Premières Journées sociales catholiques pour l’Europe

Print Friendly, PDF & Email

Un effort « collectif » et « individuel » pour une sortie de crise solidaire

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

ROME, Vendredi 9 octobre 2009 (ZENIT.org) Les premières Journées sociales catholiques pour l’Europe ont ouvert leurs portes jeudi 8 octobre à Gdansk, en Pologne, la ville de Solidarnosc, sur le thème : « La solidarité-défi pour l’Europe », une initiative visant à promouvoir une meilleure pratique de la solidarité, soit la mise en commun de « valeurs personnelles et politiques » qui puissent sortir le monde de sa crise actuelle.  

« Rechercher les voies d’une solidarité de l’Europe » face à la crise mondiale, mais aussi la possibilité d’« encourager la participation de l’Union européenne à une civilisation de l’amour, qui ne laisse personne de côté en aucun point du globe, et qui associe les générations futures », sont les thèmes de réflexion proposés par la COMECE, la Commission des épiscopats de la Communauté européenne, aux quelques 600 catholiques invités de toute l’Europe. 

Alors que le monde est actuellement plongé dans une profonde crise économique et que les institutions de l’Union européenne sont en plein renouvellement, Bernard Chenevez, vice-président des Semaines sociales de France, et membre de IXE, initiative de chrétiens pour l’Europe (1), partage l’avis des évêques d’Europe qui, en invitant des laïcs et pas seulement des laïcs à s’exprimer sur ce thème, « ont jugé utile d’avoir un langage un peu commun » face à toutes ces réflexions. 

« Les crises que nous vivons, qui sont financières, économiques, écologiques, voire même éthiques », sont selon lui, révélatrices d’une solidarité qui  n’existe pas encore, qui est loin d’être atteinte ». « On le note », dit-il dans un entretien à Radio Vatican, à « l’écart qui se creuse entre ceux qui arrivent à vivre correctement  et ceux qui ont de plus en plus de difficultés à vivre ».  

Bernard Chevenez voit donc dans cette initiative une volonté d’aller dans deux directions : encourager « l’effort collectif » visant à se doter des structures nécessaires pour les instances de gouvernement et pour les instances économiques, dont les entreprises, mais encourager aussi « l’ effort individuel » pour que, souligne-t-il, « individuellement, nous nous sentions responsables de cette sortie de crise au pluriel ». 

Pour le vice-président des Semaines sociales de France, ces premières Journées sociales catholiques pour l’Europe, correspondent mot pour mot à la vocation des Semaines sociales. 

Après avoir relevé que la notion de « semaine sociale » est une notion ancienne, les Semaines sociales de France, d’Italie et d’Espagne ayant plus de 100 ans, il s’est réjoui de voir se multiplier depuis ce genre d’initiatives dans beaucoup d’autres pays, comme tout dernièrement en Slovénie et auparavant en Ukraine qui en est à ses deuxième Semaines sociales. 

Cette tendance est, selon lui, le signe qu’il y a assimilation du « concept » qui consiste « à mettre en valeur la dignité humaine dans la société où nous sommes », et sur lequel, rappelle-t-il, repose tout l’enseignement chrétien social.  

Isabelle Cousturié

(1) IXE, Initiative des chrétiens pour l’Europe (IXE), a été étroitement associée à la préparation de ces premières Journées sociales catholiques pour l’Europe, en même temps que d’autres réseaux européens comme Caritas Europe et Justice et Paix Europe. 

Share this Entry

ZENIT Staff

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel