ONU: le commerce équitable, moteur clé du développement

Discours du cardinal Turkson

Cardinal Peter Turkson during the presentation of reflexion about miners work in de world

Cardinal Peter Turkson, ZENIT - by HSM

Le commerce est « un moteur clé du développement, et le commerce équitable fera beaucoup pour promouvoir un développement humain authentique », a affirmé le cardinal Peter Turkson. Dans un discours lu le 21 septembre 2016 au Vatican, le président du Conseil pontifical Justice et Paix a recommandé à la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) de ne pas oublier les plus pauvres.

A l’occasion du lancement du rapport 2016 de la CNUCED, une conférence de presse a eu lieu dans les locaux de Radio Vatican, animée par le père Michael Czerny, porte-parole du dicastère. Le Saint-Siège est membre de la CNUCED. Il était présent à la rencontre fondatrice en 1964, et Paul VI – a rappelé le cardinal Turkson – a identifié la mission ultime de cet organisme onusien : « Le Développement est le nouveau nom de la paix ».

Pour Paul VI, a ajouté le cardinal Turkson dans son message, le développement doit être celui « de chaque personne et de toute la personne ». Cela signifie « chaque personne (homme, femme et enfant), chaque groupe humain, et l’humanité dans son entier ». Face aux défis environnementaux actuels, le pape François a élargi cette définition « pour inclure les générations futures ».

Pour le lancement du rapport 2016 qui a lieu dans le contexte de la crise financière et monétaire se prolongeant depuis 2008, le cardinal a averti : « Nous devons faire mieux. Nos sociétés ont besoin de trouver des moyens d’exercer une plus grande responsabilité entrepreneuriale, financière et gouvernementale pour l’économie et l’environnement ».

Le « marasme grandissant » de l’économie mondiale ne doit pas « être accepté comme la ‘nouvelle normalité’ », a poursuivi le cardinal qui a plaidé pour « le dialogue, la coopération » et la « générosité », en écoutant « des voix tout à fait différentes : secteur bancaire, finance, commerce, entreprise, politique … mais aussi travailleurs, chômeurs et migrants, jeunes et vieux, et même l’environnement naturel ».

La gouvernance mondiale, a-t-il insisté, « a besoin de prendre conscience des pauvres, comme le dit saint Jean-Paul II, ‘non comme un problème, mais comme des personnes qui peuvent devenir les artisans principaux d’un nouvel avenir plus humain pour tous’ ».

Le cardinal Turkson a conclu en assurant que « le commerce et le développement doivent viser l’épanouissement humain complet si nous voulons un jour avoir une vraie paix ».

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!