Faire un don
Vincentas Borisevičius @ Chaimas Kaplanskis - Žemaičių muziejus „Alka“ via Europeana

Vincentas Borisevičius @ Chaimas Kaplanskis - Žemaičių muziejus „Alka“ via Europeana

Lituanie : une délégation du séminaire de Telšiai rencontre le pape François

En mémoire du premier recteur Mgr Borisevičius, fusillé en 1946

Trente ans après la réouverture du séminaire de Telšiai (fermée par le régime communiste), une délégation de la communauté, et le recteur, le p. Saulius Stumbra, a rencontré le pape François à l’audience générale du mercredi 19 juin 2019, indique L’Osservatore Romano en italien du 20 juin.

Les représentants du séminaire ont voulu commémorer avec le pape la mémoire du premier recteur puis l’évêque Mgr Vincentas Borisevičius (1887-1946), fusillé sous le régime soviétique, en 1946.

Au cours de sa visite en Lituanie – le 23 septembre 2018 – le pape François a visité l’immeuble ou se trouvait la prison du KGB (de 1944 jusqu’en 1991) et ou Mgr Borisevičius a été détenu et exécuté le 18 novembre 1946.

Le séminaire de Telšiai, fondé en 1740 et fermé en 1863, a été officiellement ouvert le 4 octobre 1927. En tant que premier recteur, Mgr Borisevičius a fait construire un nouveau bâtiment de trois étages pour le séminaire et y a également enseigné la théologie morale. Selon les témoignages, son objectif n’était pas de préparer les universitaires, mais les prêtres à des travaux pratiques parmi le peuple.

Tous les jours, avant le déjeuner, raconte son biographe Andrius Baltinis, il s’adressait aux étudiants pendant environ 15 minutes, en mettant l’accent sur la piété, la dévotion à Dieu, la discipline et la moralité. Selon ses étudiants, il était scrupuleux, presque perfectionniste, et voulait transformer rapidement les religieux en prêtres parfaits. Il a strictement appliqué la discipline, insisté pour faire preuve de respect envers ses supérieurs et n’hésitait pas à expulser les étudiants pour « absence d’appel ». Il est resté recteur jusqu’en 1940, année de la fermeture du séminaire à la suite de l’occupation soviétique en juin 1940.

Le 21 janvier 1944, il a été nommé évêque de Telšiai.

Lorsque, vers le milieu de 1944, à la suite de l’offensive balte, l’Armée rouge a pris le contrôle de la plus grande partie de la Lituanie, Mgr Borisevičius a refusé de suivre l’exemple de nombreux autres membres du clergé et de l’intelligentsia pour fuir à l’Ouest et échapper aux futures persécutions communistes. Il est resté à Telšiai.

Mgr Borisevičius a été arrêté une première fois le 18 décembre 1945 et il a été relâché six jours plus tard. Un accord lui a été proposé – coopérer avec les autorités soviétiques en échange d’un pardon, mais il a refusé. Le 3 janvier 1946, Mgr Borisevičius a envoyé au NKGB une lettre énumérant des exemples montrant comment il avait aidé les prisonniers de guerre juifs, communistes et russes. Lors de son procès soviétique ultérieur, trois Juifs ont témoigné qu’il les avait aidés à échapper à l’Holocauste.

Il a été à nouveau arrêté le 5 février 1946 et a été exécuté probablement le 18 novembre 1946 avec douze autres prisonniers.

 

About Marina Droujinina

Journalisme (Moscou & Bruxelles). Théologie (Bruxelles, IET).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel