Sainte-Marthe : le « scandale » du chrétien qui mène une « double vie »

Le pape met en garde contre la « confiance excessive »

Messe à Sainte-Marthe © L'Osservatore Romano

Messe à Sainte-Marthe © L'Osservatore Romano

Le pape François a invité les catholiques à un examen de conscience sur une éventuelle « double vie » en eux, lors de la messe du 23 février 2017 à la Maison Sainte-Marthe, au Vatican. Avoir l’air « de bons catholiques » mais agir différemment « par en-dessous » est un « scandale », a-t-il prévenu.

Dans son homélie rapportée par Radio Vatican en italien, le pape a commenté l’Evangile du jour (Mc 9, 41-50) où Jésus déclare : « Celui qui est un scandale, une occasion de chute, pour un seul de ces petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu’on lui attache au cou une de ces meules que tournent les ânes, et qu’on le jette à la mer ».

« Le scandale, a-t-il expliqué, c’est dire une chose et en faire une autre ; c’est la double vie… La double vie en tout : je suis très catholique, je vais toujours à la messe, j’appartiens à cette association et à cette autre ; mais ma vie n’est pas chrétienne, je ne paie pas ce qui est juste à mes employés, j’exploite les personnes, je suis sale dans les affaires, je fais du recyclage d’argent … double vie ».

« Beaucoup de catholiques sont comme cela, a déploré le pape François, et ils scandalisent. Combien de fois avons-nous entendu – nous tous, dans le quartier et dans d’autres lieux – ‘il vaut mieux être athée qu’être catholique comme celui-ci’. C’est cela, le scandale ». Le pape a donné l’exemple d’un chef d’entreprise catholique au bord de la faillite, qui prenait ses vacances au soleil tandis que ses employés ne recevaient plus leur salaire.

Il a invité à faire un examen de conscience : « Cela fera du bien à chacun de nous, aujourd’hui, de réfléchir (pour voir) s’il y a quelque chose d’une double vie en nous : avoir l’air justes, avoir l’air de bons croyants, de bons catholiques mais par en-dessous faire autre chose (…). Pensons que le Seigneur est très dur à ce sujet. Le scandale détruit ».

Pas de « confiance excessive »

« Dans l’Evangile, a-t-il poursuivi, Jésus dit à propos de ceux qui font le scandale – sans dire le mot scandale, mais on comprend – : ‘Mais tu arriveras au Ciel et tu frapperas à la porte et : ‘C’est moi, Seigneur !… Mais si, tu ne te souviens pas ? J’allais à l’Eglise, j’étais proche de toi, j’appartenais à telle association, … tu ne te souviens pas de tous les dons que j’ai faits ?’ – ‘Si, je me souviens. Les dons, je m’en souviens : tous souillés. Tous volés aux pauvres. Je ne te connais pas’. Telle sera la réponse de Jésus à ces scandaleux qui ont une double vie ».

Le pape a alors mis en garde contre la « confiance excessive » de celui qui pense : « Mais, oui, le Seigneur me pardonnera tout ensuite, mais je continue » ou encore « Oui, cela ne va pas, je me convertirai mais pas aujourd’hui : demain ».

« La double vie, a-t-il ajouté, vient du fait de suivre les passions du cœur, les péchés capitaux qui sont les blessures du péché originel ».

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!