Faire un don
Le card. Stella salue le pape François © Vatican Media

Le card. Stella salue le pape François © Vatican Media

Pâques en isolement ? Plus d’intimité avec Dieu, répond le card. Stella

Et créer un beau réseau qui unisse

Pour le cardinal Beniamino Stella, la fête de Pâques qui s’annonce en isolement pour un bon nombre d’Européens confinés à cause du Coronavirus Covid-19, est « une opportunité pour la foi ». Dans un entretien à Vatican News ce 17 mars 2020, le préfet de la Congrégation pour le clergé invite à plus d’intimité avec Dieu.

Au Vatican, les célébrations liturgiques du Triduum pascal se dérouleront sans la présence des fidèles « à cause de l’état actuel d’urgence sanitaire internationale », a annoncé la Préfecture de la Maison pontificale. Le Bureau du Saint-Siège a précisé cependant que l’on étudiait d’éventuelles modalités de déroulement qui respecteraient les mesures de sécurité.

Le cardinal Stella évoque le fameux roman historique italien « Les fiancés » (I promessi sposi) d’Alessandro Manzoni, qui parle de l’épidémie de peste au XVIIe siècle. L’auteur écrit à la fin du roman : « Dieu ne trouble jamais la joie de ses enfants sinon pour leur en envoyer une plus grande ». « J’ai trouvé cette expression vraiment consolante pour notre vie », confie le cardinal.

En l’absence des rites, de la participation physique aux célébrations, suggère-t-il, « nous devons trouver en ces circonstances une manière profonde, de grande intimité avec le Seigneur pour communier avec l’Église, avec les sacrements » : « Je crois que l’Esprit Saint ne nous fera pas défaut pour vivre une Semaine sainte belle, profonde, malgré la tristesse des deuils, des maladies et d’un drame dont nous ne savons pas les dimensions et surtout la durée. »

La famille, église domestique

Le préfet de dicastère souligne aussi « la possibilité, tous les jours d’être en communion avec la Messe du pape, avec la prière mariale du chapelet ». La messe matinale du pape est retransmise en streaming, ainsi que l’angélus et l’audience générale.

Selon le cardinal, les temps actuels « sont très importants pour sentir que la famille aussi est une petite église domestique, pour découvrir le sens de la prière en famille » : « Il y a aujourd’hui des possibilités de transformer ce drame en une opportunité pour la foi, affirme-t-il. Les épreuves de Dieu sont toujours un contexte dans lequel Dieu nous invite à la conversion du cœur et à un retour chez soi, dans le sens de la belle parabole du Père miséricordieux. »

Une communion pas seulement virtuelle

Aux fidèles qui se préparaient à venir à Rome pour les célébrations de Pâques, il assure « qu’ils peuvent être en communion, d’une façon ou d’une autre, avec leurs prêtres, avec leurs églises locales… aujourd’hui la technologie permet vraiment de vivre une communion que l’on pourrait dire virtuelle, mais qui, en fait, n’est pas seulement virtuelle, parce que je crois que l’Esprit Saint passe à travers ces nouveautés du monde d’aujourd’hui et parle aux cœurs, parle aux consciences, parle aux petits et parle aux grands. »

Ainsi la fête de Pâques et l’appel à la conversion des baptisés « doivent avoir lieu dans la famille, dans leur petit environnement, là où le Seigneur les appelle à vivre, en ce moment, le mystère de Pâques ».

Enfin, il exhorte à « être actif, inventer » : « Par exemple utiliser son téléphone… appeler les personnes, communiquer avec elles, dire un mot… Je le fais pour moi et je l’ai également recommandé : membres de la famille, personnes amies, pour créer un beau réseau qui nous unit en ce moment. »

Avec une traduction d’Hélène Ginabat

About Anne Kurian

Baccalauréat canonique de théologie. Pigiste pour divers journaux de la presse chrétienne. Journaliste à Zenit depuis octobre 2011.

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel