Ukraine: Il ne suffit plus de "parler" du Christ, il faut "le faire voir"

Print Friendly, PDF & Email

Le pape appelle à la concorde entre catholiques et entre chrétiens

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

CITE DU VATICAN, Lundi 19 novembre 2001 (ZENIT.org) – Il ne suffit plus de « parler » du Christ, il faut « le faire voir ». C´est le grand défi commun des chrétiens d´Ukraine, en particulier des fidèles des trois rites catholiques, pour lequel le pape Jean-Paul II a appelé à la « concorde » et au « respect » réciproque.

Le pape Jean-Paul II a en effet reçu ce matin au Vatican un groupe de quelque 1.500 pèlerins venus de l´ancienne République soviétique, qui lui rendaient sa visite de juin dernier en Ukraine. A leur tête se trouvait le cardinal Lubomyr Husar, archevêque gréco-catholique majeur de Lvov des Ukrainiens.

« Un régime athée cruel, disait le pape, a cherché pendant tant d´années par la force à déraciner le Christ de la terre d´Ukraine: plusieurs générations ont été éduquées sans le Christ, ou même contre Lui. Aujourd´hui, sur votre terre, il est possible de parler librement de Dieu. Mais pour l´homme contemporain, immergé dans le fracas et la confusion de la vie quotidienne, les paroles ne suffisent pas, il ne veut pas seulement entendre parler du Christ, mais … d´une certaine façon, le voir ».

Le pape a pour cela appelé les chrétiens des trois rites catholiques – byzantin, latin, arménien – à renoncer à tout esprit de « rivalité », et à dire en revanche « oui » à l´amour réciproque et au respect. En effet; la « pluralité de traditions qui exprime « la magnifique symphonie interne de l´Eglise du Christ ».

Ce qui suppose, explique le pape, le partage avec les autres de ses propres trésors spirituels, s´ouvrir à tout ce qui peut « compléter, enrichir, et renforcer » sa propre expérience et son propre témoignage chrétien.

Une communauté qui se renferme sur elle-même, disait Jean-Paul II, « se condamne à un appauvrissement interne, et limite ses propres possibilités d´action apostolique ».

Jean-Paul II encourage cet esprit de concorde d´où doit partir aujourd´hui la mobilisation pour l´évangélisation, alors que le pays jouit maintenant depuis quelques années d´une nouvelle liberté.

Mais le pape allait plus loin en appelant aussi à la concorde entre catholiques, orthodoxes et protestants du pays. « Donnez au peuple ukrainien la possibilité de voir son Sauveur », exhortait Jean-Paul II, n´attendez pas que quelqu´un créé les conditions favorables à l´engagement et au travail pastoral, suscitez les vous mêmes avec créativité et générosité ». « Mais surtout, ajoutait le pape, témoignez par la vie et par les actes la présence du Ressuscité au milieu de vous! Ce sera le message le plus éloquent et le plus efficace que vous pourrez rendre à vos concitoyens ».

Le cardinal Husard a souligné combien le voyage du pape en Ukraine a été « un fruit de son insistance prophétique », et un événement qui a « redonné espérance non seulement au peuple ukrainien mais à l´intérieur du monde slave ». Cette visite, disait l´archevêque majeur, a ouvert « de nouvelles possibilités de rendre témoignage au Christ sur tout le territoire de l´ex-Union soviétique ».

Share this Entry

ZENIT Staff

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel