Faire un don
Cardinal Baldisseri au milieu des jeunes © taize.fr

Cardinal Baldisseri au milieu des jeunes © taize.fr

Taizé : « Jésus ouvre à la créativité et à la participation »

Homélie du cardinal Baldisseri

« Si Jésus revenait aujourd’hui, estime le cardinal Lorenzo Baldisseri, il parlerait, dans ses paraboles, de réseaux sociaux, de jeux électroniques, de voyages touristiques, de sport ou de voitures de course ». « Jésus ouvre à la créativité et à la participation, ajoute-t-il. Il n’offre pas une doctrine déjà prête à être enseignée ».

C’est ainsi que le secrétaire général du Synode des évêques a commenté la parabole du semeur au cours de son homélie prononcée le dimanche 16 juillet 2017 dans la chapelle de la Réconciliation de la communauté œcuménique de Taizé, en France, où il s’était rendu sur l’invitation du frère Alois, indique L’Osservatore Romano en italien.

« La parabole, puisqu’elle est simple, parle à tout le monde, a souligné le cardinal. Dans la Bible, une parabole est une histoire tirée de la vie quotidienne des gens, elle parle de leur travail, des objets qu’ils utilisent tous les jours (une lampe, du levain, une barque, un filet,…), de leurs rêves (un trésor, des perles,…). Elle se sert d’objets visibles et connus pour expliquer des choses invisibles et inconnues du Royaume de Dieu. C’est pour cela que Jésus s’en sert pour dire des choses importantes sur Dieu. »

« Si la parabole est simple, a-t-il poursuivi, elle requiert toutefois un effort d’interprétation qui interpelle l’intelligence, certes, mais aussi la liberté. C’est pourquoi Jésus conclut souvent par cette phrase énigmatique et invitante à la fois : ‘Celui qui a des oreilles, qu’il entende !’ (Mt 13, 9.43) »

Le cardinal Baldisseri a voulu aussi « attirer l’attention sur un aspect très actuel : ‘le semeur sortit pour semer’. Ce choix de ‘sortir’, de faire ‘sortir Jésus’, d’être une ‘Église en sortie’, a-t-il dit, est un thème constant et récurrent chez le pape François pour décrire la mission de l’Église d’aujourd’hui. »

« C’est dans ce cadre-là, a-t-il expliqué, que s’inscrit l’initiative récente du pape pour les jeunes : un synode qui leur est totalement consacré. Une assemblée qui sera à l’écoute des jeunes et cela, en soi, constitue déjà un ‘changement de style’ assez radical. »

Il ne s’agit pas, pour le cardinal, « tant de faire nécessairement des choses nouvelles, de multiplier les initiatives que de rendre l’action pastorale davantage en capacité de se mettre au service de la rencontre de chacun d’entre nous avec Jésus ».

« Pour pouvoir repartir vers de nouvelles frontières existentielles, a-t-il souligné, il est indispensable de faire des trésors d’inventivité pour récupérer une forte présence des laïcs dans l’Église, et surtout des jeunes. »

Il faut « passer, a-t-il estimé, d’une attitude de ‘sentinelle’, qui depuis sa forteresse observe ce qui se passe autour d’elle, à celle d’ ‘explorateur’ qui s’expose et se met lui-même en jeu ».

« C’est ce à quoi nous invite le pape François, a affirmé le cardinal, quand il affirme que ‘nous sommes tous invités à accepter cet appel : sortir de son propre confort et avoir le courage de rejoindre toutes les périphéries qui ont besoin de la lumière de l’Évangile’ » (EG, 20).

« Alors, vous aussi, sortez ! » a conclu le cardinal Baldisseri.

About Marina Droujinina

Journalisme (Moscou & Bruxelles). Théologie (Bruxelles, IET).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel