Qatar: le dialogue interreligieux « est une nécessité réelle et non un choix », par Mgr Ayuso Guixot

5e conférence internationale du Centre de recherche sur la législation islamique et l’éthique

Mgr Miguel Ayuso Guixot © Wikimedia commons, Christoph Wagener

Mgr Miguel Ayuso Guixot © Wikimedia commons, Christoph Wagener

Pour éviter les conflits et les guerres, « le dialogue est une nécessité réelle et non un choix : il ne peut y avoir de paix dans le monde sans dialogue, surtout parmi les croyants qui forment de loin la majorité de l’humanité d’aujourd’hui ». C’est ce qu’a affirmé Mgr Miguel Angel Ayuso Guixot, à la cinquième conférence internationale du Centre de recherche sur la législation islamique et l’éthique (CILE), qui s’est déroulée les 18 et 19 2017 mars à Doha, capitale du Qatar.

Dans ses propos rapportés par L’Osservatore Romano en italien daté du 21 mars, le secrétaire du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux a affirmé que « dans toutes les religions, il y a un trésor de valeurs qui peuvent contribuer à la construction d’un monde de justice, de fraternité et de prospérité ».

Le représentant du Saint-Siège est intervenu sur le thème des travaux : « Ethique du conflit et de la résistance : vers une approche critique du jihad et de la ‘guerre juste’ ». Il a notamment souligné les valeurs communes aux « disciples des religions partout dans le monde » en tant que « personnes de bonne volonté », appelées à se tendre mutuellement la main et à collaborer pour le bien commun.

Les « tendances extrémistes, indépendamment de leur origine », a-t-il dénoncé, sont « parmi les menaces les plus périlleuses pour la paix et la sécurité mondiale » : elles sont à l’origine de « mouvements radicaux qui introduisent des changements fondamentaux et imprévus imposant des politiques intransigeantes et violentes. Elles créent un environnement dans lequel l’acceptation et la compréhension réciproques ne peuvent coexister ».

L’évêque combonien espagnol a estimé au contraire que le dialogue pouvait créer « une école d’humanité » et devenir « un instrument d’unité, en contribuant à construire une société meilleure, fondée sur le respect réciproque ». Et de souhaiter que grandisse « la conscience que tout type de guerre est incompatible avec la véritable éthique religieuse ».

Avec une traduction de Zenit, Constance Roques

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!