Faire un don
Messe d'ouverture du synode 2018 © Vatican Media

Messe d'ouverture du synode 2018 © Vatican Media

Synode 2018 : relancer le dialogue entre l’Eglise et les jeunes, par Mgr Fabene

« L’Église a besoin d’eux, pour son présent et pour son avenir »

Pour  le sous-secrétaire au synode, Mgr Fabene, l’Assemblée synodale sur « les jeunes, la foi et le discernement vocationnel » qui s’ouvre ce 3 octobre 2018 permettra à l’Église de relancer un dialogue avec les jeunes, desquels elle s’est souvent éloignée. Parmi les 49 auditeurs participant à l’événement, on compte 34 jeunes.

« Ce seront, explique-t-il à Vatican News, des jours de travail, de confrontation et de dialogue intenses pour que l’Église puisse retrouver une grande passion pour annoncer l’Évangile aux jeunes, mais aussi une grande passion éducative pour leur transmettre la beauté de la vie. Afin que, dans toutes les situations qu’ils ont à vivre, ils puissent trouver la plénitude de la vie et de l’amour. »

« Ce synode est un défi justement parce qu’il aborde la question des jeunes », souligne Mgr Fabene : « C’est un thème que le pape a voulu, après une longue et large consultation, et qui concerne tous les jeunes du monde : personne n’est exclu… L’Église veut regarder tous les jeunes, de tous les continents, dans toutes les situations dans lesquelles ils vivent, et toutes les conditions sociales des jeunes d’aujourd’hui. »

« C’est un défi, poursuit le sous-secrétaire, parce que nous sommes appelés à marcher avec eux ; appelés à découvrir quelles sont leurs exigences et motivations et surtout nous devons nous confronter à leur réalité pour trouver les chemins pour annoncer l’Évangile aux jeunes d’aujourd’hui … pour que cela les aide à trouver le sens de leur vie. »

Participation active des jeunes

« La vraie nouveauté de ce synode, précise Mgr Fabene, a été précisément la réunion pré-synodale (mars 2018, ndlr) parce que, pour la première fois, l’Église s’est mise à l’écoute profonde de ceux qui seront les véritables protagonistes de ce synode, c’est-à-dire les jeunes. Ils étaient trois-cents, de tous les continents, et ils ont élaboré un document à présenter aux pères synodaux, avant d’aboutir en grande partie dans l’Instrumentum laboris où ils ont exprimé leurs désirs, leurs attentes et où ils ont aussi indiqué quelle Église ils voudraient, pour être des protagonistes et bâtisseurs du peuple de Dieu ».

 Parmi les 49 auditeurs qui participeront au synode, il y aura 34 jeunes, 17 jeunes gens et 17 jeunes femmes : « Leur présence, estime Mgr Fabene, est très importante parce qu’ils pourront écouter les interventions des pères mais aussi parler, dans les Congrégations générales comme dans les Cercles mineurs. Et leur présence est très intéressante et sera une grande stimulation pour tous les travaux. »

« Pendant la réflexion pré-synodale, conclut Mgr Fabene, les participants ont fait observer que, s’il est vrai que les jeunes se sont parfois éloignés de l’Église, très souvent c’est l’Église qui s’est éloignée d’eux… Les jeunes du pré-synode ont dit qu’ils ne sont pas contre l’Église mais que parfois l’Église est restée en arrière par rapport à eux ». « Le synode est justement une occasion pour relancer un dialogue profond entre l’Église et les jeunes, parce que l’Église a besoin d’eux, pour son présent et pour son avenir ».

Avec une traduction d’Hélène Ginabat

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel