Faire un don
Université du Sacre-Coeur à Rome © roma.unicatt.it

Université du Sacre-Coeur à Rome© roma.unicatt.it

Universités catholiques: les ressources de l’intelligence, la générosité du cœur et la force de l’Esprit Saint

Lettre du card. Parolin au card. Scola pour la Journée pour l’Université catholique (Traduction intégrale)

La mission des Universités catholiques est de « façonner …. le chemin à venir de l’humanité avec les ressources de l’intelligence, avec la générosité du cœur et avec la force de l’Esprit Saint », affirme le cardinal Pietro Parolin à l’occasion de la 93ème journée pour l’Université catholique organisée en Italie le 30 avril 2017.

Au nom du pape François, le cardinal secrétaire d’Etat a fait parvenir une lettre au cardinal Angelo Scola président de l’Institut Toniolo d’Études Supérieures, organisme fondateur de l’Université Catholique du Sacré Cœur, pour cette journée intitulée « Étudier le monde c’est déjà le changer ».

Il souligne le « sens profond » des études universitaires : la « formation intégrale de la personne pour influencer les changements en actes et pour contribuer à améliorer le monde dans lequel nous vivons »,

Le « numéro 2 » du Vatican salue aussi l’Université catholique du Sacré Cœur comme « un environnement privilégié, capable d’offrir aux jeunes une formation solide du point de vue scientifique et riche de valeurs du point de vue humain et spirituel ».

Voici notre traduction intégrale de cette lettre.

AK

Lettre du cardinal Parolin

Monseigneur le Cardinal,

De nombreuses circonstances nous poussent à regarder vers les jeunes avec une attention répétée. Sur eux la crise économique et sociale de notre temps se ressent d’une manière importante avec des conséquences préoccupantes et parfois dramatiques, et elle porte en elle un certain égarement humain et spirituel. L’incertitude du futur, la précarité et souvent l’absence de travail, la mobilité qui en découle, les difficultés qu’ils rencontrent pour l’insertion sociale et pour la concrétisation des projets de vie familiale, rendent les nouvelles générations plus fragiles et les désorientent. Mais, malgré ces éléments critiques, les jeunes restent porteurs d’une grande charge d’espérance et ils constituent un formidable potentiel pour la construction d’un avenir meilleur.

Vers eux, à l’exemple de Jésus qui continue à poser sur eux son regard plein de confiance et de tendresse (cf. Mt 19, 16-22), l’Église aussi se tourne continuellement par d’innombrables initiatives  pastorales et de formation. Aujourd’hui un tel engagement se fait plus fort et exigeant aussi grâce à la décision du Saint Père d’affronter, lors du prochain synode, le thème : « Les jeunes, la foi et le discernement de la vocation ». Par cette initiative, on veut confirmer la proximité et l’affection de la communauté ecclésiale toute entière pour les nouvelles générations et dans le même temps identifier avec eux et pour eux les chemins pour les rendre acteurs de la vie ecclésiale et sociale.

Dans la communication vers les jeunes de cet événement ecclésial important (cf. Lettre aux jeunes, 13 janvier 2017), le Saint-Père les invite à approfondir cette foi qui, d’Abraham jusqu’à nos jours, nous pousse à sortir vers une terre nouvelle.

« Quelle est pour nous une terre nouvelle aujourd’hui – demande le Pape aux jeunes – si ce n’est pas une société plus juste et plus fraternelle que vous désirez profondément et que vous voulez construire jusqu’aux périphéries du monde ? »

Malgré tout, chez les jeunes le désir de ne pas rester spectateurs est fort, le Saint-Père les exhorte à ne pas étouffer le cri qui sort de leur conscience. « Ce cri – souligne le Pape – naît de votre jeune cœur qui ne supporte pas l’injustice et ne peut se plier à la culture du rebut, ni ne cède à la globalisation de l’indifférence. »

Seul un discernement sérieux pleut aider les jeunes à affronter des défis si grands et si exigeants. Mais un tel discernement, qui touche à tous les aspects de la vie, a besoin d’être accompagné et soutenu soit à travers le travail de pastorale ordinaire dans les communautés et dans les organismes ecclésiaux soit par des institutions capables de garantir une formation scientifique, culturelle et spirituelle élevée et de qualité.

Dans ce domaine, les Universités catholiques ont à jouer un rôle de première importance : il leur est confiée la mission de façonner leur vie et le chemin à venir de l’humanité avec les ressources de l’intelligence, avec la générosité du cœur et avec la force de l’Esprit Saint. La contribution offerte aujourd’hui par l’Université Catholique du Sacré Cœur et par l’Institut Toniolo d’Études Supérieures, en qualité d’organisme fondateur et garant, semble donc encore plus significatif et décisif. En continuant à développer, avec fidélité et créativité, la féconde initiative du père Agostino Gemelli et de ses collaborateurs, l’Athénée des catholiques italiens se situe toujours plus comme une référence pour tant de jeunes désireux de donner leur contribution à une société plus juste, plus ouverte et plus solidaire.

Il faut donc encourager l’engagement de toute la communauté ecclésiale italienne pour soutenir de cette importante institution académique, aussi par la célébration de la Journée nationale pour l’Université catholique, qui en arrive cette année à sa 93ème édition. Le thème « Étudier le monde c’est déjà le changer », choisi pour la célébration qui se tient dimanche 30 avril, offre à tous l’opportunité de réfléchir sur l’importance de l’étude et d’une formation intégrale de la personne pour influencer les changements en actes et pour contribuer à améliorer le monde dans lequel nous vivons.

Voilà le sens profond des études universitaires et d’une période particulièrement significative pour le discernement personnel et communautaire. « Dans tous les environnements, spécialement dans celui de l’université – a rappelé le Pape en parlant récemment dans un athénée romain -, il est important de lire et faire face à ce changement d’époque avec des réflexions et des discernements, c’est à dire sans préjugés idéologiques, sans peur et sans fuite ». Un tel discernement est favorisé par le fait que « l’université est un lieu privilégié dans lequel se forment les consciences dans une confrontation soutenue entre les exigences du bien, du beau et du vrai, et la réalité avec ses contradictions » (Discours à l’Université Roma Tre, 17 février 2017).

Une telle confrontation, ardue et exaltante, trouve dans l’Université catholique du Sacré Cœur un environnement privilégié, capable d’offrir aux jeunes une formation solide du point de vue scientifique et riche de valeurs du point de vue humain et spirituel. Afin qu’on puisse continuer à soutenir aussi les étudiants méritants, mais avec moins de possibilités, la contribution que le Saint-Père a décidé d’attribuer à cet Institut d’Études Supérieures méritant ne manquera pas non plus en cette occasion. Sa Sainteté assure sa proximité et son paternel soutien et, tout en demandant un souvenir dans la prière, il accorde de tout cœur une Bénédiction spéciale à Votre Éminence, au Recteur Magnifique, à l’Assistant ecclésial général, aux membres de l’Institut Toniolo, aux illustres Professeurs, au personnel technique et administratif et à tous les étudiants.

Traduction de Zenit, Hugues de Warren

About Hugues de Warren

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel