L’origine du Sanctuaire du Coeur du Christ à Paray-le-Monial et les sessions d'été

Print Friendly, PDF & Email

Entretien avec le Supérieur des chapelains

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

CITE DU VATICAN, Vendredi 14 février 2003 (ZENIT.org) – A la veille du 15 février, fête de saint Claude La Colombière, sj, confesseur de sainte Marguerite Marie, le P. Édouard Marot, Supérieur des chapelains de Paray-le-Monial, rappelle pour les lecteurs de Zenit l’origine du sanctuaire à partir duquel s’est diffusé le Culte du Coeur du Christ, et où Jean-Paul II a célébré la messe pour une foule immense lors de son voyage en France en 1986. Propos recueillis par Céline Maillet pour Zenit.

Q. – Quelle est l’origine du sanctuaire de Paray-le-Monial ?
R. – Tout part des apparitions du Christ à une jeune religieuse visitandine : sainte Marguerite-Marie Alacoque (1647 -1690). Jésus lui dévoile son Cœur, brûlant d’amour pour tous les hommes. Il déplore aussi leur manque de reconnaissance et demande qu’ils Lui rendent « amour pour amour ». C’est suite à ces apparitions, que la spiritualité du Sacré-Cœur se répand dans le monde entier, même si elle existait déjà, depuis l’origine de l’Église. Saint Claude La Colombière (1641-1682), confesseur de sainte Marguerite-Marie, va jouer un rôle important en confirmant très vite les apparitions et en y faisant souvent référence. La fête du Sacré-Cœur, demandée en 1675 par Jésus à sainte Marguerite-Marie, est instituée en 1765 par le pape Clément XIII et étendue à toute l’Église en 1856 par Pie IX. Si on est attentif aux écrits des papes du XXe siècle, on voit que tous font souvent référence au Cœur de Jésus, comme source constante de renouvellement spirituel pour les baptisés.

Q. – Comment la Communauté de l’Emmanuel est-elle venue à Paray-le-Monial ?
R. – La Communauté de l’Emmanuel est une « Association privée universelle de fidèles de droit pontifical » (nov. 1992). Elle regroupe des fidèles de tous les états de vie. Avec d’autres communautés nouvelles, elle avait organisé un premier rassemblement du renouveau charismatique catholique en juillet 1974 à Vézelay. L’année suivante, Pierre Goursat, fondateur de la Communauté de l’Emmanuel, proposait d’aller à Paray-le-Monial. Il l’exprimait ainsi à un de ses frères, en s’inspirant d’une phrase de sainte Catherine de Sienne : « Tu comprends, l’an dernier, nous sommes allés à Vézelay, comme des pécheurs, pour nous mettre avec Marie-Madelaine aux pieds du Seigneur. Maintenant, Jésus nous appelle à son Cœur. » C’est ainsi que les premières sessions d’été sont organisées à Paray-le-Monial en 1975, année du 300e anniversaire de la grande apparition du Cœur de Jésus à Marguerite-Marie. Ces sessions vont prendre de l’ampleur, réunir de plus en plus de monde et être source de renouvellement pour les familles, les jeunes et pour de nombreuses personnes qui s’étaient éloignées de l’Église. Aussi, en 1985, Mgr Le Bourgeois, alors évêque du diocèse d’Autun, a confié la responsabilité du pèlerinage à des prêtres de la Communauté de l’Emmanuel.

En 1986, le Pape Jean-Paul II est venu à Paray-le-Monial et y a célébré une messe pour les familles. Depuis, le sanctuaire connaît un nouvel essor. Beaucoup de groupes de pèlerins viennent pour des journées de prière et de découverte du sanctuaire. Des retraites ont lieu pendant toute l’année. Les grandes fêtes du sanctuaire, dont la fête du Sacré-Cœur au mois de juin, sont célébrées avec beaucoup de ferveur.

Le 6 janvier 2001, lors de la messe de clôture de l’Année Sainte, Jean-Paul II disait dans son homélie : « Tandis qu’aujourd’hui se ferme avec la Porte Sainte, “un symbole du Christ”, le Cœur du Christ demeure plus que jamais ouvert. Il continue à dire à l’humanité, qui a besoin d’espérance et de sens : “Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi je vous procurerai le repos” (Mat 11, 28). » C’est cela que le sanctuaire de Paray-le-Monial et la Communauté de l’Emmanuel, en lien avec toute la tradition et l’histoire spirituelle de l’Eglise, désirent vivre et diffuser.

Q. – Qu’elle est la « grâce » propre de Paray-le-Monial ?
R. – De plus en plus d’hommes et de femmes désirent découvrir l’amour de Dieu pour eux, un amour prêt à tout donner, un amour miséricordieux, qui relève, pardonne et console. Venir à Paray-le-Monial, c’est puiser, auprès du Cœur de Jésus, aux sources de l’amour, et recevoir un message qui s’adresse à chacun de nous et qui est signe d’espérance pour le monde.
À travers la liturgie et les sacrements de l’Église, Dieu continue d’agir avec force.

Q. – Quel est le grand rendez-vous de Paray le Monial ?
R. – A côté de la fête de la miséricorde les 25 et 27 avril et des fêtes du Cœur de Jésus le 27 -29 juin ainsi que des retraites organisées toute l’année, la Communauté de l’Emmanuel organise chaque été les sessions internationales qui attirent plus de 20 000 personnes.
Cette année auront lieu 3 sessions des familles, les 19/24 juillet, 26/31 août, 2/7 août et le forum international des jeunes les 14/19 août. Outre leur aspect international, ces rencontres de plusieurs milliers de personnes sont des temps forts pour retrouver le goût de la prière, vivre une expérience d’Eglise dans la paix et dans la joie, à l’écoute de nombreux témoins et figures marquantes de l’Eglise. L’une des spécificités est le nombre important de parcours, c’est à dire de thèmes de formation plus spécifiques, auquel chacun peut choisir de participer durant ces sessions : parcours pour les jeunes professionnels (une nouveauté) , les célibataires, les paroisses (deuxième nouveauté), le monde de la santé, culture de vie et bioéthique (troisième nouveauté), vie chrétienne en couple, parents seuls, bases de la vie chrétienne, chant-liturgie …Impossible de ne pas en trouver un qui corresponde à ses attentes !
Par ailleurs les enfants ont leur propre session organisée en parallèle de celle de leurs parents, ce qui permet à toute la famille de vivre un temps de vacances spirituelles inoubliables :
« Des vacances avec un grand V ! Il n’est pas facile de raconter ces quelques jours en quelques mots. Ce fut formidable ! » disait Pierre, l’été dernier. Bruno et Marie-Christine nous encourageaient: « Continuez, c’est une formidable bouffée d’oxygène. »

Share this Entry

ZENIT Staff

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel