Mgr Cornelius Sim, cardinal désigné de Brunei

Premier vicaire apostolique du Brunei

Mgr Mario Grech, cardinal désigné, de Malte

Biographie d’un juriste et canoniste

Espagne : statut des « cohabitations » homosexuelles, mise au point du secrétaire de la CEE

Une lettre aux prêtres à propos du documentaire d’Evgeny Afineevski

« Cohabitations homosexuelles »: mise au point du card. Sako

Une dépêche de « Fides »

Les franciscains du couvent d’Assise ont un nouveau responsable

Le p. Moroni succède au p. Gambetti qui devient cardinal

The post Les 11 titres du mercredi 27 octobre 2020 – Les jeunes veulent changer l’économie appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
«L’économie de François» : «Repenser les perspectives dont nous rêvons» https://fr.zenit.org/2020/10/27/leconomie-de-francois-repenser-les-perspectives-dont-nous-revons/ Tue, 27 Oct 2020 22:52:49 +0000 https://fr.zenit.org/?p=143417 Le p. Fortunato présente la rencontre des 19-21 novembre

The post «L’économie de François» : «Repenser les perspectives dont nous rêvons» appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
« Aujourd’hui, nous sommes appelés à faire face à une réalité qui est appelée à être réparée », a affirmé le p. Enzo Fortunato, directeur de la salle de presse du couvent d’Assise et chef de la structure d’information du séminaire international « L’économie de François ». « Nous sommes appelés à repenser les perspectives dont nous rêvons », a-t-il ajouté.

Le p. Fortunato est intervenu à la conférence de presse présentant le séminaire « L’économie de François – Le pape François et les jeunes du monde entier pour l’économie de demain » ce mardi 27 octobre 2020, dans la salle Jean-Paul II du Bureau de presse du Saint-Siège, du Vatican, en ligne.

L’événement aura lieu en ligne du 19 au 21 novembre 2020 à partir d’Assise, avec la participation du pape, dans un message vidéo et de 2 000 jeunes économistes de 115 pays.

En citant les paroles de saint François – « Et j’ai travaillé de mes mains et je veux travailler… Je veux que tout le monde travaille » -, le p. Fortunato a noté que c’est une « expression qui résume symboliquement le moment historique que nous vivons ».

Se référant au texte du philosophe et psychanalyste argentin Miguel Benasayag « Exister ou fonctionner », le franciscain italien a souligné que, dans cette « réalité » « réparée », « un nouveau système économique évolue et pourrait démarrer » sans abandonner «la croissance et le développement », mais en « acceptant le défi exigeant de l’inclusion et renonçant au poison du rejet ».

Le p. Fortunato a également expliqué que les paroles de saint François sur la nécessité du travail pour tout le monde « ont conduit ses enfants à élaborer les monts-de-piété », un organisme de prêt sur gage qui a facilité les prêts d’argent en faveur des plus démunis.

Un mont-de-piété, a-t-il poursuivi, était « une institution financière à but non lucratif, d’origine médiévale tardive, établie en Italie dans la seconde moitié du XVe siècle à l’initiative de quelques frères franciscains, afin de fournir des prêts limités (microcrédit) à des conditions favorables par rapport à ceux du marché ».

Les clients, en garantie du prêt, « devaient présenter un gage qui valait au moins un tiers de plus que le montant qu’ils souhaitaient être prêté ». La durée du prêt était généralement d’environ un an; après la période de prêt, si la somme n’avait pas été restituée, le gage aurait été vendu aux enchères.

La mission des monts-de-piété, a-t-il souligné, « était de financer les personnes en difficulté, en leur fournissant les liquidités nécessaires ». Ces « monts » ont « tenté d’endiguer le fléau de l’usure » et d’aider les « victimes des usuriers ». De plus, « toutes ces initiatives, en accordant leurs prêts au cas par cas en fonction des besoins réels (microcrédit), peuvent être considérées comme les premiers prêteurs de crédit à la consommation ou encore comme les banques des pauvres antes litteram ».

The post «L’économie de François» : «Repenser les perspectives dont nous rêvons» appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
« L’économie de François »: des milliers de jeunes se mobilisent pour changer l’économie https://fr.zenit.org/2020/10/27/leconomie-de-francois-des-milliers-de-jeunes-se-mobilisent-pour-changer-leconomie/ Tue, 27 Oct 2020 22:50:46 +0000 https://fr.zenit.org/?p=143426 Par soeur Alessandra Smerilli

The post « L’économie de François »: des milliers de jeunes se mobilisent pour changer l’économie appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
« L’économie de François » est un événement voulu par le pape François pour impliquer les jeunes dans le changement de l’économie: il aura lieu en ligne du 19-21 novembre 2020 et se prolongera par les propositions des jeunes lors des Semaines sociales italiennes de Tarente. Il sera l’occasion de faire des propositions concrètes pour rendre l’économie plus humaine.

L’événement a été présenté au Vatican ce 28 octobre 2020, notamment par soeur Alessandra Smerilli.

La religieuse salésienne italienne est économiste et conseillère de l’Etat de la Cité du Vatican, mais elle fait aussi partie d’un groupe de travail au féminin «Femmes pour une nouvelle renaissance», mis en place par la ministre italienne pour l’égalité des chances et la famille, Elena Bonnetti, avec comme objectif:  trouver des réponses à la crise sanitaire et économique.

« Pour changer l’économie actuelle et donner une âme à l’économie de l’avenir », le pape a ainsi demandé aux jeunes du monde de contribuer à construire « des ponts vers l’avenir », a-t-elle fait remarquer. Les jeunes rêvent de changer l’économie et des milliers d’entre eux se sont mobilisés à l’appel du pape François, à l’école de saint François d’Assise.

« L’économie de François » (19-21 novembre 2020) a ouvert un site en ligne en italien et en anglais.

Les jeunes voient clairement que « personne ne se sauve seul » mais qu’il faut « travailler ensemble » pour sortir meilleurs » de cette crise de la pandémie a fait observer soeur Alessandra Smerilli dans l’échange avec la presse qui a suivi, en ligne. 

Elle avait auparavant fait observer que « L’économie de François signifie avant tout les jeunes, l’espérance et le concret. Cela n’invite pas les jeunes à diffuser un message, mais leur demande d’aider à le construire. Tel est le sens de l’appel lancé par le Pape François et de son invitation à les rencontrer à Assise. Dans un monde malade de la réflexion à court terme et de peu de vision de l’avenir, donner la parole aux jeunes signifie commencer à construire des ponts vers l’avenir. »

Les jeunes, a-t-elle affirmé, ont répondu à l’appel du pape: « Nous savons qu’en ces temps d’incertitude, le Pape François nous invite à regarder au-delà, à préparer l’avenir, et à le faire de manière concrète, avec un œil toujours tourné vers les plus en difficulté. Et les jeunes répondent à cette invitation. »

Elle souligne que c’est « du concret » que l’on doit attendre des jeunes: « Par conséquent, ils ne nous présenteront pas de document, ils ne feront pas de traité sur ce que signifie l’Économie de François, mais ils prépareront des propositions et nous diront comment ils veulent s’engager et de quelle aide ils ont besoin. »

Elle souligne que c’est un vrai « accompagnement » des jeunes qui a aidé à préparer l’événement, qui devait rassemblée des jeunes du monde à Assise en mai dernier, un rendez-vous reporté en raison de la pandémie, ce qui a permis d’autres initiatives: « Les jeunes n’ont pas travaillé seuls ces derniers mois. Depuis que nous avons été contraints de reporter l’événement prévu en mars dernier, les trois jours de rencontre qui auraient dû être vécus à Assise sont devenus 9 mois de travail à distance, répartis en 12 villages thématiques: travail et soins; management et don; finance et humanité; agriculture et justice; énergie et pauvreté; profit et vocation; politiques pour le bonheur; CO2 de l’inégalité; business et paix; l’économie est femme; entreprises en transition; vie et styles de vie. »

Des experts de différents domaines se sont impliqués: « Les activités de chaque village ont été coordonnées par 2 personnalités choisies par le Comité Scientifique (un membre junior et un membre senior) et en moyenne par une dizaine de collaborateurs (internationaux) ayant une expérience dans les domaines de l’économie, des affaires, de la gestion, des finances, de la pauvreté, du développement, de l’innovation, du travail, des ressources naturelles, etc. (économistes, entrepreneurs, managers, ingénieurs, communicateurs, représentants d’institutions, d’associations et de mouvements). Les adultes ont su se mettre aux côtés des jeunes pour les accompagner, donner un feed-back à leurs propositions, les aider à conjuguer idéaux et réelles possibilités. »

D’autres initiatives, nombreuses, sont nées: « Environ 300 événements «Vers l’économie de Francesco» et une série de webinaires très fréquentés sur la vie intitulée «Vers un monde meilleur dans après-Covid», qui se sont terminés en octobre, ont été organisés pour un total de 27 séminaires en ligne diffusé sur la chaîne Youtube officielle de l’événement international The Economy of Francesco et traduit en 4 langues grâce à la collaboration de jeunes interprètes. Plus de 40 intervenants de haut niveau étaient impliqués, et plus de 100 jeunes commentateurs du monde entier (Brésil, Argentine, Nigéria, Philippines, Espagne, Cameroun,…). »

La femme a eu une place spéciale dans la réflexion des jeunes: « Un thème transversal dans de nombreux villages est celui de la réévaluation des soins au sein de la société et de l’économie, en tant que clé pour façonner l’avenir, ainsi que la nécessité d’un regard plus féminin et d’une plus grande participation des femmes pour une économie. et une finance plus inclusive. »

Surtout, ces jeunes invités par le pape François sont devenus au fil des mois des acteurs de cet événement: « Les jeunes en tant qu’invités deviennent des protagonistes, ils font preuve d’un sens des responsabilités, d’idées innovantes, d’une capacité de dialogue qui s’étend sur les 5 continents: ils sont un «présent» (et pas seulement un futur) qu’il faut écouter. Grâce au Pape François, ils ont eu et ont des espaces d’écoute, grâce à Saint François ils trouvent l’inspiration pour changer l’économie actuelle et donner une âme à l’économie du futur. »

The post « L’économie de François »: des milliers de jeunes se mobilisent pour changer l’économie appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
« Réveiller la conscience de l’Europe »: appel du pape François aux catholiques (texte complet) https://fr.zenit.org/2020/10/27/le-pape-francois-demande-aux-catholiques-de-reveiller-la-conscience-de-leurope-texte-complet/ Tue, 27 Oct 2020 22:49:18 +0000 https://fr.zenit.org/?p=143409 "S'engager avec courage"

The post « Réveiller la conscience de l’Europe »: appel du pape François aux catholiques (texte complet) appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
« Les chrétiens ont aujourd’hui une grande responsabilité: comme le levain dans la pâte, ils sont appelés à réveiller la conscience de l’Europe, pour animer des processus qui produisent de nouveaux dynamismes dans la société », écrit le pape François dans une lettre au cardinal Parolin.

Il demande aux catholiques de « s’engager avec courage et détermination pour offrir leur contribution dans chaque domaine où ils vivent et travaillent ».

Le Saint-Siège publie, ce 28 octobre 2020, une lettre du pape François au cardinal secrétaire d’État à l’occasion du 40e anniversaire de la Commission des Épiscopats de l’Union Européenne (COMECE), du 50° anniversaire de la Commission de l’établissement des rapports diplomatiques entre le Saint-Siège et l’Union Européenne et du 50° anniversaire de la présence du Saint-Siège au Conseil de l’Europe en qualité d’Observateur Permanent.

En concomitance avec ces anniversaires, une visite du cardinal Parolin à Bruxelles avait été programmée du 28 au 30 octobre, visite annulée en raison de l’aggravation de l’urgence sanitaire. Il est prévu que les rencontres avec les Autorités de l’Union Européenne et avec les membres de la COMECE pourront se dérouler en visioconférence.

Lettre du pape François

A mon Vénérable Frère
Monsieur le Cardinal PIETRO PAROLIN
Secrétaire d’Etat

Cette année, le Saint-Siège et l’Eglise en Europe célèbrent quelques anniversaires significatifs. Il y a cinquante ans, en effet, s’est concrétisée la collaboration entre le Saint-Siège et les Institutions européennes apparues après la deuxième guerre mondiale, par l’établissement des relations diplomatiques avec les Communautés Européennes d’alors et la présence du Saint-Siège comme Observateur auprès du Conseil de l’Europe. En 1980, a ensuite vu le jour la Commission des Episcopats des Communautés Européennes (COMECE) à laquelle toutes les Conférences Episcopales des Etats Membres de l’Union Européenne participent avec leur propre délégué, dans le but de favoriser «une plus étroite collaboration entre les dits Episcopats, dans l’ordre des questions pastorales liées au développement des compétences et des activités de l’Union».[1] Cette année, est aussi célébré le 70e anniversaire de la Déclaration Schuman, un évènement d’une importance capitale qui a inspiré la longue marche d’intégration du continent, en permettant de dépasser les hostilités produites par les deux conflits mondiaux.

A la lumière de ces évènements, vous avez prochainement programmé des visites significatives aux autorités de l’Union Européenne, à l’Assemblée Plénière de la COMECE et aux autorités du Conseil de l’Europe, en vue desquelles je crois qu’il est de mon devoir de partager avec vous quelques réflexions sur l’avenir de ce continent qui m’est particulièrement cher, non seulement en raison de mes origines familiales, mais aussi pour le rôle central qu’il a eu et que j’estime qu’il doit encore avoir, bien qu’avec des accents différents, dans l’histoire de l’humanité.

Ce rôle devient encore plus important dans le contexte de pandémie que nous traversons. Le projet européen apparaît, en effet, comme volonté de mettre fin aux divisions du passé. Il naît de la conscience qu’ensemble et unis on est plus forts, que «l’unité est supérieure au conflit»[2] et que la solidarité peut être «une manière de faire l’histoire, un domaine vital où les conflits, les tensions, et les oppositions peuvent atteindre une unité multiforme, unité qui engendre une nouvelle vie».[3] A notre époque qui «est en train de donner des signes de recul»,[4] où prévaut toujours plus l’idée de s’en sortir tout seul, la pandémie se présente comme un tournant qui oblige à faire un choix: ou bien on continue sur la voie entreprise dans la dernière décennie, animée par la tentation de l’autonomie, en faisant face à des incompréhensions, à des oppositions et à des conflits croissants; ou alors on redécouvre le chemin de la fraternité, qui a sans aucun doute inspiré et animé les Pères fondateurs de l’Europe moderne, à partir justement de Robert Schuman.

Dans les chroniques européennes de ces derniers mois, la pandémie a mis en évidence tout cela: la tentation de s’en sortir tout seul, en cherchant des solutions unilatérales à un problème qui dépasse les frontières des Etats, mais aussi, grâce au grand esprit de médiation qui caractérise les Institutions européennes, le désir de parcourir avec conviction le chemin de la fraternité qui est aussi le chemin de la solidarité, en mettant en œuvre la créativité et de nouvelles initiatives.

Cependant, les mesures prises ont besoin de se consolider, pour éviter que les poussées centrifuges reprennent force. Résonnent alors aujourd’hui, plus que jamais actuelles, les paroles que saint Jean-Paul II a prononcées dans l’Acte européiste de Saint-Jacques-de-Compostelle: Europe, «retrouve-toi toi-même, sois toi-même».[5] A une époque de changements brusques, il y a le risque de perdre son identité, spécialement lorsque font défaut les valeurs partagées sur lesquelles fonder la société.

A l’Europe je voudrais donc dire: toi, qui as été au cours des siècles un foyer d’idéaux et qui sembles maintenant perdre ton élan, ne t’arrête pas à regarder ton passé comme un album de souvenirs. Avec le temps, même les mémoires les plus belles s’estompent et on finit par ne plus s’en rappeler. Tôt ou tard on s’aperçoit que les contours de son visage se fanent, on s’y retrouve épuisé et fatigué de vivre le temps présent et on regarde l’avenir avec peu d’espérance. Sans un élan idéal, on s’y redécouvre ensuite fragile et divisé et plus enclin à donner libre cours à la plainte et à se laisser attirer par celui qui fait de la plainte et de la division un style de vie personnel, social et politique.

Europe, retrouve-toi toi-même! Retrouve donc tes idéaux qui ont des racines profondes. Sois toi-même! N’aie pas peur de ton histoire millénaire qui est une fenêtre sur l’avenir plus que sur le passé. N’aie pas peur de ton besoin de vérité qui de la Grèce antique a étreint la terre, en mettant en lumière les interrogations les plus profondes de tout être humain; de ton besoin de justice qui s’est développé par le droit romain et, avec le temps, est devenu respect pour tout être humain et pour ses droits; de ton besoin d’éternité, enrichi par la rencontre avec la tradition judéo-chrétienne, qui se reflète dans ton patrimoine de foi, d’art et de culture.

Aujourd’hui, pendant qu’en Europe beaucoup s’interrogent avec découragement sur son avenir, un grand nombre la regarde avec espérance, convaincu qu’elle a encore quelque chose à offrir au monde et à l’humanité. C’est la même confiance qui a inspiré Robert Schuman, conscient que «la contribution qu’une Europe organisée et vivante peut apporter à la civilisation est indispensable au maintien des relations pacifiques».[6] C’est la même confiance que nous pouvons avoir, à partir des valeurs partagées et enracinées dans l’histoire et dans la culture de cette terre.

De quelle Europe rêvons-nous donc pour l’avenir? En quoi consiste sa contribution originale? Dans le monde actuel, il ne s’agit pas de récupérer une hégémonie politique ou une centralité géographique, il ne s’agit pas non plus d’élaborer des solutions innovantes aux problèmes économiques et sociaux. L’originalité européenne réside avant tout dans sa conception de l’homme et de la réalité; dans sa capacité d’initiative et dans sa solidarité active.

Je rêve alors d’une Europe amie de la personne et des personnes. Une terre où la dignité de chacun soit respectée, où la personne soit une valeur en soi et non l’objet d’un calcul économique ou un bien commercial. Une terre qui protège la vie à chacun de ses moments, dès l’instant où elle apparaît invisible dans le sein maternel jusqu’à sa fin naturelle, parce qu’aucun être humain n’est maître de la vie, la sienne ou celle d’autrui. Une terre qui favorise le travail comme moyen privilégié pour la croissance personnelle et pour l’édification du bien commun, en créant des opportunités d’emploi spécialement pour les plus jeunes. Etre amis de la personne signifie en favoriser l’instruction et le développement culturel. Cela signifie protéger celui qui est plus fragile et faible, spécialement les personnes âgées, les malades qui ont besoin de soins coûteux et les personnes handicapées. Etre amis de la personne signifie en protéger les droits, mais aussi en rappeler les devoirs. Cela signifie se rappeler que chacun est appelé à offrir sa contribution à la société, puisque personne n’est un univers indépendant et ne peut exiger le respect pour soi, sans respect pour les autres; on ne peut pas recevoir si en même temps on n’est pas disposé aussi à donner.

Je rêve d’une Europe qui soit une famille et une communauté. Un lieu qui sait valoriser les particularités de chaque personne et de chaque peuple, sans oublier qu’ils sont unis par des responsabilités communes. Etre famille signifie vivre dans l’unité, en tirant profit des différences, à partir de la différence fondamentale entre l’homme et la femme. Dans ce sens, l’Europe est une véritable famille de peuples, différents entre eux, et pourtant liés par une histoire et par un destin communs. Les années récentes, et encore plus la pandémie, ont montré que personne ne peut y arriver seul et qu’une certaine manière individualiste de considérer la vie et la société conduit seulement au découragement et à la solitude. Tout être humain aspire à faire partie d’une communauté, c’est-à-dire d’une réalité plus grande qui le transcende et qui donne sens à son individualité. Une Europe divisée, composée de réalités solitaires et indépendantes, se trouvera facilement incapable d’affronter les défis du futur. Une Europe communauté, solidaire et fraternelle, saura au contraire tirer profit des différences et de la contribution de chacun pour affronter ensemble les questions qui l’attendent, à partir de la pandémie, mais aussi du défi écologique, qui ne concerne pas seulement la protection des ressources naturelles et la qualité de l’environnement que nous habitons. Il s’agit de choisir entre un modèle de vie qui écarte hommes et choses et un modèle inclusif qui valorise la création et les créatures.

Je rêve d’une Europe solidaire et généreuse. Un lieu accueillant et hospitalier, où la charité – qui est la suprême vertu chrétienne – vainc toute forme d’indifférence et d’égoïsme. La solidarité est expression fondamentale de toute communauté et exige qu’on prenne soin l’un de l’autre. Assurément nous parlons d’une “solidarité intelligente” qui ne se limite pas seulement à répondre le cas échéant aux besoins fondamentaux.

Etre solidaires signifie conduire celui qui est plus faible sur un chemin de croissance personnelle et sociale, en sorte qu’un jour il puisse à son tour aider les autres. Comme un bon médecin qui ne se limite pas à administrer un remède, mais qui accompagne le patient jusqu’à la guérison totale.

Etre solidaire signifie se faire proches. Pour l’Europe, cela signifie particulièrement se rendre disponible, proche et disposé à soutenir, à travers la coopération internationale, les autres continents, je pense spécialement à l’Afrique, afin que soient résolus les conflits en cours et que démarre un développement humain durable.

La solidarité se nourrit ensuite de gratuité et produit la gratitude. Et la gratitude nous amène à regarder l’autre avec amour; mais quand nous oublions de remercier pour les bienfaits reçus, nous sommes plus enclins à nous renfermer sur nous-mêmes et à vivre dans la peur de tout ce qui nous entoure et qui est différent de nous.

Nous le voyons dans les nombreuses peurs qui traversent nos sociétés d’aujourd’hui, parmi lesquelles je ne peux pas taire la méfiance à l’égard des migrants. Seule une Europe qui est une communauté solidaire peut faire face à ce défi de manière fructueuse, alors que toute solution partielle a déjà démontré son insuffisance. Il est évident, en effet, que le bon accueil des migrants ne peut pas se limiter à de simples opérations d’assistance de celui qui arrive, souvent en échappant à des conflits, à des famines ou à des désastres naturels, mais il doit permettre leur intégration de sorte qu’ils puissent «connaître, respecter et assimiler aussi la culture ainsi que les traditions de la nation qui les accueille».[7]

Je rêve d’une Europe sainement laïque, où Dieu et César soient distincts mais pas opposés. Une terre ouverte à la transcendance, où celui qui est croyant soit libre de professer publiquement sa foi et de proposer son point de vue dans la société. Les temps des confessionnalismes sont finis, mais – on l’espère – même le temps d’un certain laïcisme qui ferme les portes aux autres et surtout à Dieu,[8] puisqu’il est évident qu’une culture ou un système politique qui ne respecte pas l’ouverture à la transcendance ne respecte pas convenablement la personne humaine.

Les chrétiens ont aujourd’hui une grande responsabilité: comme le levain dans la pâte, ils sont appelés à réveiller la conscience de l’Europe, pour animer des processus qui produisent de nouveaux dynamismes dans la société.[9] Je les exhorte donc à s’engager avec courage et détermination pour offrir leur contribution dans chaque domaine où ils vivent et travaillent.

Monsieur le Cardinal,

ces brèves paroles naissent de ma sollicitude de Pasteur et de la certitude que l’Europe a encore beaucoup à donner au monde. Elles n’ont donc pas d’autre prétexte que celui d’être une contribution personnelle à la réflexion sollicitée de plusieurs côtés sur son avenir. Je vous serais reconnaissant de bien vouloir en partager le contenu dans les entretiens que vous aurez dans les prochains jours avec les Autorités européennes et avec les membres de la COMECE, que j’exhorte à collaborer en esprit de communion fraternelle avec tous les évêques du continent, réunis dans le Conseil des Conférences Episcopales d’Europe (CCEE). A chacun je vous prie de transmettre mes salutations personnelles et le signe de ma proximité aux peuples qu’ils représentent. Vos rencontres seront certainement une occasion propice pour approfondir les relations du Saint-Siège avec l’Union Européenne et avec le Conseil de l’Europe, et pour confirmer l’Eglise dans sa mission évangélisatrice et dans son service du bien commun.

Que la protection de ses saints Patrons ne manque pas à notre chère Europe: saint Benoît, les saints Cyrille et Méthode, sainte Brigitte, sainte Catherine et sainte Thérèse Bénédicte de la Croix (Edith Stein), hommes et femmes qui par amour du Seigneur se sont prodigués sans relâche au service des plus pauvres et en faveur du développement humain, social et culturel de tous les peuples européens.

En me confiant à vos prières et à celles de tous ceux que vous rencontrerez au cours de votre voyage, puissiez-vous apporter à tous ma Bénédiction.

Du Vatican, le 22 octobre 2020,
mémoire de Saint Jean-Paul II.

FRANÇOIS

______________________

[1] Statut de la COMECE, art. 1.

[2] Exhort. ap. Evangelii gaudium (24 novembre 2013), n. 228.

[3] Ibid.

[4] Lett. enc. Fratelli tutti (3 octobre 2020), n. 11.

[5] 9 novembre 1982, n. 4.

[6] Déclaration Schuman, Paris, 9 mai 1950.

[7] Discours aux participants à la Conférence “(Re)Thinking Europe”, (28 octobre 2017).

[8] Cf. Interview à l’hebdomadaire catholique belge,“Tertio” (7 décembre 2016).

[9] Discours aux participants à la Conférence “(Re)Thinking Europe”, cit.

The post « Réveiller la conscience de l’Europe »: appel du pape François aux catholiques (texte complet) appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
Les franciscains du couvent d’Assise ont un nouveau reponsable https://fr.zenit.org/2020/10/27/les-franciscains-du-couvent-dassise-ont-un-nouveau-reponsable/ Tue, 27 Oct 2020 22:36:20 +0000 https://fr.zenit.org/?p=143381 Le p. Moroni succède au p. Gambetti qui devient cardinal

The post Les franciscains du couvent d’Assise ont un nouveau reponsable appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
Le père Marco Moroni, ofm, est le nouveau gardien du couvent d’Assise. Il succède au père Mauro Gambetti que le pape François, a choisi parmi les 13 nouveaux cardinaux qui seront officiellement « créés » au cours du consistoire prévu le 28 novembre 2020.

Le père Marco Moroni avait déjà été désigné comme supérieur du couvent et la passation de pouvoir était prévue pour février prochain, à la fin du mandat du père Gambetti lui-même. Un passage anticipé par le choix du pape, annoncé à l’angélus de dimanche dernier, 25 octobre.

The post Les franciscains du couvent d’Assise ont un nouveau reponsable appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
ONU : la culture du jetable «doit être remise en question» https://fr.zenit.org/2020/10/27/onu-la-culture-du-jetable-doit-etre-remise-en-question/ Tue, 27 Oct 2020 22:20:15 +0000 https://fr.zenit.org/?p=143404 Intervention de Mgr Ivan Jurkovic

The post ONU : la culture du jetable «doit être remise en question» appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
« Un système exclusivement axé sur le profit ne doit pas rester sans contrôle. La culture du jetable qu’elle a tendance à générer doit être remise en question, plus que jamais. »

C’est ce qu’ a déclaré  Mgr Ivan Jurkovic, observateur permanent du Saint-Siège auprès de l’ONU et d’autres organisations internationales à Genève lors du 6e Groupe de travail intergouvernemental sur les sociétés transnationales et autres entreprises en matière de droits de l’homme, à Genève, le 26 octobre 2020.

Depuis la dernière session, il y a moins d’un an, rappelle l’observateur permanent, « le monde a été témoin d’une crise qui change notre mode de vie, remet en question nos systèmes économique, sanitaire et social, et expose notre fragilité humaine ».

Le projet d’instrument juridiquement contraignant qui est en train d’être discuté à Genève, explique-t-il, concerne une réglementation « dans le droit international des droits de l’homme, des activités des sociétés transnationales et autres entreprises ».

Mgr Jurkovic affirme que « les décisions politiques, la responsabilité sociale des entreprises et les critères qui régissent les investissements doivent tous être guidés par la recherche du bien commun à long terme et de la solidarité intergénérationnelle ». « La crise actuelle a montré comment la famille humaine est interconnectée », souligne-t-il. Cependant, poursuit-il, « nous voyons aussi comment, trop souvent, les intérêts privés des multinationales prévalent. Souvent, ainsi, nous ne prenons pas soin et ne gérons pas notre maison commune de manière responsable ».

La crise actuelle, conclut l’observateur permanent, « est une opportunité, et cet instrument juridique est un outil, pour aller au-delà des gains technologiques ou économiques à court terme et pour prendre pleinement en considération la dimension éthique dans la recherche de solutions aux problèmes actuels ». Mgr Jurkovic souligne aussi que « notre souci de l’environnement doit prendre en compte le bien-être des générations futures ».

The post ONU : la culture du jetable «doit être remise en question» appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
ONU : le concept de «gestion responsable», proposition du Saint-Siège https://fr.zenit.org/2020/10/27/onu-le-concept-de-gestion-responsable-proposition-du-saint-siege/ Tue, 27 Oct 2020 22:05:23 +0000 https://fr.zenit.org/?p=143402 Déclaration de Mgr Ivan Jurkovic

The post ONU : le concept de «gestion responsable», proposition du Saint-Siège appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
Le Saint-Siège souhaite introduire le concept de « gestion responsable » dans le préambule d’un accord international sur les activités des sociétés transnationales et autres entreprises commerciales.

C’est ce qu’a déclaré Mgr Ivan Jurkovic, observateur permanent du Saint-Siège auprès de l’ONU et d’autres organisations internationales à Genève lors du 6e Groupe de travail intergouvernemental sur les sociétés transnationales et autres entreprises en matière de droits de l’homme, à Genève, le 26 octobre 2020.

Après avoir cité l’encyclique du pape François Laudato si’ qui dit que « négliger de surveiller les dommages causés à la nature et l’impact environnemental de nos décisions n’est que le signe le plus frappant d’un mépris pour le message contenu dans les structures de la nature elle-même », le Saint-Siège a proposé d’introduire un nouveau paragraphe du préambule. Il se lit comme suit: « Soulignant que le besoin urgent de protéger notre maison commune concerne toute la famille humaine, qui doit travailler ensemble pour rechercher un développement humain durable et intégral. »

Mgr Jurkovic a souligné que « même si le préambule d’un accord international n’a pas de force contraignante, sa valeur interprétative est incontestable ». En citant l’article 31 de la Convention de Vienne de 1969 sur le droit des traités, il a rappelé que « la détermination du sens d’une disposition particulière se fonde sur un examen du texte du traité dans son ensemble, y compris le préambule ».

Le préambule, a-t-il expliqué, « peut offrir à la fois une clé herméneutique pour interpréter les dispositions incluses dans le texte et un instrument important pour évaluer leur mise en œuvre effective ». Par conséquent, « à travers ce processus de rédaction, nous abordons non seulement les dimensions économiques et sociales des activités des sociétés transnationales et autres entreprises commerciales, mais même leur rôle au service du bien commun et de la solidarité entre les générations ».

The post ONU : le concept de «gestion responsable», proposition du Saint-Siège appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
Etats-Unis: Mgr Wilton D. Gregory, cardinal désigné https://fr.zenit.org/2020/10/27/etats-unis-mgr-wilton-d-gregory-cardinal-designe/ Tue, 27 Oct 2020 21:56:55 +0000 https://fr.zenit.org/?p=143398 Premier cardinal d’origine afro-américaine

The post Etats-Unis: Mgr Wilton D. Gregory, cardinal désigné appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
Mgr Wilton D. Gregory, archevêque de Washington, sera créé cardinal par le pape François lors du consistoire du 28 novembre 2020. Le pape a annoncé la création de 13 nouveaux cardinaux ce dimanche 25 octobre 2020 après la prière de l’angélus.

Voici sa biographie fournie par le Saint-Siège en italien.

Mgr Wilton D. Gregory est né le 7 décembre 1947 à Chicago (Illinois). Après ses études élémentaires à Chicago, il entre au Quigley Preparatory Seminary (établissement d’études secondaires préparant au séminaire, ndr). Il étudie la philosophie au Niles College et la théologie au Saint Mary of the Lake Seminary à Mundelein (Illinois). Il obtient par la suite un doctorat en liturgie à l’Athénée pontifical Saint-Anselme, à Rome (1980).

Il est ordonné prêtre le 9 mai 1973 pour l’archidiocèse de Chicago.

Après son ordination sacerdotale, il assume un certain nombre de charges : vicaire à la paroisse Our Lady of Perpetual Help à Glenview, étudiant à Rome (1976-1979), professeur de liturgie au Saint Mary of the Lake Seminary à Mundelein, membre du bureau de l’archidiocèse pour la liturgie et maître de cérémonies des cardinaux Cody et Bernardin (1980-1983).

Il est nommé évêque titulaire d’Oliva et auxiliaire de Chicago le 18 octobre 1983. Le 29 décembre 1993, il est transféré au siège de Belleville (Illinois) où il est installé le 10 février 1994. Il est nommé archevêque métropolite d’Atlanta (Georgie) le 9 décembre 2004.

Au sein de la Conférence épiscopale des États-Unis, il est président (2001-2004), vice-président (1998-2001), membre des Comités exécutif et administratif, du Committee on Doctrine, du Committee on International Policy, chairman du Committee on Personnel, du Committee on the Third Millennium/Jubilee Year 2000 (1998-2001) et du Committee on Liturgy (1991-1993).

Le 4 avril 2019, le pape François le nomme archevêque métropolite de Washington. Outre l’anglais, il parle italien et espagnol.

 

The post Etats-Unis: Mgr Wilton D. Gregory, cardinal désigné appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
Biographie de Mgr Cornelius Sim, cardinal désigné du Brunei https://fr.zenit.org/2020/10/27/biographie-de-mgr-cornelius-sim-cardinal-designe-du-brunei/ Tue, 27 Oct 2020 21:50:52 +0000 https://fr.zenit.org/?p=143395 Premier vicaire apostolique du Brunei

The post Biographie de Mgr Cornelius Sim, cardinal désigné du Brunei appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
Mgr Cornelius Sim est l’un des treize cardinaux désignés par le pape François qui en a fait l’annonce ce 25 octobre 2020 à l’occasion de l’angélus dominical. Les nouveaux cardinaux seront créés lors du consistoire ordinaire prévu le 28 novembre prochain.

Le Saint-Siège publie une brève biographie en italien.

Mgr Cornelius Sim est né le 16 septembre 1951 à Seria, dans le petit État de Brunei, situé dans le nord l’île de Bornéo, en Asie du Sud-Est.

Diplômé en ingénierie de l’Université de Dundee, en Écosse, il a également un master en théologie de l’Université franciscaine de Steubenville, dans l’Ohio (États-Unis).

Il a été ordonné prêtre le 26 novembre 1989. Après avoir travaillé dans différentes paroisses, il est nommé vicaire général de Brunei en 1995, puis préfet apostolique le 21 novembre 1997.

Le 20 octobre 2004, saint Jean-Paul II a élevé au rang de Vicariat apostolique la Préfecture apostolique de Brunei, nommant Mgr Sim premier vicaire apostolique – et évêque titulaire de Puzia de Numidie.

The post Biographie de Mgr Cornelius Sim, cardinal désigné du Brunei appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
Mgr Mario Grech, cardinal désigné, de Malte https://fr.zenit.org/2020/10/27/mgr-mario-grech-cardinal-designe-de-malte/ Tue, 27 Oct 2020 21:42:38 +0000 https://fr.zenit.org/?p=143393 Biographie d’un juriste et canoniste

The post Mgr Mario Grech, cardinal désigné, de Malte appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
Mgr Mario Greg fait partie des 13 cardinaux qui seront créés lors du consistoire du 28 novembre 2020. C’est ce qu’a annoncé le pape ce dimanche 25 octobre 2020 après la prière de l’angélus. Il est secrétaire général du synode des évêques depuis un peu plus d’un mois.

Un communiqué de la salle de presse du Vatican fournit de lui cette biographie, en italien.

Mgr Mario Grech, secrétaire général du synode des évêques, est né à Qala (Malte), dans le diocèse de Gozo, le 20 février 1957.

Il a effectué son parcours scolaire à Gozo : école primaire, école secondaire au Lycée de Victoria, puis études de philosophie et de théologie au séminaire de Gozo.

Après son ordination sacerdotale, le 26 mai 1984, il a poursuivi ses études supérieures à Rome où il a obtenu la licence in Utroque Iure (en droit canon et en droit civil, ndr) à l’Université du Latran et un doctorat en droit canonique à l’Angelicum des dominicains.

De retour dans son pays, il a exercé son ministère à la cathédrale de Gozo et au Sanctuaire national de di Tá-Pinu avant d’être curé de la paroisse de Kercem.

Il a ensuite été vicaire judiciaire du diocèse, membre du tribunal métropolitain de Malte, enseignant de droit canonique au séminaire et membre du collège des consulteurs, du conseil presbytéral et d’autres commissions diocésaines.

Le 26 novembre 2011, le pape Benoît XVI l’a nommé évêque de Gozo et le 2 octobre 2019, il a été nommé par le pape François pro-secrétaire général du synode des évêques, puis secrétaire général le 15 septembre 2020.

 

The post Mgr Mario Grech, cardinal désigné, de Malte appeared first on ZENIT - Francais.

]]>