Faire un don
Amazonie @ jesuits.global

Amazonie @ jesuits.global

Synode sur l’Amazonie : naissance d’un document œcuménique

Élaboré par l’organisation Christian Aid

En vue du Synode sur l’Amazonie en octobre prochain, un document intitulé Somos en Amazonia (Nous sommes Amazonie) a été élaboré par l’organisation œcuménique Christian Aid, indique L’Osservatore Romano daté du 25 juillet 2019. Le document rassemble les signatures d’Églises, de Conseils, d’organisations confessionnelles qui sont prêts à s’engager dans la lutte pour l’équité et la justice dans cette région du monde.

« Nous voulons une Amazonie vivante, souveraine et protégée, affirment-ils dans le document. Nous nous engageons dans des dialogues de foi et maintenons notre présence dans la région, en donnant la priorité à tous les êtres et toutes les cultures de l’Amazonie. »

Selon des rapports de l’Alc (Agence œcuménique pour la communication en Amérique latine et dans les Caraïbes), le document sera publié peu de temps avant le Synode sur l’Amazonie. Les promoteurs sont convaincus que le document démontre le soutien et la force œcuménique dans la défense des peuples amazoniens et met en exergue la crise de la jungle amazonienne.

« Nous, signataires de cette déclaration, dit le document, sommes solidaires des Églises et des communautés de toute l’Amazonie. La crise de la forêt écologique nécessite un effort continu des partenaires œcuméniques pour parvenir à la paix et à la justice aux niveaux local, régional, national et international. »

Les Églises, les Conseils et les organisations confessionnelles, explique le document, sont conscients de « menaces douloureuses et imminentes, qui s’aggravent » dans la région de l’Amazonie. « Nous apprenons à abandonner nos idées préconçues sur la région, écrivent les signataires : souvent, nous n’avons pas écouté les êtres et les cultures qui font battre le cœur de l’Amazonie. »

« Souvent, poursuivent-ils, nous n’avons pas élevé notre voix prophétique pour la défense des peuples, des espèces et des territoires face aux mégaprojets pour la région, financés avec des capitaux locaux et mondiaux. »

Les signataires s’engagent « à faire pression sur les États pour faire en sorte que les communautés traditionnelles menacées … aient accès à la terre », à aider « les communautés historiquement exclues et marginalisées de la forêt et des villes », à « défendre les défenseurs des droits de l’homme et de la nature qui sont constamment menacés ».

Les auteurs du document s’engagent aussi à « aider les communautés locales à promouvoir des alternatives économiques durables », à « développer une spiritualité écologique » et à « soutenir les organisations locales et les initiatives confessionnelles dans la réalisation de ces objectifs ».

Le document se conclut sur une invitation aux Églises et aux « organisations humaines du sud et du nord du monde à la prière et à l’action » : nous sommes « conscients du fait que les dangers de l’extinction de la planète sont devant tout le monde, mais que la solidarité et la mondialisation de l’espoir nous unissent dans la défense de la Maison commune ».

About Marina Droujinina

Journalisme (Moscou & Bruxelles). Théologie (Bruxelles, IET).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel