Faire un don
Mémorial de la paix d'Hiroshima (Dôme de Genbaku), Japon © UNESCO / Giovanni Boccardi

Mémorial de la paix d'Hiroshima (Dôme de Genbaku), Japon © UNESCO / Giovanni Boccardi

Les enjeux du voyage du pape François au Japon, par M. Shintaro Yuzawa

Une visite sous le signe de la paix, et pour encourager les Japonais catholiques

« Le thème officiel de la visite du pape au Japon est « Protéger toute vie (Protect all life) », une citation de sa « Prière chrétienne en union avec la création » à la fin de son encyclique Laudato sí », explique M. Shintaro Yuzawa, Japonais, responsable laïc, marié, de l’Aumônerie catholique japonaise à Paris. Il a bien voulu accepter de présenter les différents thèmes qui découlent de ce thème principal pour chaque étape du voyage du pape François au Japon (23-26 novembre 2019): nucléaire, peine de mort, protection de l’environnement, réconciliation, rencontre avec le nouvel empereur, et avec les Japonais catholiques…

Zenit – Autour du thème de la protection de la vie, la visite du Pape François comportera un appel à abolir les armes nucléaires?

M. Shintaro Yuzawa – Oui, et  plus généralement, un appel à ouvrir nos yeux sur les souffrances causées par la guerre. C’est le sens de sa visite à Hiroshima et à Nagasaki. L’image du garçon de Nagasaki portant son petit frère en est le symbole: le pape François l’avait choisie pour porter ses voeux de paix pour le Nouvel An 2018. Nagasaki est également la terre des chrétiens cachés, et le Pape rendra hommage aux 26 martyrs qui ont été crucifiés à Nagasaki le 5 février 1597. L’actualité du sens des martyrs qui sont morts pour qu’il y ait la vie est important. Le thème de l’engagement contre l’arme nucléaire est très parlant pour les Japonais qui ne sont pas chrétiens : les victimes anonymes de bombardements atomiques ont témoigné par leur dignité que l’humanité ne peut être détruite par la folie de la guerre.

Il semble que le pape ait aussi à coeur l’abolition de la peine de mort?

Au Japon, il y a eu 17 exécutions capitales entre 2018 et 2019, dont 13 sont celles des membres de la secte AUM SHINRIKYO (responsables de l’attentat au gaz sarin qui a causé la mort de 13 personnes en 1995). Le Pape rencontrera notamment un condamné à mort, Iwao Hakamada, un catholique qui clame son innocence depuis plus de 50 ans et qui attend la révision de son procès.

Le souvenir du terrible accident nucléaire de Fukushima reste dans tous les esprits, au Japon et bien au-delà: il sera aussi présent…

La protection de l’environnement sera aussi au coeur du voyage. Afin de protéger toute vie, il faut protéger aussi la terre qui est « notre maison commune ». Au Japon, l’environnement est menacé par les cataclysmes naturels, mais aussi par l’action des hommes. Le Pape rencontrera les sinistrés du grande cataclysme du 11 mars 2011, qui a causé 20 000 morts mais également provoqué l’accident nucléaire de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi.

La fameuse carte de voeux de 2018 portait comme légende: « le fruit de la guerre ». Quels sont les conditions d’une paix durable?

Le thème du pardon et de la réconciliation est vraiment important pour construire la paix avec nos pays voisins, mais des tensions demeurent, principalement à cause de la divergence sur la question de la responsabilité des actes commis par l’Etat japonais (Indemnisation des femmes de réconfort, des travailleurs forcés durant l’occupation japonaise). La question est rendue sensible à cause de la position nationaliste du premier ministre Shinzo Abé dont le parti réclame la révision de la constitution japonaise, notamment de l’article 9, l’article pacifiste. Or le nouvel empereur actuel Naruhito, et l’empereur émérite Akihito sont très attachés à la constitution japonaise actuelle, ce qui provoque quelques tensions avec la politique du premier ministre.

Le pape François a adressé ses voeux au nouvel empereur Naruhito et il a tenu à être représenté – par le cardinal Francesco Monterisi – à son intronisation, à Tokyo, le 22 octobre. Il rencontrera l’empereur le 25 novembre. Une occasion de favoriser les relations avec le christianisme?

La relation du christianisme avec la famille impériale est complexe. Officiellement, l’empereur est le prêtre suprême du shintoïsme, descendant de Amaterasu, déesse du Soleil. Cependant, l’empereur émérite a eu comme préceptrice une quaker américaine. La nouvelle impératrice et l’impératrice émérite sont issues des universités catholiques. On pense que la position pacifiste de l’empereur est dû à l’influence du christianisme sur la famille impériale. C’est pourquoi nous espérons que la rencontre du Pape avec l’empereur, et aussi avec le premier ministre Shinzô Abé, puisse contribuer à apaiser la tension avec nos pays voisins.

Le pape François est le second pape à visiter votre Nation. Que faut-il attendre comme fruit pour la communauté catholique?

Donner un élan nouveau pour la vie de l’Église au Japon. La précédente visite du Pape Jean-Paul II en 1981 a donné un grand enthousiasme aux catholiques du Japon, et a suscité un grand nombre de vocation des prêtres et des religieux(ses). Le Pape François rencontrera les jeunes à la Cathédrale de Tokyo. Nous espérons que la rencontre avec le Pape avec les jeunes provoquera un élan nouveau pour l’Église du Japon, dont le nombre des membres japonais stagne, et en vieillissement. Le défi majeur pour l’Église du Japon : la majorité des catholiques au Japon sont des étrangers , des travailleurs immigrés venus des pays catholiques – des Philippines, du Brésil, et surtout du Vietnam -, viennent rajeunir l’Église vieillissante. Accueil des étrangers est une chance pour l’Église, mais la tolérance mutuelle est nécessaire. Pour préparer l’avenir de l’Église, la présence des jeunes qui sont ouverts à la diversité culturelle est importante.

About Anita Bourdin

Journaliste accréditée au Vatican depuis 1995. A lancé Zenit en français en janvier 1999. Correspondante à Rome de Radio Espérance. Formation: journalisme (IJRS, Bruxelles), théologie biblique (PUG, Rome), lettres classiques (Paris IV, Sorbonne).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel