Venezuela: le critère doit être le bien du peuple, estime le card. Parolin

Pour une solution « paisible et démocratique »

Cardinal Pietro Parolin ZENIT - HSM

Cardinal Pietro Parolin - ZENIT - HSM

« Le critère pour toute solution doit être uniquement le bien du peuple », a affirmé le cardinal secrétaire d’Etat Pietro Parolin à l’agence italienne ANSA, le 30 juillet 2017, alors qu’avaient lieu au Venezuela les élections des membres de l’Assemblée nationale constituante.

Dans ses propos rapportés par Radio Vatican en anglais, le “numéro 2” du Vatican a assuré que le pape et le Saint-Siège s’étaient « efforcés » de trouver une solution « paisible et démocratique ». Il a rappelé chacun à « ses propres responsabilités ».

L’agence vaticane Fides se fait l’écho des déclarations de la Conférence épiscopale vénézuélienne suite aux violences survenues au cours des élections : « Inutile, pas nécessaire et dommageable pour le peuple vénézuélien ».

La journée de manifestations a fait 10 morts selon le Parquet et 15 selon l’opposition. Auxquels il faut ajouter, rappelle Fides, les centaines de morts provoqués par les manifestations contre le président Maduro depuis 4 mois sur l’ensemble du territoire.

Seuls 9% des ayants droit se sont rendus aux urnes – soit 19 millions de personnes. Les acteurs de l’opposition et des secteurs sociaux, notamment l’Eglise catholique au Venezuela, rejettent le processus de la Constituante et ne reconnaîtront pas l’Assemblée qui sera installée.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!