Faire un don
Déjeuner avec des Amérindiens d'Amazonie à Puerto Maldonado, Pérou © Vatican Media

Déjeuner avec des Amérindiens d'Amazonie à Puerto Maldonado, Pérou © Vatican Media

Vers le synode sur l’Amazonie : engager un dialogue avec les peuples autochtones

Une rencontre à la FAO avec des représentants du Vatican

Aujourd’hui, il est nécessaire d’engager un dialogue avec les peuples autochtones pour respecter leurs droits, demander leur consentement préalable, afin qu’ils puissent devenir de véritables interlocuteurs, a déclaré Mgr Fernando Chica Arellanno, observateur permanent du Saint-Siège auprès des organismes des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO, FIDA et PAM). Selon lui, c’est un impératif pour l’Église, une exigence éthique fondamentale et indispensable.

Mgr Chica Arellanno est intervenu au séminaire « Les peuples autochtones gardiens de la nature : l’encyclique Laudato si du pape François et les objectifs de développement durable » qui s’est tenu au siège de la FAO, à Rome, le 28 mars 2019, indique Vatican News. Au cours de la rencontre, le cardinal Lorenzo Baldisserri, secrétaire général du Synode des évêques, a parlé de la préparation du Synode sur l’Amazonie (6-27 octobre 2019).

Le cardinal Baldisserri a rappelé que durant la phase de consultation, qui est en cours, 45 assemblées territoriales locales ont déjà eu lieu, organisées par le Réseau ecclésial panamazonien, le REPAM, ainsi que des séminaires : « Vers le Synode spécial pour l’Amazonie : dimension régionale et universelle » et « Écologie intégrale : une réponse synodale à partir de l’Amazonie et d’autres biomes / territoires essentiels pour la protection de notre Maison commune ».

À partir des questionnaires distribués, l’élaboration de l’Instrumentum laboris pour les pères synodaux va commencer, a expliqué le cardinal. Il a également insisté sur l’urgence d’un « métissage culturel ».

À son tour, Mme Azzurra Chiarini, coordinatrice du programme commun FAO, FIDA, PAM, UFWomen, de l’Autonomisation économique des femmes rurales, PAM, a présenté un programme pour améliorer la condition des femmes autochtones à travers quatre objectifs : renforcer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des femmes autochtones et de leurs familles ; organiser leur accès à un revenu ; affirmer leur leadership au sein de la production agricole et de la communauté ; renforcer la création de politiques favorables aux droits des femmes autochtones avec les gouvernements locaux.

Le chef de la FAO pour les peuples autochtones, Yon Fernandez de Larrinoa, a rappelé que la Convention 169 – « Convention relative aux peuples indigènes et tribaux » – était née en 1989 et que depuis lors, de nombreuses initiatives ont eu lieu, comme la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones en 2007 ou la Politique sur les peuples indigènes et tribaux en 2010.

About Marina Droujinina

Journalisme (Moscou & Bruxelles). Théologie (Bruxelles, IET).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel