Faire un don
© Vatican Media

© Vatican Media

Sainte-Marthe : pas d’humilité sans humiliation

« Si quelqu’un est courageux »

Pas d’humilité sans humiliation, c’est ce qu’a répété le pape François lors de la messe qu’il a célébrée ce matin, 29 janvier 2018, en la chapelle de la Maison Sainte-Marthe, au Vatican : « si tu ne peux pas tolérer de porter une humiliation, tu n’es pas humble. »

Dans son homélie rapportée par Vatican News en italien, le pape a médité sur la figure du roi David qui a commis de « grands péchés » comme l’adultère et l’assassinat d’Urie, mais qui « s’est laissé transformer par le Seigneur, il s’est laissé pardonner », même si « ce n’est pas si facile de reconnaître que l’on est pécheur ».

Dans sa fuite devant Absalom, dans la première lecture (2 S 15, 13-14.30 ; 16, 5-13a), David est insulté par un homme et il déclare en réponse : « Laissez-le maudire, si le Seigneur le lui a ordonné. » Le roi d’Israël est alors sur « la montée des Oliviers », un lieu qui préfigure le calvaire du Christ.

« Parfois, nous pensons que l’humilité c’est aller tranquillement, aller peut-être la tête baissée en regardant le sol, a fait observer le pape… mais les porcs aussi marchent tête baissée : ce n’est pas l’humilité. C’est la fausse humilité, l’humilité prêt-à-porter, qui ne sauve pas ni ne protège le cœur. »

Et le pape François d’affirmer : « Il n’y a pas de véritable humilité sans humiliation, et si tu ne peux pas tolérer de porter une humiliation, tu n’es pas humble : tu fais semblant, tu ne l’es pas… c’est la règle d’or. »

« Il y a toujours la tentation de lutter contre celui qui nous calomnie, contre celui qui nous humilie, qui nous met la honte », a encore constaté le pape. Mais « David dit : “Non”. Le Seigneur dit : “Non”. Ce n’est pas la voie. La voie est celle de Jésus, prophétisée par David : porter les humiliations. “Peut-être que le Seigneur considérera ma misère et me rendra le bonheur au lieu de sa malédiction d’aujourd’hui”: porter les humiliations dans l’espérance. »

« Demandons au Seigneur la grâce de l’humilité, mais avec des humiliations, a conclu le pape François. Il y avait une religieuse qui disait : “Je suis humble, oui, mais humiliée, jamais !”. Non, non ! Il n’y a pas d’humilité sans humiliation. Demandons cette grâce. Et également, si quelqu’un est courageux, il peut demander au Seigneur – comme nous l’enseigne saint Ignace –  qu’il lui envoie des humiliations, pour ressembler davantage au Seigneur. »

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel