50 ans de présence du St-Siège à de l'UNESCO : "Vérité et Liberté"

Print Friendly, PDF & Email

Colloque à l’UNESCO

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

CITE DU VATICAN, Mardi 10 décembre 2002 (ZENIT.org) – La Mission permanente d’observation du Saint-Siège à l’UNESCO a célébré ce soir à Paris, au siège de l’UNESCO, son 50e anniversaire par un colloque intitulé: « 50 années de présence du Saint-Siège auprès de l’UNESCO : l’Eglise propose Vérité et Liberté ».

Quatre intervenants se sont exprimés lors de cette manifestation : le Cardinal Paul Poupard, président du Conseil pontifical de la Culture, qui a parlé sur le thème: « 50 ans de présence du Saint-Siège à l’Unesco: Historique et perspectives » ; M. Olivier Boulnois, de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (France), et également directeur de l’édition française de la revue catholique « Communio » , qui a parlé sur le thème : « La voix d’un philosophe: la vérité vous rendra libre »; M. Bernard Billaud, Conseiller Maître à la Cour des Comptes, qui a parlé sur le thème: « La voix d’un témoin: Jean Guitton, un penseur vraiment libre », et le Cardinal Jean-Marie Lustiger, archevêque de Paris, qui a proposé une analyse lumineuse de ce « coup d’éclat » que représente le discours de Jean-Paul II à l’UNESCO, à Paris, le 2 juin 1980.

Le colloque a été ouvert par une réflexion de M. Koïchiro Matsuura, directeur général de l’UNESCO, prononcé par sa porte-parole, Mme Muriel de Pierrebourg. Il concluait: « La contribution du Saint-Siège par la voix de ses représentants à l’UNESCO sera demain, comme elle l’a été hier: irremplaçable ».

Il s’est conclu par la lecture, par le cardinal Poupard, de la Lettre de Jean-Paul II à Mgr Follo.

Celui-ci a terminé le colloque en annonçant le prochain colloque, qui aura lieu le 4 mars 2003 sur le thème: « Les racines multiculturelles de l’Europe ».

« L’Observateur permanent du Saint-Siège auprès de l’UNESCO définit sa mission, indique un communiqué, comme une présence chrétienne liée directement au Magistère de l’Eglise servant à faire évoluer le trinôme éducation-science-culture, c’est-à-dire des instruments de paix et de progrès désignés dans l’Acte constitutif de l’UNESCO, vers une plus grande considération de l’être humain dans sa spécificité complexe et unique ».

« La relation entre le Saint-Siège et l’UNESCO, précise le communiqué, remonte aux premiers jours de l’Organisation et le premier observateur permanent du Vatican auprès de l’UNESCO fut Mgr Angelo Roncalli qui devint le Pape Jean XXIII en 1958. La coopération entre le Vatican et l’UNESCO a été marquée par de nombreuses rencontres entre les Directeurs généraux de l’UNESCO et les Souverains Pontifes. La visite au siège de l’UNESCO par le Pape Jean-Paul II, le 2 juin 1980, fut l’un des moments forts de cette collaboration qui inclut des contacts réguliers entre des hauts responsables de l’Organisation et la Secrétairerie d’Etat, les congrégations telle que la Congrégation pour l’éducation catholique, et les commissions pontificales telles que la Commission Justice et Paix et la Commission pour la Culture et la Famille. Des représentants de haut niveau de l’UNESCO ont également été officiellement présents lors d’importantes cérémonies tout au long de la vie de l’Eglise à Rome depuis 1958 ».

« Parmi les résultats notables de cette collaboration, conclut le communiqué, figurent l’inclusion du Vatican sur la Liste du patrimoine mondial, et l’adhésion du Vatican à plusieurs conventions de l’UNESCO ».

Share this Entry

ZENIT Staff

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel