Faire un don
Messe à Sainte-Marthe © Vatican Media

Messe à Sainte-Marthe © Vatican Media

Sainte-Marthe: « Exploiter les travailleurs, c’est un péché mortel! »

« Demandons au Seigneur la grâce d’être cohérent »

« Demandons au Seigneur la grâce d’être cohérent » : le pape suggère cette « grâce à demander » à l’occasion de sa messe matinale. Il a notamment fait observer que pour un catholique exploiter les travailleurs, c’est « un péché mortel » .

Le pape a tout d’abord commenté la première lecture, du livre du prophète Isaïe (Is 58,19), pour expliquer « la différence entre le réel et le formel », et déplorer à nouveau toute forme d’hypocrisie, comme lors de sa rencontre avec les prêtres de son diocèse, hier, jeudi 7 mars, au Latran.

Selon la synthèse rapportée par Vatican News (Barbara Castelli), le pape François a reconnu que « le formel est une expression du réel », et qu’ils doivent avancer « ensemble ». Sinon, a-t-il averti, on ne vit qu’une existence « d’apparences », une vie « sans vérité ». Et cette distance entre réalité et l’apparence, c’est, a fait remarquer le pape, de l’hypocrisie.

Pour le pape, la marche vers Pâques est l’occasion pour chacun de prendre conscience de ses « incohérences » : « Le Seigneur demande de la cohérence ».

Le pape a par conséquent suggéré, selon la méthode ignatienne la « grâce à demander » : « Demandons au Seigneur la grâce d’être cohérent, de ne pas être vain, de ne pas paraître plus digne de ce que nous sommes. Nous demandons cette grâce, en ce Carême: la cohérence entre le formel et le réel, entre la réalité et les apparences ».

Il a spécialement dénoncé l’exploitation des travailleurs par des catholiques : « Beaucoup de chrétiens, même catholiques, qui se disent catholiques pratiquants, comme ils exploitent les gens! », a déploré le pape : « Comme ils exploitent les ouvriers! Et c’est un péché mortel! Combien ils humilient leurs travailleurs ».

Pour éviter l’hypocrisie, le pape recommande les trois remèdes du carême : le jeûne, l’aumône et la prière. Mais à pratiquer en « se montrant heureux » : « être généreux avec ceux qui sont dans le besoin », mais « sans ostentation », et « prier le Père » presque « en secret ».

Le pape François a évoqué l’exemple évangélique du pharisien et du publicain, en déplorant que les catholiques se sentent « justes » pour leur engagement dans une association, la participation à la messe du dimanche, ne sont pas « comme ces pauvres gens qui ne comprennent rien ».

Il a au contraire invité à « redécouvrir » la beauté de la « simplicité », de la « réalité » qui ne doit pas être séparée de l’apparence.

About Anita Bourdin

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel