Faire un don
Le pape François et le cardinal Filoni © L'Osservatore Romano

Le pape François et le cardinal Filoni © L'Osservatore Romano

Le card. Filoni invite à « ne pas clôturer le Mois missionnaire extraordinaire »

Exercer « la responsabilité baptismale »

Le cardinal Filoni encourage l’Eglise à « ne pas clôturer le Mois missionnaire extraordinaire, mais d’exercer « la responsabilité baptismale », rapporte l’agence vaticane Fides. Il a  mentionné l’anniversaire, en 2022, de l’oeuvre de la Propagation de la foi, fondée par Pauline Jaricot (1799-1862).

Le cardinal italien a en effet présidé la messe, le 29 octobre 2019, au forum organisé par la fondation italienne Missio et par le Bureau pour la coopération missionnaire de la Conférence épiscopale italienne, sur le thème: «La Mission fait l’Eglise : baptisés et envoyés pour la vie dans le monde», à la Fraterna Domus de Sacrofano, au nord de Rome (28-31 octobre).

Le préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples, le cardinal Fernando Filoni a exprimé sa « gratitude et reconnaissance au Seigneur » pour le don du Mois missionnaire extraordinaire d’octobre 2019 qui s’achève.

Le cardinal Filoni a souhaité la « poursuite du chemin de conversion missionnaire par-delà le Mois missionnaire extraordinaire » afin que « tout ce que l’Esprit Saint nous a fait vivre et suscite, surtout au sein des très nombreuses Eglises locales présentes de par le monde entier ».

Le cardinal préfet a invité à ce que l’Eglise s’engage « à ne pas clôturer » le Mois missionnaire mais à « poursuivre sur le chemin de conversion missionnaire de l’Eglise, tant désirée par le Pape François et par nous tous ».

Dans son homélie, le Cardinal Filoni a souligné que le but du Mois missionnaire extraordinaire n’a pas été seulement de commémorer le centenaire de la Lettre apostolique Maximum Illud, de Benoît XV, « mais de raviver l’ardeur pour la mission, afin que, toujours plus passionnés par Jésus, il soit possible sérieusement de se passionner pour le salut de l’humanité. Il ne s’est donc pas s’agit d’exhumer des formes exotiques de la mission restreinte et déléguée à quelques « héros » mais de redécouvrir la responsabilité baptismale commune qui vient de la foi, laquelle appelle tout un chacun à la sainteté ».

Il a aussi encouragé la création de « nouveaux chemins »: « Nous sommes appelés à repenser et à découvrir de nouveaux chemins, de nouvelles modalités de la mission dont le véritable contenu consiste dans la fécondité de la foi baptismale en rapport de conversion et de transformation du monde ».

Il a rappelé que les chrétiens étaient dans le monde « comme le levain, le sel et la lumière, afin que tout lève dans le Christ et devienne pain par l’offrande de soi à Dieu dans le don pour les autres » et que l’Eglise soit « capable d’évangéliser efficacement seulement dans l’ensemble de la communion des Eglises répandues de par le monde ».

Il a aussi encouragé le don de soi pour la mission: « Le Mois missionnaire extraordinaire nous a été indiqué par le Pape comme une opportunité précieuse et providentielle pour nous demander et réfléchir sur l’état, la qualité et le sérieux de notre témoignage à l’intérieur de la mission ».

Il a indiqué de nouvelles échéances, dans le sillage, entre autres, de Pauline Jaricot: « En 2022, nous célébrerons le quatrième centenaire de la création par le Pape Grégoire XV de ce qui était alors la Congrégation de Propaganda Fide, l’actuelle Congrégation pour l’évangélisation des peuples. Cette même année, nous ferons mémoire du bicentenaire de la fondation de l’Œuvre pontificale missionnaire de la Propagation de la foi par la vénérable Pauline Jaricot, et le centenaire de la qualification de pontificale des Œuvres missionnaires voulue par le Pape Pie XI afin que ces Œuvres puissent servir sa responsabilité de sollicitude missionnaire à l’égard de toutes les Eglises du monde en tant que Pasteur universel de l’Eglise. C’est dans cet esprit que, au lieu de clôturer le Mois missionnaire extraordinaire, nous nous lançons, intrépides, vers ses nouveaux anniversaires afin de poursuivre sur le chemin de conversion missionnaire de l’Eglise tant voulue par le Pape François et par nous tous ».

Le congrès a rassemblé plus de 300 personnes « pour un temps de discernement commun concernant la mission »: des évêques chargés des commissions missionnaires régionales, des directeurs des Centres missionnaires diocésains et leurs équipes, des représentants des Instituts missionnaires et religieux, des prêtres fidei donum, des bénévoles internationaux et des laïcs missionnaires.

About Anita Bourdin

Journaliste accréditée au Vatican depuis 1995. A lancé Zenit en français en janvier 1999. Correspondante à Rome de Radio Espérance. Formation: journalisme (IJRS, Bruxelles), théologie biblique (PUG, Rome), lettres classiques (Paris IV, Sorbonne).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel