Faire un don
Sainte-Marthe, messe du 05/12/2017 © L'Osservatore Romano

Sainte-Marthe, messe du 05/12/2017 © L'Osservatore Romano

Sainte-Marthe : comment savoir si je suis humble ?

« Il y a un signe, un signal, l’unique »

« Comment savoir si je suis humble ? … il y a un signe, un signal, l’unique : accepter les humiliations », a expliqué le pape François lors de la messe matinale à la Maison Sainte-Marthe, au Vatican, ce 5 décembre 2017 : « L’humilité sans humiliations n’est pas humilité. »

Chaque chrétien, a-t-il expliqué dans son homélie rapportée par Radio Vatican en italien, est comme « une petite graine où se posera l’esprit du Seigneur, esprit de sagesse et de discernement, esprit de conseil et de force, esprit de connaissance et de crainte du Seigneur… Ce sont les dons de l’Esprit Saint. De la petitesse de la graine à la plénitude de l’Esprit. C’est la promesse, c’est le Règne de Dieu. »

Ainsi, a-t-il poursuivi, le chrétien doit « être conscient que chacun de nous est une graine de cette racine qui doit grandir, grandir, avec la force de l’Esprit-Saint, jusqu’à la plénitude de l’Esprit Saint en nous. Et quel serait le devoir du chrétien ? Simplement protéger la graine qui grandit en nous, protéger la croissance, protéger l’Esprit ».

Pour le pape, le « style » du chrétien c’est « celui de Jésus, l’humilité » : « il faut de la foi et de l’humilité pour croire que cette graine, ce si petit don, parviendra à la plénitude des dons de l’Esprit Saint. Il faut de l’humilité pour croire que le Père, Seigneur du Ciel et de la Terre, comme le dit l’Evangile d’aujourd’hui, a caché ces choses aux sages, aux savants, et qu’il les a révélées aux tout-petits. Humilité et être petits, comme la graine, petite, qui grandit chaque jour, qui a besoin de l’Esprit-Saint pour pouvoir avancer, vers la plénitude de sa vie. »

« Certains croient qu’être humble c’est être éduqué, poli, fermer les yeux en priant… Non, être humble ce n’est pas cela », a-t-il souligné. « Comment savoir si je suis humble ? … il y a un signe, un signal, l’unique : accepter les humiliations. L’humilité sans humiliations n’est pas humilité. L’humble, c’est cet homme, cette femme, qui est capable de supporter les humiliations comme les a supportées Jésus, l’humilié, le grand humilié. »

En conclusion, le pape François a évoqué l’exemple des saints « qui non seulement ont accepté les humiliations mais les ont demandées » pour ressembler à Jésus. « Que le Seigneur, a-t-il souhaité, nous donne cette grâce de soutenir ce qui est petit vers la plénitude de l’Esprit, de ne pas oublier la racine et d’accepter les humiliations. »

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel