Faire un don
Visite du métropolite Rostislav 11/05/2018 © Vatican Media

Visite du métropolite Rostislav 11/05/2018 © Vatican Media

Orthodoxie: visite du métropolite Rostislav, discours du pape (traduction complète)

Un «immense patrimoine commun de sainteté»

Grâce à Cyrille et Méthode, « nous avons hérité ensemble – et nous avons continuellement besoin de partager – un immense patrimoine commun de sainteté », a déclaré le pape François, à l’occasion de la visite au Vatican du métropolite Rostislav de Tchéquie et de Slovaquie, archevêque de Presov, avec sa suite, ce vendredi 11 mai 2018.

Après le discours du métropolite Rostislav, le pape s’est adressé aux personnes présentes.

Évoquant les nombreux martyrs de la persécution athée du XXème siècle, le pape a affirmé : « Aujourd’hui encore les souffrances de nombreux frères et sœurs persécutés à cause de l’Évangile sont un rappel urgent, qui nous interpelle pour rechercher une plus grande unité. »

A propos des saints frères de Thessalonique, Cyrille et Méthode qui ont su « dépasser » « les divisions qui avaient surgi entre communautés chrétiennes de cultures et de traditions différentes » le pape a souligné  « qu’unité ne signifie pas uniformité mais réconciliation des diversités dans l’Esprit Saint ». Il a conclu en souhaitant pouvoir « atteindre un jour la pleine unité vers laquelle nous cheminons ».

Pendant son séjour à Rome, du 9 au 12 mai, le métropolite a rencontré aussi le président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, le cardinal suisse Kurt Koch.

Le métropolite Rostislav a célèbré la divine liturgie sur la tombe de saint Cyrille, dans la basilique Saint-Clément, qui se trouve à Rome entre le Latran et le Colisée.

L’Église orthodoxe de Tchéquie et de Slovaquie est l’une des quatorze Églises orthodoxes « autocéphales » – autonomes – de tradition byzantine: l’Eglise russe lui a accordée l’autocéphalie en 1951 et Constantinople en 1998. Elle tire son origine de l’évangélisation de la Grande Moravie, par les saints frères Cyrille et Méthode (IXe s.).

Malgré l’existence de deux conseils métropolitains de Tchéquie et de Slovaquie, un Saint Synode unique est maintenu et son président porte le titre de « Métropolite de Tchéquie et de Slovaquie ».

Voici notre traduction du discours du pape François prononcé en italien. Le Vatican publie aussi une version en slovaque. Nous publions aussi ici notre traduction de l’allocution du métropolite.

HG/AB

Discours du pape François

 Béatitude,

Dans la joie du Seigneur ressuscité, je suis heureux de vous souhaiter la bienvenue ainsi qu’à la délégation qui vous accompagne dans ce pèlerinage à Rome, que vous effectuez pour la première fois en tant que Primat de l’Église orthodoxe de Tchéquie et de Slovaquie. Je vous suis reconnaissant de votre visite, qui suit celle qu’a faite l’année dernière dans votre archidiocèse le cardinal Koch, président du Conseil pontifical pour la Promotion de l’Unité des Chrétiens. Je vous remercie aussi pour l’entretien fraternel que nous avons eu et pour les aimables paroles que vous avez tenu à m’adresser.

L’apôtre Paul, avant de glorifier le Seigneur par l’offrande de sa vie dans cette ville, écrivait aux Romains : « Recherchons donc ce qui contribue à la paix, et ce qui construit les relations mutuelles » (14,19). Bénissons Dieu pour les liens spirituels qui nous rapprochent et qui nous encouragent à poursuivre, dans l’édification de relations mutuelles et dans la recherche commune de la paix, don du Ressuscité. Parmi ces liens, je voudrais évoquer la présence ici, à Rome, dans l’antique Basilique Saint Clément, de la tombe de saint Cyrille, apôtre des Slaves, dont la prédication a répandu la foi dans les terres où votre Église réalise sa mission. Auprès de sa tombe, vous avez célébré la divine liturgie, rendant hommage à cet illustre saint, vénéré par les chrétiens d’Orient et d’Occident. Justement, la figure de saint Cyrille m’inspire trois brèves pensées que je voudrais partager fraternellement.

Selon la tradition, ce sont les frères Cyrille et Méthode, venant de Salonique, qui ont apporté au pape Adrien II les reliques de saint Clément, un des premiers évêques de Rome, mort en exil sous l’empereur Trajan. Le geste de Cyrille et Méthode nous rappelle que nous, les chrétiens, nous avons hérité ensemble – et nous avons continuellement besoin de partager – un immense patrimoine commun de sainteté. Parmi les nombreux témoins, d’innombrables martyrs ont confessé leur fidélité à Jésus dans les siècles passés, comme saint Clément, mais aussi dans des temps récents, par exemple quand la persécution athée a frappé vos pays. Aujourd’hui encore les souffrances de nombreux frères et sœurs persécutés à cause de l’Évangile sont un rappel urgent, qui nous interpelle pour rechercher une plus grande unité. Puisse l’exemple de Cyrille et Méthode nous aider à valoriser ce patrimoine de sainteté qui nous unit déjà !

Un second aspect, que nous rappellent les saints apôtres des Slaves, concerne le rapport entre évangélisation et culture. Byzantins de culture, les saints frères eurent l’audace de traduire le message évangélique dans une langue accessible aux peuples slaves de la Grande Moravie.

Des saints Cyrille et Méthode, je voudrais saisir une dernière inspiration. Ils réussirent à dépasser les divisions qui avaient surgi entre communautés chrétiennes de cultures et de traditions différentes. En ce sens, on peut dire qu’ils furent « d’authentiques précurseurs de l’œcuménisme » (Jean-Paul II, Lett. enc. Slavorum apostoli, 14). Ils nous rappellent ainsi qu’unité ne signifie pas uniformité mais réconciliation des diversités dans l’Esprit Saint. Puisse le témoignage des saints Cyrille et Méthode nous accompagner le long du chemin vers la pleine unité, nous stimulant à vivre cette diversité dans la communion et à ne jamais nous décourager sur notre parcours, que nous sommes appelés à effectuer selon la volonté du Seigneur et dans la joie. À cet égard, je me réjouis de la participation active de votre Église à la Commission mixte internationale pour le dialogue théologique entre l’Église catholique et l’Église orthodoxe, par l’intermédiaire de l’archevêque Juraj, ici présent. J’espère que cette Commission, qui a adopté en 2016, à Chieti, un document sur les rapports entre primauté et synodalité au cours du premier millénaire, pourra continuer à approfondir le dialogue sur ce thème.

Béatitude, chers frères, je vous remercie encore pour votre visite, don pour grandir dans l’édification mutuelle, en renforçant nos liens spirituels et d’amitié. Je demande au Seigneur, par l’intercession des saints Cyrille et Méthode, que nous puissions atteindre un jour la pleine unité vers laquelle nous cheminons. Je vous prie de transmettre à vos fidèles l’assurance de mon souvenir dans la prière et mes salutations cordiales dans le Christ ressuscité. Invoquant sur tous la bénédiction du Seigneur et la protection de la Mère de Dieu, je vous demande de me réserver une place dans vos prières.

© Traduction de Zenit, Hélène Ginabat

About Hélène Ginabat

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel