ZENIT – Francais https://fr.zenit.org Le monde vu de Rome Fri, 02 Dec 2022 17:16:12 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=5.4.12 https://fr.zenit.org/wp-content/uploads/sites/4/2020/07/9e4929ea-cropped-dfdb632a-favicon_1.png ZENIT – Francais https://fr.zenit.org 32 32 Le pape François toujours au service de la paix – 7 titres, vendredi 2 décembre 2022 https://fr.zenit.org/2022/12/02/le-pape-francois-toujours-au-service-de-la-paix-7-titres-vendredi-2-decembre-2022/ Fri, 02 Dec 2022 17:15:44 +0000 https://fr.zenit.org/?p=179630 Une visite au pape émérite, une délégation du séminaire rabbinique

The post Le pape François toujours au service de la paix – 7 titres, vendredi 2 décembre 2022 appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
Albanie : le pape reçoit le président Bajram Begaj

Intégration dans l’Union européenne, la guerre en Ukraine, son impact sur les Balkans

Prix Ratzinger : une rencontre des lauréats avec le pape émérite

Au monastère Mater Ecclesiae

Juifs et catholiques : le recteur du séminaire rabbinique reçu par le pape François

« Allumons ensemble les âmes des jeunes ! »

Un danger pire que la guerre : le « manque de volonté de construire la paix »

Audience avec les membres de « Leaders pour la paix »

« L’Avent, un chemin de conversion », par Mgr Francesco Follo

« Se convertir », c’est « retrouver son identité »

RDC : le président Tshisekedi a reçu le nonce apostolique, Mgr Balestrero

En vue de la prochaine visite du pape François

Inauguration de la crèche et du sapin, Place Saint-Pierre, le 3 décembre

D’origine italienne et respectueux de l’environnement

 

The post Le pape François toujours au service de la paix – 7 titres, vendredi 2 décembre 2022 appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
Juifs et catholiques : le recteur du séminaire rabbinique reçu par le pape François https://fr.zenit.org/2022/12/02/juifs-et-catholiques-le-recteur-du-seminaire-rabbinique-recu-par-le-pape-francois/ Fri, 02 Dec 2022 17:02:57 +0000 https://fr.zenit.org/?p=179637 « Allumons ensemble les âmes des jeunes! »

The post Juifs et catholiques : le recteur du séminaire rabbinique reçu par le pape François appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
Le pape François a reçu ce vendredi 2 décembre 2022 une délégation du Séminaire rabbinique latino-américain Marshall Meyer dirigé par son recteur Ariel Stofenmacher.

Une photo publiée sur la page Twitter du séminaire montre le pape François en train de sonner le shofar – l’instrument musical juif fait d’une corne de bélier. Il est utilisé à la fin de l’office du matin durant le mois d’Eloul, un mois de préparation des fêtes de Roch Hachana et de Yom Kippour.

« Allumons ensemble les âmes des jeunes! » a écrit le recteur.

La délégation du séminaire a également rencontré P. Arturo Sosa Abascal, le supérieur général de la Compagnie de Jésus, « pour établir une nouvelle étape dans le lien entre le séminaire et les jésuites ».

The post Juifs et catholiques : le recteur du séminaire rabbinique reçu par le pape François appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
RDC : le président Tshisekedi a reçu le nonce apostolique, Mgr Balestrero https://fr.zenit.org/2022/12/02/rdc-le-president-tshisekedi-a-recu-le-nonce-apostolique-mgr-balestrero/ Fri, 02 Dec 2022 16:59:42 +0000 https://fr.zenit.org/?p=179635 En vue de la prochaine visite du pape François

The post RDC : le président Tshisekedi a reçu le nonce apostolique, Mgr Balestrero appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
Le président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, a reçu jeudi 1 décembre 2022 le nonce apostolique, Mgr Ettore Balestrero, « pour échanger sur la prochaine visite » du pape François en RDC (31 janvier-3 février 2023), indique le site italien proche du Vatican Il Sismografo, citant le magazine congolais Politico. Le Premier ministre du pays, Sama Lukonde, était également présent à la rencontre.

Le pape se rendra en Afrique à la fin de janvier-début février de l’année prochaine : il sera en République démocratique du Congo du 31 janvier au 3 février prochains, et au Soudan du Sud du 3 au 5 février. Une déclaration du directeur de la salle de presse du Saint-Siège, Matteo Bruni, à ce sujet a été publiée le 1er décembre 2022.

Le nonce apostolique était accompagné par les délégués de la conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), Mgr Carlos Ndaka, évêque auxiliaire de Kinshasa, et Mgr Jean-Pierre Kwambamba, évêque de Kenge.

Au cours de la rencontre, le Premier ministre Lukonde a fait savoir que le pape visitera la RDC à l’invitation du président de la République. Au nom du gouvernement, il a demandé à la population de se mobiliser massivement pour mieux préparer l’arrivée du pape.

Rappelons que le pape François avait reporté sa visite en RDC et au Soudan du Sud, initialement prévu en juillet dernier, pour des raisons de santé.

 

The post RDC : le président Tshisekedi a reçu le nonce apostolique, Mgr Balestrero appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
Prix Ratzinger : une rencontre des lauréats avec le pape émérite https://fr.zenit.org/2022/12/02/prix-ratzinger-une-rencontre-des-laureats-avec-le-pape-emerite/ Fri, 02 Dec 2022 16:50:59 +0000 https://fr.zenit.org/?p=179632 Au monastère Mater Ecclesiae

The post Prix Ratzinger : une rencontre des lauréats avec le pape émérite appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
Jeudi après-midi 1er décembre 2022, le pape émérite Benoît XVI a reçu au monastère Mater Ecclesiae, au Vatican, les deux personnalités récompensées par le pape François par le Prix Ratzinger : le théologien français P. Michel Fédou sj et le professeur de droit Joseph H. Horowitz Weiler, accompagnés du président de la Fondation vaticane Joseph Ratzinger – Benoît XVI, le P. Federico Lombardi sj. Mgr Georg Gänswein, secrétaire particulier du pape émérite, a également participé à la rencontre.

Les deux lauréats du Prix 2022 « ont pu s’entretenir avec le pape Benoît XVI et lui illustrer leur travail », lit-on sur la page Facebook de la Fondation Ratzinger.

À la fin de l’audience, le pape émérite a remis à chacun un volume et une médaille.

The post Prix Ratzinger : une rencontre des lauréats avec le pape émérite appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
Albanie : le pape reçoit le président Bajram Begaj https://fr.zenit.org/2022/12/02/albanie-le-pape-recoit-le-president-bajram-begaj/ Fri, 02 Dec 2022 16:30:36 +0000 https://fr.zenit.org/?p=179622 Intégration dans l'Union européenne, la guerre en Ukraine, son impact sur les Balkans

The post Albanie : le pape reçoit le président Bajram Begaj appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
Le pape François a reçu en audience Bajram Begaj, président de la République d’Albanie, ce vendredi 2 décembre 2022. La rencontre a commencé à 9h50 et a duré environ 40 minutes. Le président – qui est en fonction depuis le 24 juillet 2022 – a ensuite rencontré le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État, accompagné de Mgr Mirosław Wachowski, sous-secrétaire de la Section des relations avec les États et les organisations internationales.

Au cours « des entretiens cordiaux », ont été soulignées « les bonnes relations bilatérales existantes et l’intention de développer davantage la coopération dans les secteurs d’intérêt mutuel », lit-on dans un communiqué publié par le Saint-Siège. « La contribution positive de la communauté catholique à la société albanaise » a été également soulignée.

Au cours de la rencontre, les deux parties se sont concentrées sur « le processus d’intégration de l’Albanie dans l’Union européenne et sur certaines questions régionales et internationales, notamment la guerre en Ukraine et son impact sur les Balkans occidentaux ».

Pendant le traditionnel échange de cadeaux, le pape François a remis au président Begaj une majolique représentant une statue de saint Pierre bénissant, avec le dôme de la basilique Saint-Pierre en arrière-plan.

Le pape a aussi donné au président les principaux documents du pontificat, dont le message pour la Journée mondiale de la paix, un livre sur la « Statio Orbis » du 27 mars 2020 – la prière pour demander la fin de la pandémie -, et la Déclaration sur la Fraternité humaine signée à Abu Dhabi.

Le président d’Albanie a offert au pape une mosaïque réalisée en paille et représentant une femme en habit traditionnel albanais. Il a également donné une reproduction en bronze de la Cène et une copie photostatique des Statuts et règlements du chapitre de la cathédrale de Drivasti.

Rappelons que le 27 novembre 2021, le pape François a reçu en audience au Vatican le Premier ministre d’Albanie, M. Edi Rama.

Lors de l’angélus du 6 novembre 2016, le pape François a salué la béatification de 38 martyrs albanais assassinés entre 1945 et 1974 pendant le régime communiste athée.

Le pape François s’est rendu en Albanie, à Tirana, le 21 septembre 2014, pour promouvoir la coexistence entre différentes religions, ainsi que sur les pas d’une Église martyre et de Mère Teresa de Calcutta.

The post Albanie : le pape reçoit le président Bajram Begaj appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
Inauguration de la crèche et du sapin, Place Saint-Pierre, le 3 décembre https://fr.zenit.org/2022/12/02/inauguration-de-la-creche-et-du-sapin-place-saint-pierre-le-3-decembre/ Fri, 02 Dec 2022 16:28:13 +0000 https://fr.zenit.org/?p=179627 D’origine italienne et respectueux de l’environnement

The post Inauguration de la crèche et du sapin, Place Saint-Pierre, le 3 décembre appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
La crèche et l’arbre de Noël, installés sur la Place Saint-Pierre, seront inaugurés et éclairés samedi 3 décembre, à 17h, par le cardinal Fernando Vérgez Alzaga et sœur Raffaella Petrini, respectivement président et secrétaire générale du gouvernorat de l’État de la Cité du Vatican indique un communiqué du gouvernorat.

La crèche vient de Sutrio, dans le Frioul-Vénétie julienne. Les sculptures en bois de cèdre ont été réalisées à la main et le bois utilisé provient d’un abattage planifié effectué par des pépiniéristes qui s’occupent de jardins privés et publics.

Quant au sapin, d’une hauteur d’environ 30 mètres, il vient de la réserve naturelle régionale d’Abetina di Rossello, dans les Abruzzes, réputée pour la beauté de ses sapins blancs, un ancien hameau médiéval, dans les Abruzzes. Les décorations ont été préparées par les jeunes de la résidence de réhabilitation psychiatrique Quadrifoglio, en collaboration avec les personnes âgées de la maison de retraite Sant’Antonio de Borrello et les élèves de trois écoles alentour.

Une autre crèche, offerte par le gouvernement du Guatemala, a été installée dans la Salle Paul VI du Vatican. Les personnages sculptés dans le bois ont été réalisés à la main par des artisans qualifiés dans le respect de la tradition guatémaltèque et habillés de tissus aux couleurs vives.

 Des délégations officielles des lieux d’origine de la crèche et de l’arbre participeront à la cérémonie d’illumination, ainsi qu’une délégation du Guatemala, conduite par le ministre des relations extérieures Mario Bùcaro Flores. Seront présents entre autres, pour la crèche, le président de la région Frioul-Vénétie julienne et le maire de Sutrio, et pour le sapin, l’évêque de Trivento, Mgr Claudio Palumbo, et le maire du hameau médiéval de Rossello.

Le même jour, dans la matinée, les délégations seront reçues en audience par le Pape François pour la remise officielle des cadeaux.

The post Inauguration de la crèche et du sapin, Place Saint-Pierre, le 3 décembre appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
Un danger pire que la guerre : le « manque de volonté de construire la paix » https://fr.zenit.org/2022/12/02/un-danger-pire-que-la-guerre-le-manque-de-volonte-de-construire-la-paix/ Fri, 02 Dec 2022 15:03:01 +0000 https://fr.zenit.org/?p=179617 Audience avec les membres de « Leaders pour la paix »

The post Un danger pire que la guerre : le « manque de volonté de construire la paix » appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
« Nous avons pris conscience que la famille humaine, menacée par la guerre, court un danger plus grand encore : le manque de volonté de construire la paix » : c’est ce qu’a souligné le pape François ce vendredi 2 décembre 2022.

Le pape François a reçu en audience ce vendredi matin 2 décembre 2022, les membres de l’ONG « Leaders pour la paix », avec son président, l’ancien premier ministre français Jean-Pierre Raffarin, à Rome pour une session de formation destinée aux jeunes de l’ « Ecole itinérante de la paix » de l’ONG, en collaboration avec l’Université pontificale du Latran.

Si, face à la guerre, le premier pas est de « faire taire les armes », il faut ensuite « reconstruire le présent et l’avenir de la coexistence, des institutions, des structures et des services », a souligné le pape. « La paix requiert des formes de réconciliation, des valeurs partagées et des parcours d’éducation et de formation ».

Œuvrer pour la paix demande le « courage » de « travailler ensemble » pour rendre leur « dignité » aux plus petits. Mais également le courage de la médiation et de la conciliation, le courage de « ne pas se sentir supérieur aux autres » de « s’attaquer aux causes du conflit, en abandonnant intérêts et projets d’hégémonie », de « dépasser la catégorie d’ennemi » pour construire la « fraternité humaine ».

L’organisation « Leaders pour la paix » a pour vocation de « proposer une sagesse politique au service de la paix et de l’intérêt général en sensibilisant les dirigeants et les opinions publiques sur les risques de conflits armés ». Son réseau international d’Écoles itinérantes de la Paix a pour but d’assurer « la transmission des outils et des méthodes de construction de la paix » pour faire des jeunes « des producteurs de paix dans leurs propres environnements ».

 

Discours du pape François

Mesdames et Messieurs,

Je suis heureux de ce temps de rencontre avec vous, membres des Leaders pour la Paix, et je vous remercie pour votre présence et pour ce que fait votre École itinérante de la paix, qui se tient ces jours-ci à l’Université pontificale du Latran.

Être un Leader pour la Paix dans la période que nous traversons est une grande responsabilité et pas seulement un engagement. Nous avons pris conscience que la famille humaine, menacée par la guerre, court un danger plus grand encore : le manque de volonté de construire la paix. Le manque de volonté de construire la paix. Par votre expérience vous savez que, face à la guerre, faire taire les armes est le premier pas à accomplir. Mais ensuite il faut reconstruire le présent et l’avenir de la coexistence, des institutions, des structures et des services. La paix requiert des formes de réconciliation, des valeurs partagées et – chose indispensable – des parcours d’éducation et de formation.

Construire la paix nous demande d’être créatifs, de dépasser si nécessaire les schémas habituels des relations internationales, et en même temps de nous opposer à ceux qui confient à la guerre le rôle de résoudre les différends entre États et à l’intérieur des États, ou qui pensent même réaliser par la force les conditions de justice nécessaires à la coexistence entre les peuples. Nous ne pouvons oublier que le sacrifice de vies humaines, les souffrances de la population, la destruction aveugle de structures civiles, la violation du principe d’humanité ne sont pas des « effets collatéraux » de la guerre, non, ce sont des crimes internationaux. Cela nous devons le dire et le répéter.

Le recours aux armes pour résoudre les conflits est un signe de faiblesse et de fragilité. Négocier, faire de la médiation et engager la conciliation demande du courage. Le courage de ne pas se sentir supérieur aux autres ; le courage de s’attaquer aux causes du conflit, en abandonnant intérêts et projets d’hégémonie ; le courage de dépasser la catégorie d’ennemi, pour devenir des bâtisseurs de la fraternité universelle qui trouve sa force dans la diversité et son unité dans les aspirations communes à toute personne.

Face au défi des derniers qui demandent non pas une paix théorique, mais un espoir de vie, le courage de travailler ensemble est encore plus nécessaire. Construire la paix signifie alors initier et soutenir des processus de développement pour éradiquer la pauvreté, vaincre la faim, garantir la santé et les soins, sauvegarder la maison commune, promouvoir les droits fondamentaux et surmonter les discriminations causées par la mobilité humaine. Ce n’est qu’alors que la paix deviendra synonyme de dignité pour chacun de nos frères et sœurs.

J’invoque sur vous tous et sur votre travail les grâces abondantes de Dieu et je vous demande de ne pas oublier de prier pour moi. Et si l’un ou l’autre ne prie pas, parce qu’il ne sait pas ou ne le peut, qu’il m’envoie au moins de « bonnes ondes »: j’en ai besoin pour ce travail. Merci.

 

The post Un danger pire que la guerre : le « manque de volonté de construire la paix » appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
« L’Avent, un chemin de conversion », par Mgr Francesco Follo https://fr.zenit.org/2022/12/02/lavent-un-chemin-de-conversion-par-mgr-francesco-follo/ Fri, 02 Dec 2022 12:28:10 +0000 https://fr.zenit.org/?p=179615 « Se convertir », c’est « retrouver son identité »

The post « L’Avent, un chemin de conversion », par Mgr Francesco Follo appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
« En ce second dimanche de l’Avent, la liturgie nous invite à la conversion qui est nécessaire pour accueillir le Royaume des cieux qui s’approche », écrit Mgr Francesco Follo, observateur permanent du Saint-Siège à l’Unesco, dans cette méditation des lectures de la messe du dimanche 4 décembre 2023, 2ème dimanche de l’Avent.

« En se convertissant, l’homme ne se perd pas mais retrouve son identité en se libérant des aliénations qui le fascinent mais le détruisent », explique Mgr Follo. Se convertir signifie « rentrer à la maison, se réapproprier son humanité intégrale, retrouver son identité de fils, comme cela se produit dans la parabole du fils prodigue ».

Voici la méditation de Mgr Francesco Follo :

 L’Avent, un chemin de conversion

II Dimanche de l’Avent – Année A – 4 décembre 2022

Is 11,1-10 ; Ps 71 ; Rm 15,4-9 ; Mt 3,1-12

  1. Attente de Dieu et conversion

En ce second dimanche de l’Avent, la liturgie nous invite à la conversion qui est nécessaire pour accueillir le Royaume des cieux[1] qui s’approche : « Convertissez-vous parce que le Royaume des cieux est proche » (Mt 3,1). Ce Royaume des cieux est Jésus lui-même, par conséquent le « proche » est le Fils de Dieu qui se fait chair dans le sein d’une femme et qui porte le salut à toute l’humanité. Ce salut apporté par le Christ et attendu par nous est justice, joie, paix, amour, vérité, bienveillance, solidarité, fraternité, rectitude, bonté.

Puisque la venue de Dieu dans notre vie est imminente, Jean le Baptiste nous demande avec énergie de nous consacrer à la pénitence qui purifie le cœur, l’ouvre à l’espérance et le rend capable de la rencontre avec Jésus qui vient dans le monde.

Mais il faut garder présent à l’esprit le fait que l’invitation à la conversion en faisant pénitence ne veut pas seulement dire vivre, pendant l’Avent, avec un style de vie plus sobre, avec une prière plus fréquente et une charité plus généreuse. La conversion appelle à un changement intérieur qui commence par la reconnaissance et la confession de son péché. En effet, se convertir indique un changement de l’esprit et du comportement et exige de reconnaître que l’on n’est pas digne que Dieu vienne habiter chez nous.

Il faut aussi garder à l’esprit le fait que la première conversion consiste dans la foi[2], qui n’est pas seulement adhésion au contenu d’un message, mais adhésion à une Personne, qui nous demande de venir dans notre vie et d’être accueillie. La conversion est donc un changement radical et profond de l’homme. Elle n’implique pas seulement un changement moral mais un changement théologique, c’est-à-dire une manière nouvelle de penser Dieu et de vivre en lui. C’est une orientation nouvelle de toute notre personne : esprit et cœur, pensée et action.

D’un côté, cette orientation au Royaume des cieux se situe dans la ligne des prophètes qui entendaient le concret de la conversion dans le détachement radical de tout ce qui, jusqu’ici, avait une valeur. De l’autre, elle va au-delà et montre que la conversion est le fait de se tourner vers le Royaume des cieux, vers une nouveauté qui se présente de façon imminente avec ses exigences et ses perspectives. Il s’agit de donner un tournant décisif à sa vie en l’orientant dans une nouvelle direction : le Royaume des cieux fonde et définit la conversion, et non une série d’efforts humains.

Pour que cette conversion arrive, faisons nôtre la prière que fait le prêtre au début de la messe de ce jour : « Dieu des vivants, suscite en nous le désir d’une conversion pour que, renouvelés par ton Saint Esprit, nous sachions appliquer dans toute relation humaine la justice, la douceur et la paix que l’incarnation de ton Verbe a fait germer sur la terre. Par notre Seigneur Jésus-Christ notre Seigneur » (Collecte du IIème dimanche de l’Avent, Année A). Alors se réalisera le vœu de saint Paul : « Que le Dieu de la paix lui-même vous sanctifie tout entiers ; que votre esprit, votre âme et votre corps, soient tout entiers gardés sans reproche pour la venue de notre Seigneur Jésus Christ. Il est fidèle, Celui qui vous appelle : tout cela, il le fera » (1 Th 5,23-24).

  1. Conversion du haut des étoiles et conversion vers le haut

En ce dimanche, nous sommes appelés à aller spirituellement dans le désert, parce que l’Évangile d’aujourd’hui nous fait écouter la « Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers. Lui, Jean, portait un vêtement de poils de chameau, et une ceinture de cuir autour des reins ; il avait pour nourriture des sauterelles et du miel sauvage. » (Mt 3,3-4). Saint Jean-Baptiste, la voix qui annonce la Parole, est présenté comme un ascète du désert, qui porte des vêtements rugueux, qui a une ceinture de cuir autour des reins et se nourrit d’insectes. Mais s’il ne nous est pas demandé d’être des ascètes vivant la même vie dans le désert, il nous est demandé que notre conversion soit évangélique comme la sienne.

Cette conversion a au moins trois caractéristiques :

La première est la radicalité. La conversion n’est pas un changement extérieur ou partiel, mais une réorientation totale de tout l’être de l’homme. Il s’agit d’un véritable passage de l’égoïsme à l’amour, de l’attitude de tout garder pour soi au don de soi.

La seconde caractéristique est la religiosité : ce n’est pas en se confrontant à lui-même que l’homme découvre la mesure et la direction de son propre changement mais en se référant à Dieu. La première conversion (dans le sens étymologique de ‘se tourner vers pour être avec’) n’est pas celle de la personne humaine vers Dieu mais celle de Dieu vers chaque être humain. C’est un mouvement de grâce qui rend possible le changement de l’homme et en offre le modèle. Dans la nuit et dans la solitude d’une grotte, le printemps de l’humanité va arriver : le Fils de Dieu qui se fait pèlerin du haut des étoiles.

La troisième caractéristique de la conversion évangélique est sa profonde humanité. Se convertir signifie rentrer à la maison, se réapproprier son humanité intégrale, retrouver son identité de fils, comme cela se produit dans la parabole du fils prodigue.

Beaucoup de gens pensent de façon non évangélique que la conversion est comme une perte de ce qui est humain ; et, ce faisant, ils pensent que la personne humaine s’épanouit, si elle ne se convertit pas au Christ. C’est le contraire : en se convertissant, l’homme ne se perd pas mais retrouve son identité en se libérant des aliénations qui le fascinent mais le détruisent.

La conversion est un chemin constant vers le Christ pour renouveler continuellement notre « conduite céleste » par le moyen d’un nouveau désir du ciel. Changeons donc notre cœur en le rendant différent, avec le saint désir du Christ ; ainsi le ciel (le Christ) y trouvera plus d’espace.

Si nous voulons que la vie croisse, fleurisse et parvienne à maturation pour déchirer, un jour, le voile de la caducité, alors, le plus important est que cette vie plonge ses racines toujours plus profondément. Si nous voulons que la plénitude de Dieu nous remplisse de grâces, il est fondamental que notre cœur s’élargisse toujours plus, pour contenir toujours plus.

La conduite chrétienne, et donc pleinement humaine, devient plus parfaite quand elle jaillit d’un désir du ciel plus robuste : « Visite-nous, Seigneur, dans la paix : nos cœurs déborderont de joie » (cf. antienne du Magnificat, premières vêpres du IIème dimanche de l’Avent).

Cette demande « Visite-nous, Seigneur Jésus » doit être faite par tous les chrétiens et les vierges consacrées dans le monde, par le don total de soi au Christ, nous en donnent un bel exemple, grand et généreux. Elles sont conscientes que l’époux cherche sa bien-aimée et elles veillent en son attente et font leur ce passage du Cantique des cantiques : « La voix de mon bien-aimé ! C’est lui, il vient… Il bondit sur les montagnes, il court sur les collines, mon bien-aimé, pareil à la gazelle, au faon de la biche. Le voici, c’est lui qui se tient derrière notre mur : il regarde aux fenêtres, guette par le treillage. » (2,8-9). « Je dors, mais mon cœur veille… C’est la voix de mon bien-aimé ! Il frappe ! LUI – Ouvre-moi, ma sœur, mon amie, ma colombe » (5,2). « Je suis à mon bien-aimé, mon bien-aimé est à moi » (6,3).

Par leur consécration, ces femmes vierges montrent qu’il est possible, et que c’est source de joie, d’accueillir le Christ comme un hôte doucement attendu, comme l’époux à qui consacrer à jamais sa fidélité. Elles nous montrent avec humilité qu’il est possible de garder toujours allumées les lampes, en attendant avec amour la venue du Sauveur (cf. rituel de consécration des Vierges n° 28 : « Veillez car vous ne savez ni le jour ni l’heure. Conservez avec soin la lumière de l’Evangile, et soyez prêtes à aller à la rencontre de l’Epoux qui vient »).

À leur exemple, je souhaite que, pas seulement en ce temps de l’Avent, nous cherchions tous à être toujours attentifs à la voix du Christ et à l’aimer par-dessus tout.

 

Lecture Patristique

Saint Augustin d’Hyppone (354 – 430)

Sermon 109, 1 ; PL 38, 636. 

Nous venons d’entendre l’évangile où Jésus critique ceux qui savaient reconnaître l’aspect du ciel, mais n’étaient pas capables de découvrir le temps où il était urgent de croire au Royaume des cieux (cf. Lc 12,54). C’est aux Juifs qu’il disait cela, mais cette parole parvient jusqu’à nous. Or le Seigneur Jésus Christ lui-même a commencé ainsi sa prédication : Convertissez-vous, car le Royaume des cieux est tout proche (Mt 4,17). Jean Baptiste, son précurseur, avait commencé de la même façon : Convertissez-vous, car le Royaume des cieux est tout proche (Mt 3,2). Et maintenant le Seigneur les blâme parce qu’ils ne veulent pas se convertir alors que le Royaume des cieux est proche, ce Royaume des cieux dont il dit lui-même qu’il ne vient pas de manière visible (Lc 17,20), et aussi qu’il est au milieu de vous (Lc 17,21).

Que chacun ait donc la prudence d’accepter les avertissements de notre Maître, pour ne pas laisser échapper le temps de sa miséricorde, ce temps qui se déroule maintenant, pendant lequel il épargne encore le genre humain. Car, si l’homme est épargné, c’est pour qu’il se convertisse, et que personne ne soit condamné.

C’est à Dieu de savoir quand viendra la fin du monde : quoi qu’il en soit, c’est maintenant le temps de la foi. La fin du monde trouvera-t-elle ici-bas l’un d’entre nous ? Je l’ignore, et il est probable que non.

Pour chacun de nous le temps est proche, parce que nous sommes mortels. Nous marchons au milieu des dangers. Si nous étions de verre, nous les redouterions moins. Quoi de plus fragile qu’un récipient de verre ? Pourtant on le conserve et il dure des siècles. Car on redoute pour lui une chute, mais non pas la vieillesse ni la fièvre. Nous sommes donc plus fragiles et plus faibles, et cette fragilité nous fait craindre chaque jour tous les accidents qui sont constants dans la vie des hommes. Et s’il n’y a pas d’accidents, il y a le temps qui marche. L’homme évite les heurts, évite-t-il la dernière heure ? Il évite ce qui vient de l’extérieur, peut-il chasser ce qui naît au-dedans de lui ? Parfois n’importe quelle maladie le domine subitement. Enfin, l’homme aurait-il été épargné toute sa vie, lorsqu’à la fin la vieillesse est venue, il n’y a plus de délai.

________________

[1] « Royaume des cieux » est une expression typique de saint Matthieu qui l’emploie trente-trois fois dans son Évangile. C’est une façon de parler juive qui, en signe de respect, substitue « cieux » au nom de Dieu. L’expression « Royaume des cieux » indique que Dieu se révèlera à tous les hommes et avec grande puissance : la puissance de l’Amour qui se donne et ne domine pas.

[2] Saint Thomas d’Aquin, Summa Theologica, I-IIae, q.113,a.4.

The post « L’Avent, un chemin de conversion », par Mgr Francesco Follo appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
Programme du voyage au Congo (RDC) et au Soudan – 7 titres, jeudi 1er décembre 2022 https://fr.zenit.org/2022/12/01/programme-du-voyage-au-congo-rdc-et-au-soudan-7-titres-jeudi-1er-decembre-2022/ Thu, 01 Dec 2022 17:50:04 +0000 https://fr.zenit.org/?p=179611 L'intention de prière du pape en décembre

The post Programme du voyage au Congo (RDC) et au Soudan – 7 titres, jeudi 1er décembre 2022 appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
Le pape François se rendra au Congo (RDC) et au Soudan du Sud en février

Le programme en détail : Kinshasa et Djouba

«La vidéo du pape» : le pape François invite à prier pour les «volontaires»

«Le miracle de la multiplication de l’espérance»

La « consolation authentique », une « confirmation » que l’on suit le Seigneur

Catéchèse du pape François (Traduction intégrale)

Prix Ratzinger : « l’indication de lignes d’engagement, d’étude et de vie d’une grande importance »

Le théologien français Michel Fédou sj lauréat

Aux jeunes et aux malades : «préparez-vous à célébrer la naissance de Jésus»

En écoutant la Parole de Dieu et «en répondant généreusement à sa grâce»

Audience générale : l’unité de l’Église et «la paix dans le monde entier»

Paroles du pape François

Message en arabe : «ce qui est bon pour moi ici et maintenant»

Le discernement

 

The post Programme du voyage au Congo (RDC) et au Soudan – 7 titres, jeudi 1er décembre 2022 appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
Le pape François se rendra au Congo (RDC) et au Soudan du Sud en février https://fr.zenit.org/2022/12/01/le-pape-francois-se-rendra-au-congo-rdc-et-au-soudan-du-sud-en-fevrier/ Thu, 01 Dec 2022 17:35:39 +0000 https://fr.zenit.org/?p=179609 Le programme en détail : Kinshasa et Djouba

The post Le pape François se rendra au Congo (RDC) et au Soudan du Sud en février appeared first on ZENIT - Francais.

]]>
Le pape François se rendra en République démocratique du Congo du 31 janvier au 3 février prochains, et au Soudan du Sud du 3 au 5 février, a indiqué le directeur de la salle de presse du Saint-Siège, Matteo Bruni, dans une déclaration ce jeudi 1er décembre 2022.

« Accueillant l’invitation des chefs d’État et des évêques respectifs, Sa Sainteté le pape François accomplira le voyage apostolique annoncé en République démocratique du Congo du 31 janvier au 3 février 2023, en visitant la ville de Kinshasa », a annoncé Matteo Bruni.  Le pontife effectuera également « avec l’archevêque de Canterbury et le modérateur de l’Assemblée générale de l’Église d’Écosse, le pèlerinage œcuménique de paix au Soudan du Sud, du 3 au 5 février, en se rendant à Djouba ».

Rappelons que le voyage apostolique du pape François en République démocratique du Congo et au Soudan du Sud, prévu du 2 au 7 juillet dernier, avait été reporté à une date ultérieure en raison des problèmes de santé du pape François. En effet, ses médecins lui avaient recommandé de ne pas voyager « afin de ne pas annuler les résultats des thérapies du genou encore en cours », avait expliqué le directeur de la salle de presse. Il avait alors ajouté que « repousser n’est pas annuler ».

La salle de presse du Saint-Siège a publié ce jour le programme intensif de ces six jours sur le continent africain :

 

Mardi 31 janvier 2023, Rome – Kinshasa

L’avion papal décollera de l’aéroport international de Rome/Fiumicino mardi 31 janvier à 7h55 pour Kinshasa, qui est située dans le même fuseau horaire que Rome. Après 7 heures de vol, l’avion doit atterrir à 15h à l’aéroport international Ndjili de Kinshasa, où aura lieu l’accueil officiel.

La cérémonie de bienvenue au « Palais de la Nation » à 16h30, sera suivie d’une visite de courtoisie au président de la République, Félix Tshisekedi, dans la Salle présidentielle du « Palais de la Nation », puis le pape François rencontrera les autorités, les représentants de la société civile et le corps diplomatique dans le jardin du « Palais de la Nation », où il prononcera son premier discours.

Mercredi 1er février, Kinshasa

Le pape célèbrera la messe à 9h30 à l’aéroport « Ndolo ». Il prononcera l’homélie.

L’après-midi, à la nonciature apostolique, il rencontrera à 16h30 les victimes dans l’Est du pays puis, à 18h30, les représentants de certaines œuvres caritatives. Il prononcera un discours à chacune de ces rencontres.

Jeudi 2 février – Kinshasa

Une première rencontre est prévue dans la matinée, ainsi qu’un discours, en présence des jeunes et des catéchistes, au Stade des Martyrs. Dans l’après-midi, un autre discours sera prononcé dans la cathédrale « Notre-Dame du Congo » au cours d’une rencontre de prière avec les prêtres, les diacres, les personnes consacrées et les séminaristes.

A 18h30 aura lieu la désormais traditionnelle « rencontre privée avec les membres de la Compagnie de Jésus », à la nonciature apostolique.

Vendredi 3 février, Kinshasa – Djouba

Pour ce voyage au Sud Soudan, appelé aussi « pèlerinage œcuménique de paix », le pape François sera accompagné de l’archevêque de Canterbury et du modérateur de l’Assemblée générale de l’Église d’Écosse

Après avoir rencontré les évêques et leur avoir adressé un discours, à la Cenco, en début de matinée, le pape se rendra à l’aéroport international « Ndjili » de Kinshasa d’où son avion pour Djouba décollera à 10h40.

L’arrivée à l’aéroport de Djouba et la cérémonie de bienvenue sont prévues à 15h, suivies de la visite de courtoisie au président de la République, Salva Kiir Mayardit, au Palais présidentiel. François rencontrera ensuite les vice-présidents de la République, puis les autorités, les représentants de la société civile et le corps diplomatique auxquels il adressera un discours dans le jardin du Palais présidentiel.

Samedi 4 février, Djouba

Dans la matinée se succèderont une rencontre avec les évêques, les prêtres, les diacres, les personnes consacrées et les séminaristes, donnant lieu à un nouveau discours du pape jésuite, dans la cathédrale Sainte-Thérèse, puis la « rencontre privée avec les membres de la Compagnie de Jésus » à la nonciature apostolique.

Dans l’après-midi, après une rencontre avec les personnes déplacées internes, dans le « Freedom Hall », le pontife participera à une prière œcuménique au Mausolée « John Garang, et prononcera à nouveau un discours.

Le pèlerinage œcuménique de paix au Soudan du Sud prendra fin dimanche 5 février. Le pape célèbrera la messe à 8h45 au Mausolée « John Garang ». Il prononcera l’homélie et présidera la prière dominicale de l’Angelus à l’issue de la messe.

L’avion papal décollera de l’Aéroport international de Djouba pour Rome à 11h30 et son arrivée est prévue à l’Aéroport international de Rome/Fiumicino à 17h30.

En 6 jours, le pontife qui fêtera ses 86 ans le 17 décembre prochain et qui souffre constamment de son genou, parcourra 12 630 kilomètres en avion, soit plus de 17 heures de vol, et prononcera 10 discours et 2 homélies.

The post Le pape François se rendra au Congo (RDC) et au Soudan du Sud en février appeared first on ZENIT - Francais.

]]>