Le sens de l'ostension de la Sainte Tunique à Trèves

Print Friendly, PDF & Email

Benoît XVI appelle à l’unité de l’Eglise

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

Anne Kurian

ROME, mardi 17 avril 2012 (ZENIT.org) – Benoît XVI appelle à l’unité de l’Eglise, dans un message envoyé à l’évêque de Trèves, en Allemagne, pour l’ouverture du pèlerinage dédié à la « Sainte Tunique ».

Le message de Benoît XVI, adressé à Mgr Stephan Ackermann, a été lu durant la célébration d’inauguration, présidée par le cardinal Marc Ouellet, préfet de la Congrégation pour les évêques, le 13 avril 2012, en la cathédrale de Trèves (cf. Zenit du 5 mars 2012).

Le pèlerinage, qui a pour thème : « Ramène à l’unité ce qui est divisé », se poursuivra jusqu’au 13 mai 2012. Il célèbre le 500e anniversaire de la première ostension publique de la relique.

Dans ce message, le pape confie qu’il se fait « pèlerin en pensée », parmi « les rangs des fidèles » venus se recueillir devant cette relique, qui « rend présent un des moments les plus dramatique de la vie terrestre de Jésus, sa mort sur la croix ».

Il rappelle que l’évangéliste Jean décrit cette tunique comme «sans couture, tissée tout d’une pièce de haut en bas» (19, 23). Les soldats qui se partagent les vêtements du crucifié, tirent au sort « afin qu’elle reste entière ».

Les Pères de l’Eglise, fait-il observer, voient dans ce passage l’« unité de l’Eglise », fondée comme « communauté unique et indivise »: elle est « une dans sa multitude ».

Ce qui permet d’affirmer cela, poursuit-il, c’est la certitude qu’elle vient « de l’amour du Christ » : ainsi, l’Eglise « ne vit pas par elle-même » mais « par Dieu »: son unité « vient de Dieu et n’est pas le produit des efforts humains ».

Les divisions dont souffre l’Eglise ne sont pas insurmontables car « l’amour du Sauveur réunit ce qui est divisé », affirme le pape, même si « le Christ n’abolit pas la pluralité des hommes », il les réunit afin qu’ils deviennent dans leur diversité, « médiateurs les uns pour les autres vers Dieu ».

Pour lui, la relique de Trèves constitue un « avertissement » pour l’Eglise, afin qu’elle demeure « fidèle à ses origines », qu’elle soit consciente « de son unité, de son consensus et de l’efficacité de son témoignage », qui ne peuvent être donnés « que d’en-haut, que de Dieu ».

Tout cela confère à l’Eglise une « dignité » unique que Benoît XVI défend : « ni la dignité particulière de l’Eglise ni son intégrité ne saurait être (…) livrée au vacarme du jugement sommaire de l’opinion publique ».

Le pape déplore que « l’intégrité du Corps du Christ soit blessée » à cause « de notre égoïsme, de notre faiblesse et de nos erreurs ». C’est pourquoi il exhorte à être en permanence disposés « à la conversion et à l’humilité » pour être de vrais disciples du Seigneur. Et il invite les chrétiens à « raviver les contenus de la foi » et à ne pas s’isoler.

La première exposition publique de la Sainte Tunique, a été organisée en 1512, par Mgr Richard von Greiffenklau, à la demande de l’empereur Maximilien Ier. La dernière ostension remonte à 1996. 

Share this Entry

ZENIT Staff

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel