Faire un don
Mgr Ivan Jurkovič © L'Osservatore Romano

Mgr Ivan Jurkovič © L'Osservatore Romano

Santé et éducation des réfugiés : Mgr Jurkovic dénonce l’emploi de termes ambigus

Discussions sur le Pacte mondial pour les réfugiés

La délégation du Saint-Siège « se félicite de la pertinence accordée dans le projet zéro à la santé et à l’éducation des réfugiés », indique Mgr Jurkovic, mais elle déplore « l’ambiguïté de certains termes de la rédaction actuelle » et des « principes et directives qui ne partagent pas le consensus international », pouvant « compromettre l’impact et l’efficacité de cette coopération vitale et du Pacte mondial pour les réfugiés ».

Mgr Ivan Jurkovič, observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations Unies et d’autres organisations internationales à Genève, est intervenu lors de la troisième consultation officielle pour un Pacte mondial sur les réfugiés, le 11 avril 2018. Cette seconde déclaration était intitulée : Répondre aux besoins et soutenir les communautés.

Le représentant du Saint-Siège invite à « s’assurer que ce document vise à améliorer véritablement la vie de millions de réfugiés qui cherchent continuellement une protection internationale et à aider les communautés locales qui les accueillent généreusement ». Il faut entre autres des « politiques permettant aux enfants réfugiés d’accéder à une éducation de qualité dès les premiers stades de leur déplacement afin de les protéger ».

Voici notre traduction du discours de Mgr Jurkovic.

HG

Discours de Mgr Ivan Jurkovic

Merci, Madame la Modératrice.

La délégation du Saint-Siège se félicite de la pertinence accordée dans le projet zéro à la santé et à l’éducation des réfugiés, deux domaines dans lesquels l’Église catholique, par l’intermédiaire de ses nombreuses institutions, est profondément engagée.

Ma délégation souhaite souligner l’importance cruciale de l’adoption de politiques permettant aux enfants réfugiés d’accéder à une éducation de qualité dès les premiers stades de leur déplacement afin de les protéger contre la traite des êtres humains, le travail forcé et d’autres formes d’esclavage. Les écoles sont une forme de protection où la sécurité des enfants peut être surveillée et encouragée. (1)

Pour ces raisons, il est important que le projet reconnaisse la nécessité d’adopter des politiques garantissant que l’éducation primaire et secondaire à laquelle les réfugiés ont accès répond aux mêmes normes que celle que reçoivent les citoyens.

Madame la Modératrice,

pour un commentaire plus spécifique, sous la sous-section 2.2 « Emplois et moyens de subsistance », la délégation du Saint-Siège souhaite proposer un ajout aux mesures décrites au paragraphe 61, afin de souligner l’importance de la « politique nationale et des lois requises pour un emploi sûr et légal, ainsi que des stratégies de subsistance, en particulier pour assurer des garanties contre les abus et l’exploitation, et des protections juridiques ».

L’importance d’accorder l’accès aux soins de santé s’explique d’elle-même. Le droit de jouir du meilleur état de santé possible devrait être exercé par des lois, des politiques et des pratiques globales, non discriminatoires, ancrées dans le caractère central de la personne humaine et fondées sur le droit à la vie. À cet égard, dans la sous-section 2.3 « Santé », en particulier au paragraphe 63, plutôt que la mesure proposée « définir et soutenir un ensemble de services de santé de base », il serait plus efficace et utile de définir une mesure pour « assurer l’accès aux soins de santé de base ». Il serait extrêmement regrettable d’imposer certaines mesures qui entraîneraient de longues discussions sur leur contenu tout en ignorant l’attention due à la dignité des femmes et aux valeurs culturelles et morales spécifiques de leur pays d’origine.

En outre, la délégation du Saint-Siège aimerait également suggérer de changer le titre de la section 2.6 de « Genre » à « Autonomisation des femmes et des filles », afin de préciser que ce que nous voulons réaliser est une participation et une contribution accrues des femmes et des filles en tant que parties prenantes et responsables sur la base de l’égalité entre les femmes et les hommes, ainsi que leur développement intégral.

Madame la Modératrice,

L’accès à l’éducation et à la santé inspire l’espoir parmi les réfugiés et contribue grandement à restaurer leur dignité. Nonobstant sa nature juridique non contraignante, le Pacte mondial relatif aux réfugiés aura un fort caractère moralement contraignant. La délégation du Saint-Siège considère qu’il est important de s’assurer que ce document vise à améliorer véritablement la vie de millions de réfugiés qui cherchent continuellement une protection internationale et à aider les communautés locales qui les accueillent généreusement.

Les nombreuses organisations d’inspiration catholique qui travaillent en synergie aux côtés du HCR dans un objectif commun de protection et d’assistance, se trouvent dans une position privilégiée pour promouvoir la vraie dignité des réfugiés, sur la base de règles éthiques strictes. À cet égard, il est important de garder une approche holistique et intégrée sous-jacente tout au long du projet, en mettant fortement l’accent sur la centralité de la personne humaine et de sa dignité.

L’ambiguïté de certains termes de la rédaction actuelle, y compris certaines références faites dans les notes de bas de page ainsi que les principes et directives qui ne partagent pas le consensus international, peuvent compromettre l’impact et l’efficacité de cette coopération vitale et du Pacte mondial pour les réfugiés.

Madame la Modératrice,

Les nobles objectifs et l’esprit de la Convention de 1951 sur les réfugiés, après l’expérience dévastatrice de la Seconde Guerre mondiale, resteront vivants s’ils sont constamment renouvelés et inspirés par un sens authentique de la solidarité et de la responsabilité envers les membres les plus démunis de la famille humaine. Nous ne devrions jamais oublier cela lorsque nous travaillons ensemble à l’élaboration du Pacte mondial pour les réfugiés.

Merci, Madame la Modératrice.

(1) Cf. Répondre aux réfugiés et aux migrants : Vingt points d’action, Section des migrants et des réfugiés, Dicastère du Saint-Siège pour la promotion du développement humain intégral.

© Traduction de Zenit, Hélène Ginabat

About Hélène Ginabat

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel