Faire un don
Angélus, 17 mars 2019 @ Vatican Media

Angélus, 17 mars 2019 @ Vatican Media

Angélus: la prière rend «lumineux» (traduction complète)

L’itinéraire de carême: joie, prière, Parole de Dieu, Marie

Le pape François encourage à continuer « l’itinéraire de carême » dans la « joie », avec « la prière » et la « Parole de Dieu » et à l’école de la Vierge Marie.

Le pape François a évoqué ce temps particulier du carême avant l’angélus de ce dimanche 17 mars 2019 – deuxième dimanche de carême -, Place Saint-Pierre, en présence de dizaines de milliers de visiteurs, après avoir commenté l’Evangile de la Transfiguration du Christ.

« Continuons notre itinéraire de carême avec joie », a encouragé le pape en italien : « Accordons un espace à la prière et à la Parole de Dieu, que la liturgie nous offre abondamment ces jours-ci. Que la Vierge Marie nous apprenne à rester avec Jésus même lorsque nous ne le saisissons pas et que nous ne le comprenons pas. Parce que c’est seulement en restant avec lui que nous verrons sa gloire. »

Le pape a évoqué l’Evangile de ce dimanche (Luc 9,28-36), et il a souligné que c’est au moment où le Christ est « en prière » qu’il est transfiguré : sa lumière intérieure transparaît aussi à l’extérieur et l’apôtre Pierre « voudrait que ce moment de grâce ne finisse plus! ».

Le pape a aussi expliqué, notamment, que « la Transfiguration du Christ nous montre la perspective chrétienne de la souffrance » : « La souffrance n’est pas un sadomasochisme: c’est un passage nécessaire mais transitoire. Le point d’arrivée auquel nous sommes appelés est aussi lumineux que le visage du Christ transfiguré. »

Et cette lumière c’est le fruit de la prière : « elle nous rend lumineux de la lumière de l’Esprit Saint ».

Après l’angélus, le pape a prié en silence avec la foule pour les musulmans frappés par l’attentat de Christchurch, en Nouvelle Zélande.

Voici notre traduction rapide, de travail, des paroles prononcées par le pape François en italien.

AB

Paroles du pape François avant l’angélus

Chers frères et soeurs, bonjour!

En ce deuxième dimanche de Carême, la liturgie nous fait contempler l’événement de la Transfiguration, au cours duquel Jésus accorde à ses disciples Pierre, Jacques et Jean un avant-goût de la gloire de la Résurrection: une ouverture du ciel sur terre. L’évangéliste Luc (cf. 9,28-36) nous montre Jésus transfiguré sur la montagne, qui est le lieu de la lumière, symbole fascinant de l’expérience unique réservée aux trois disciples. Ils montent avec le Maître sur la montagne, le voient plonger dans la prière et, à un moment donné, « son visage changea d’apparence » (v. 29). Habitués à le voir tous les jours dans la simple apparence de son humanité, devant cette nouvelle splendeur qui enveloppe également toute sa personne, ils restent frappés de stupeur. Et à côté de Jésus apparaissent Moïse et Élie, qui lui parlent de son prochain « exode », c’est-à-dire de sa Pâque de mort et de résurrection. C’est une anticipation de Pâques. Alors Pierre s’exclame: « Maître, il est bon que nous soyons ici » (v. 33). Il voudrait que ce moment de grâce ne finisse plus!

La Transfiguration a lieu à un moment très précis de la mission du Christ, c’est-à-dire après qu’il a confié aux disciples qu’il devait « beaucoup souffrir, […] être tué et ressusciter le troisième jour » (v. 21). Jésus sait qu’ils n’acceptent pas cette réalité – la réalité de la croix, la réalité de la mort de Jésus – et il veut donc les préparer à supporter le scandale de la passion et de la mort en croix, afin qu’ils sachent que c’est la voie par laquelle le Père céleste conduira son Fils à la gloire, en le ressuscitant d’entre les morts. Et ce sera aussi la voie des disciples: personne ne parvient à la vie éternelle si ce n’est en suivant Jésus, portant sa propre croix dans la vie terrestre. Chacun de nous a sa propre croix. Le Seigneur nous montre la fin de ce parcours qui est la résurrection, la beauté, en portant notre propre croix.

Par conséquent, la Transfiguration du Christ nous montre la perspective chrétienne de la souffrance. La souffrance n’est pas un sadomasochisme: c’est un passage nécessaire mais transitoire. Le point d’arrivée auquel nous sommes appelés est aussi lumineux que le visage du Christ transfiguré: en lui se trouvent le salut, le bonheur, la lumière, l’amour de Dieu sans limites. En montrant ainsi sa gloire, Jésus nous assure que la croix, les épreuves, les difficultés dans lesquelles nous nous débattons ont leur solution et leur dépassement dans la Pâque. Par conséquent, en ce Carême, nous aussi montons sur la montagne avec Jésus! Mais comment ? Par la prière. Nous montons sur la montagne par la prière: la prière silencieuse, la prière du cœur, la prière en recherchant toujours le Seigneur. Restons quelques instants dans le recueillement, chaque jour un petit peu, fixons notre regard intérieur sur son visage et laissons sa lumière nous envahir et rayonner dans notre vie.

En effet, l’évangéliste Luc insiste sur le fait que Jésus était transfiguré « pendant qu’il priait » (v. 29). Il s’était plongé dans une conversation intime avec le Père, dans laquelle résonnaient également la Loi et les Prophètes – Moïse et Élie – et, et tandis qu’il adhérait de tout son être à la volonté de salut du Père, y compris à la croix, la gloire de Dieu l’envahit et en transparaissant aussi à l’extérieur. Il en est ainsi, frères et soeurs: la prière dans le Christ et dans l’Esprit Saint transforme la personne de l’intérieur et peut éclairer les autres et le monde qui l’entoure. Combien de fois avons-nous trouvé des personnes qui illuminent, dont les yeux émettent de la lumière, qui ont ce regard lumineux! Ils prient, et la prière fait cela: elle nous rend lumineux de la lumière de l’Esprit Saint.

Continuons notre itinéraire de carême avec joie. Accordons un espace à la prière et à la Parole de Dieu, que la liturgie nous offre abondamment ces jours-ci. Que la Vierge Marie nous apprenne à rester avec Jésus même lorsque nous ne le saisissons pas et que nous ne le comprenons pas. Parce que c’est seulement en restant avec lui que nous verrons sa gloire.

© Traduction de Zenit, Anita Bourdin

About Anita Bourdin

Journaliste accréditée au Vatican depuis 1995. A lancé Zenit en français en janvier 1999. Correspondante à Rome de Radio Espérance. Formation: journalisme (IJRS, Bruxelles), théologie biblique (PUG, Rome), lettres classiques (Paris IV, Sorbonne).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel