Venezuela : les évêques élèvent leurs voix contre la violence

Un écho dans les médias du Vatican

Venezuela, audience du 08/06/2017 © L'Osservatore Romano

Venezuela, audience du 08/06/2017 © L'Osservatore Romano

Les évêques du Venezuela élèvent leurs voix contre la violence et appellent toutes les personnes de bonne volonté à aider à surmonter la crise dans le pays.

Au terme des travaux de la 108e assemblée plénière de l’épiscopat du Venezuela, qui a eu lieu à Caracas du 7 au 12 juillet 2017, un « Message urgent des évêques aux catholiques et aux personnes de bonne volonté au Venezuela » a été publié, indique l’agence vaticane Fides et Radio Vatican. Le message invite à participer à la Journée de prière et de jeûne proclamée pour le 21 juillet.

« En tant que pasteurs de l’Église au Venezuela, écrivent les évêques, nous élevons la voix pour demander : au gouvernement national, de retirer la proposition d’Assemblée constituante ; aux forces armées, de servir le peuple et non pas le régime ou le parti au pouvoir ; à tous les hommes politiques, de s’engager avec la population pour surmonter la crise. »

« C’est le moment d’un changement de l’orientation politique du gouvernement », affirment les évêques. « L’initiative du gouvernement de convoquer une Assemblée nationale constituante, rejetée par la majorité du peuple vénézuélien, a complètement ignoré que c’est le peuple, au travers de l’exercice de sa souveraineté, qui peut et doit la convoquer ». « Tout fait penser que ce qui est recherché est l’établissement d’un État socialiste, marxiste et militaire, caractérisé par la disparition de l’autonomie des pouvoirs, en particulier du pouvoir législatif ».

« Dans notre pays, peut-on lire aussi dans le message, il est très clairement perçu que la violence a pris un caractère structurel. En voici différentes expressions : elle va de la répression irrationnelle, avec son lourd bilan de morts et de blessés, de dommages aux habitations et aux structures résidentielles, aux persécutions et même à la négligence envers les besoins fondamentaux de la population. »

« La répression officielle provoque des réponses parfois violentes, soulignent les évêques, contribuant ainsi à créer un climat de tension et d’anarchie, avec des conséquences dangereuses. Il existe un mépris pour la dignité humaine qui s’exprime au travers de la négation et de la violation continuelle des droits fondamentaux de la part des autorités. »

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!