Faire un don
Evêques du Chili avec le pape © Vatican Media

Evêques du Chili avec le pape © Vatican Media

Chili : le pape accepte la renonciation du cardinal Ezzati

Il est jugé pour occultation d’abus sexuels commis par des prêtres

Le pape François a accepté la renonciation d’un nouvel évêque chilien, ce 23 mars 2019 : il s’agit de l’archevêque de Santiago, du Chili, le cardinal Ricardo Ezzati Andrello, 77 ans. Il est actuellement jugé pour occultation d’abus sexuels commis par trois prêtres, au sein d’une crise qui touche toute l’Eglise chilienne.

Le pape a nommé un administrateur apostolique “sede vacante et ad nutum Sanctae Sedis” – en attente de la nomination d’un évêque titulaire – en la personne de Mgr Celestino Aós Braco, jusqu’alors évêque de Copiapó.

Dans son diocèse, le cardinal Ezzati est accusé de couverture d’abus. Le 22 mars, la Cour d’appel de Santiago du Chili a rejeté une demande de classement des accusations portées contre lui.

Il s’agit du huitième évêque chilien dont la démission est acceptée depuis la réunion qui a eu lieu au Vatican en mai 2018 : les 34 évêques du pays avaient remis leur charge entre les mains du pape, au terme de trois jours de réflexion sur les abus sexuels ou de pouvoir commis ces dernières décennies au sein de l’Eglise chilienne.

En juin 2018, le pape a accepté la renonciation de cinq évêques : Mgr Cristián Caro Cordero, évêque de Puerto Montt, Mgr Gonzalo Duarte García De Cortázar, évêque de Valparaiso, Mgr Juan Barros Madrid, évêque d’Osorno, Mgr Alejandro Goić Karmelić, évêque de Rancagua et Mgr Horacio del Carmen Valenzuela Abarcade, évêque de Talca. Puis en septembre, il a accepté celle de l’évêque de San Bartolomé de Chillán, Mgr Carlos Eduardo Pellegrín Barrera, et de l’évêque de San Felipe, Mgr Cristián Enrique Contreras Molina.

La grave crise chilienne a commencé alors que Mgr Juan Barros Madrid, nommé évêque d’Osorno en 2015, a été accusé par des laïcs de son diocèse d’avoir été au courant des actes de Fernando Karadima Fariña – reconnu coupable d’abus sexuels et psychologiques et réduit à l’état laïc en septembre dernier. Après avoir pris la défense de l’évêque dans un premier temps, le pape a reconnu « de graves erreurs dans l’évaluation et la perception de la situation, notamment en raison d’un manque d’information véridique et équilibrée ».

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel