Faire un don
Messe d'ouverture du synode des évêques sur les jeunes © Vatican Media

Messe d'ouverture du synode des évêques sur les jeunes © Vatican Media

Le Synode 2018 est lancé : regarder le visage des jeunes, ne pas les laisser seuls

Messe d’ouverture avec le pape François

Regarder le visage des jeunes, ne pas les laisser seuls livrés aux « marchands de mort », retrouver la capacité de « rêver », sortir du conformisme et d’une « position moralisante ou élitiste » … ce sont les vœux du pape François à l’ouverture du Synode sur les évêques dédié aux jeunes, ce 3 octobre 2018.

Le pape a célébré une messe place Saint-Pierre, entouré des 267 Pères synodaux – évêques, patriarches et cardinaux – et des autres participants au synode, parmi lesquels 34 jeunes du monde entier. Des jeunes ont participé aux lectures, à la prière universelle, à la procession des offrandes. La célébration a été également marquée par la présence historique de deux évêques chinois : le pape les a salués, visiblement très ému, et ils ont été applaudis par la foule.

Dans son homélie, l’évêque de Rome a encouragé l’Eglise à renouveler « la capacité de rêver et d’espérer », sans se laisser « étouffer ni écraser par des prophètes de calamités et de malheur, ni par nos limites, erreurs et péchés » et sans « tomber dans une position moralisante ou élitiste » ou dans « des idéologies abstraites qui ne correspondent jamais à la réalité de nos gens ». Il a souhaité que le synode soit l’occasion « de transformer ces structures qui aujourd’hui nous paralysent, nous séparent et nous éloignent des jeunes ».

« L’espérance nous interpelle, nous déplace et rompt avec le conformisme du “on a toujours fait ainsi”, et elle nous demande de nous lever pour regarder directement le visage des jeunes et les situations dans lesquelles ils se trouvent », a-t-il poursuivi :  les jeunes « nous appellent à prendre en charge avec eux le présent, en nous engageant davantage et à lutter contre ce qui, de toutes les façons, empêche leur vie de se développer avec dignité. Ils nous demandent et exigent un dévouement créatif, une dynamique intelligente, enthousiaste et pleine d’espérance, et que nous ne les laissions pas seuls aux mains de tant de marchands de mort qui oppriment leur vie et obscurcissent leur vision. »

Le pape François a aussi recommandé aux Pères synodaux de se mettre « à l’écoute les uns des autres pour discerner ensemble ce que le Seigneur demande à son Église » : « cela exige de nous que nous soyons attentifs et veillions bien à ce que ne prévale pas la logique de l’auto-préservation et de l’autoréférentialité, qui finit par faire devenir important ce qui est secondaire et secondaire ce qui est important ». Il s’agit de « viser un plus grand bien qui profitera à nous tous ». Et d’insister : « Sans cette attitude, tous nos efforts seront vains. »

« Ecouter Dieu, pour écouter avec lui le cri des gens; écouter les gens pour respirer avec eux la volonté à laquelle Dieu nous appelle », ce sont les mots d’ordre du pape : « Pères synodaux, l’Église vous regarde avec confiance et amour. »

Il a conclu en citant le Message de Paul VI aux jeunes à la fin du Concile Vatican II (8 décembre 1965) : « Luttez contre tout égoïsme. Refusez de laisser libre cours aux instincts de violence et de haine, qui engendrent les guerres et leur cortège de misères. Soyez généreux, purs, respectueux, sincères. Et construisez dans l’enthousiasme un monde meilleur que celui de vos aînés ! »

Au terme de la célébration, le pape a salué les cardinaux, puis est monté dans la papamobile pour faire le tour de la foule. Dans l’après-midi, aura lieu l’inauguration des travaux du synode.

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel