Entretien du pape à Die Zeit: célibat sacerdotal, crise de la foi, prochains voyages

« Je ne suis qu’un homme qui fait ce qu’il peut »

Le pape François salue la foule © L'Osservatore Romano

Le pape François salue la foule © L'Osservatore Romano

Célibat sacerdotal optionnel, ordination d’hommes mariés, crise de la foi, futurs voyages apostoliques : le pape François évoque tous ces sujets dans une interview publiée le 9 mars 2017 dans l’hebdomadaire allemand Die Zeit. Radio Vatican en français a fait une synthèse de ce premier entretien accordé à un média allemand.

« Je suis un pécheur, je peux me tromper » titre le Zeit. Le pape confie dans l’interview : « Je n’ai pas l’impression d’être un homme exceptionnel (…) je ne suis qu’un homme qui fait ce qu’il peut ».

Célibat optionnel et viri probati

Il évoque le manque de vocations, « un problème que l’Église doit résoudre ». Pour l’affronter, il recommande la prière, mais aussi, comme il l’a expliqué à plusieurs reprises, le travail social avec les jeunes « qui sont les grands oubliés de la société moderne parce qu’ils n’ont pas de travail dans de nombreux pays ».

Mais le manque de prêtres ne doit pas conduire à suspendre le discernement, met en garde le pape : « Aujourd’hui, il y a tant de jeunes et ensuite, ceux-ci ruineront l’Église parce qu’ils ne sont pas prêtres par vocation. La vocation est importante ».

« Le célibat optionnel n’est pas la solution », assure le pape qui estime en revanche que l’ordination d’hommes mariés – viri probati – est une possibilité à étudier. « Mais on doit aussi décider du type de tâches qu’ils doivent assumer, par exemple pour les communautés isolées ».

Les prochains voyages apostoliques

Au fil de l’entretien, le pape énumère les voyages apostoliques à venir : il confirme des déplacements en Inde, au Bangladesh et en Colombie. Comme lors de sa visite à l’église anglicane de Rome, il exprime son souhait de se rendre au Soudan du Sud. Un voyage en Egypte serait aussi à l’étude.

Certaines destinations souhaitées sont pour le moment difficiles à mettre en œuvre, précise-t-il : le Congo-Brazzaville, la République démocratique du Congo, la Russie, qui implique d’aller également en Ukraine.

Interrogé sur la crise de la foi, le pape souligne que « la foi n’est pas un acquis » mais « un don » et que « la crise fait partie de la vie de la foi ». Ainsi « une foi qui n’entre pas en crise pour grandir » reste « infantile ».

Le pape, qui affirme garder la paix, explique qu’il demande la grâce du « sens de l’humour ». Et de réagir en plaisantant à l’affaire des pamphlets anonymes dirigés contre lui, placardés dans les rues de Rome : « le romanaccio (le dialecte romain, ndlr) utilisé dans ces manifestes, c’était magnifique ».

Quant à la crise récente entre le Saint-Siège et l’Ordre de Malte, le pape François souhaite la résolution des problèmes. « C’est pourquoi j’ai nommé un délégué capable de les résoudre, avec un charisme que n’a pas le cardinal Burke », ce dernier restant toutefois patron de l’Ordre. C’est Mgr Angelo Becciu, substitut pour les affaires générales de la Secrétairerie d’État, qui a été nommé délégué pontifical le 4 février dernier.

Dans une première synthèse réalisée par Zenit hier, le pape exprime aussi sa préoccupation devant la montée des populismes en Europe occidentale et son refus du culte papal.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!