Faire un don
Protection des mineurs, 21 février 2019 @ Vatican Media

Protection des mineurs, 21 février 2019 @ Vatican Media

Protection des mineurs: le pape François demande « du concret »

« Ouvre nos oreilles »

Le pape François demande « du concret », « de l’audace, du courage, du concret » pour « affronter ce mal qui afflige l’Eglise et l’humanité » qu’est la pédophilie.

Le pape a ouvert les travaux de la première matinée de rencontre pour la Protection des mineurs dans l’Eglise, ce jeudi 21 février 2019, dans la salle du synode du Vatican.

« Chers Frères, face à la plaie des abus sexuels perpétrés par des hommes d’Église contre des mineurs, j’ai voulu vous interpeller, vous patriarches, cardinaux, archevêques, évêques, supérieurs religieux et responsables, afin que tous ensemble nous puissions écouter le Saint-Esprit et qu’en étant dociles à sa conduite nous écoutons le cri des petits qui demandent justice »  a dit le pape, en italien.

Il a évoqué le « poids de la responsabilité pastorale et ecclésiale » de cette rencontre qui impose « l’obligation de discuter ensemble, de manière synodale, sincère et approfondie sur la façon d’affronter ce mal qui afflige l’Église et l’humanité ».

Le peuple de Dieu attend du « concret »

Le pape a évoqué le regard du « saint peuple de Dieu » qui « de nous non pas des condamnations simples et attendues, mais des mesures concrètes efficaces à prendre ».

le pape a exhorté à faire ce chemin dans la foi », avec « parrhésie » [audace, terme de saint Paul] qui soit « maximale » mais aussi avec « courage » et surtout « du concret ».

Le pape a fait distribuer des recommandations formulées « par différentes commissions et conférences épiscopales »: « Ce sont des lignes directrices pour aider notre réflexion qui vous seront distribuées. C’est un simple point de départ. »

Le pape a spécialement remercié la Commission pontificale pour la protection des mineurs, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi et les membres du Comité d’organisation « pour l’excellent travail accompli » et le dévouement « pour préparer cette réunion ».

Il a conclu en invoquant l’aide de l’Esprit Saint sur les travaux pour « transformer ce mal en une occasion de prise de conscience et de purification ».

Le pape a aussi invoqué la prière de la Vierge Marie dans cette recherche pour « guérir les blessures graves causées par le scandale de la pédophilie chez les enfants et chez les croyants ».

« Ouvre nos oreilles »

L’assemblée, des cinq continents, a commencé par une prière au cours de laquelle a été lu, par le p. Hans Zollner SJ, l’interrogation d’une victime: « Personne ne m’a écouté ; ni mes parents, ni mes amis ni plus tard les autorités de l’Eglise. Ils n’ont pas écouté. »

La prière conclusive demandait justement « ouvre nos oreilles »: « Dans notre monde, ton Eglise est appelé à proclamer ton amour et ta bonté. Malheureusement, de nombreux enfants, jeunes et adultes sont devenus des victimes de crimes dans ton Église. Certains se sont tus et n’ont pas pu demander de l’aide. D’autres en ont parlé mais personne ne les a cru. Traités de menteurs, ils ont été réduits au silence. Voici ce que nous te demandons, toi le père des pauvres et amis de la vie : ouvre nos oreilles aux messages de ceux qui ont été violentés et blessés au sein de ton Eglise. Touche nos cœurs avec la douleur de ceux qui ont été maltraités et abusés. Donne-nous de reconnaître les blessures des personnes et montre-nous comment agir pour que la vérité ne soit pas cachée et que justice soit rendue aux blessés. Ne laisse pas nos échecs entraîner ton peuple à perdre la foi en toi et en ton Evangile. »

Un processus commencé il y a 15 ans

Le père Federico Lombardi SJ, modérateur du sommet, a dessiné, le 20 février, les contours de la Rencontre dans 12 questions/réponses.

Il avertit notamment que « tous les problèmes de l’Église ne seront pas résolus définitivement en quatre jours »: « Il s’agit d’une étape dans un long processus que la communauté ecclésiale a débuté il y a plus de quinze ans et qui se poursuivra encore longtemps. Le pape a expliqué qu’il s’agissait de donner une nouvelle impulsion qui aide tous les évêques, et donc l’Église dans son ensemble, à faire un pas en avant dans la bonne direction de façon solidaire. »

Il fait aussi observer qu’il « existe déjà de nombreux résultats, qui sans la rencontre n’existeraient pas ou auraient été retardés »: « Les très nombreuses réponses des évêques au questionnaire témoignent de leur mobilisation, de même que leurs entretiens avec de nombreuses victimes témoignent d’une sensibilité renforcée. Plusieurs conférences épiscopales ont accéléré la préparation et la conclusion de leurs lignes directrices sur ce sujet; d’autres ont pris des décisions (par exemple, la Conférence épiscopale italienne a mis en place un service national de protection des mineurs). D’autres normes en préparation verront probablement le jour lors de la réunion. »

Le programme de la journée prévoit trois interventions, deux le matin, du cardinal Luis Antonio Tagle (Philippines), de Mgr Charles Jude Scicluna (Malte), et une l’après midi, du cardinal Rubén Salazar Gómez (Colombie), ainsi que des travaux de groupes et des temps de questions/réponses.

About Anita Bourdin

Journaliste accréditée au Vatican depuis 1995. A lancé Zenit en français en janvier 1999. Correspondante à Rome de Radio Espérance. Formation: journalisme (IJRS, Bruxelles), théologie biblique (PUG, Rome), lettres classiques (Paris IV, Sorbonne).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel