Faire un don
"Io Posso", projet d'éducation © Vatican Media

"Io Posso", projet d'éducation © Vatican Media

Le pape François encourage un «village mondial de l’éducation» (traduction complète)

Préparation du « Pacte mondial sur l’éducation »

Le pape François encourage un « village mondial de l’éducation », dans le cadre de la préparation du « Pacte mondial sur l’éducation » de mai 2020.

Le pape François a reçu en audience les participants à la rencontre mondiale « I can », un projet promu par les écoles catholiques de la FIDAE et inspiré de l’encyclique Laudato si ‘ du pape, qui s’est déroulée du 26 au 30 novembre 2019 à Rome, avec la participation de 43 pays.

Le pape a évoqué la préparation du « Pacte mondial sur l’éducation et l’événement qui se déroulera à Rome le 14 mai 2020. Nous sommes tous appelés à construire un « village mondial de l’éducation« . Cette parole est belle : « village global de l’éducation ». Quelle était la parole? … [les jeunes répètent] Je n’entends pas bien … [ils répètent encore] »

Le pape encourage la « fraternité » universelle : « Ceux qui y vivent développent un réseau de relations humaines, qui constituent le meilleur remède contre toutes les formes de discrimination, de violence et d’intimidation. Dans ce grand village, l’éducation devient le porteur de la fraternité et le créateur de la paix entre tous les peuples de la famille humaine, ainsi que du dialogue de leurs religions. »

Pour le pape François, un moyen de la construire c’est la « méthode pédagogique associant la tête, les mains et le cœur, c’est-à-dire nos différentes dimensions, toujours reliées les unes aux autres ».

Voici notre traduction, rapide, de travail, du discours du pape François, prononcé en italien.
AB

Discours du pape François

Chers garçons et filles,

chers enseignants et chers parents!

Je vous salue tous et vous remercie d’être ici aujourd’hui à la fin de votre réunion mondiale. Je remercie tout particulièrement la présidente de la FIDAE pour ses paroles d’introduction.

J’aime voir la beauté en action dans votre engagement quotidien. Une beauté formée par le partage de nombreux petits gestes. Cela me rappelle l’art de la mosaïque, dans lequel de nombreuses pièces s’assemblent pour former une image plus grande. De près, ces petits morceaux de pierre semblent n’avoir aucune signification, mais ensemble, ils créent une vision étonnante.

Dans notre tradition juive et chrétienne, la beauté et la bonté sont liées, elles sont inséparables. Par exemple, dans le livre de la Genèse, nous lisons que Dieu – dans la création – sépare les différents éléments du monde, la lumière des ténèbres, la terre des eaux … Il peuple la terre de plantes et d’animaux et, lorsque tout sera prêt, créera l’homme et la femme. À la fin de la création de tout, nous lisons: « Dieu vit que c’était bon »; et pour l’homme et la femme: « Dieu a vu ce qu’il avait fait, et voici, c’était très bon » (Gn 1,31).

Le terme « bien » en hébreu a une très grande valeur et peut se traduire non seulement comme « bon » mais aussi comme « harmonieux ». C’est une harmonie polyphonique faite de beauté, de bonté et de partage. La création nous émerveille par sa splendeur et par sa variété et, en même temps, nous ramène sur terre, nous faisant comprendre quel est notre rôle dans le monde face à une telle grandeur.

Lorsque nous regardons le ciel et les étoiles avec émerveillement et admiration, ou devant le murmure d’un ruisseau aux eaux limpides, notre esprit est amené à contempler l’auteur d’une telle beauté (cf. Sg 13, 3), un trésor donné à la race humaine, qui à son tour doit la cultiver et la préserver (cf. Gn 2, 15). Dans les Saintes Écritures, il existe donc une relation très étroite entre le beau et le bon, entre la beauté et la bonté comprise comme un service rendu aux autres.

De même que Dieu a mis à la disposition des êtres humains l’oeuvre de sa création, de même, les hommes eux-mêmes trouvent leur pleine réalisation en donnant vie à une « beauté partagée ». Nous sommes confrontés à une « clé » de l’univers, dont dépend aussi sa survie: cette clé c’est le dessein de l’alliance de Dieu. Il s’agit de reconnaître l’intention qui est écrite dans la beauté de la création, c’est-à-dire le désir du Créateur de communiquer, d’offrir un merveilleux message à ceux qui peuvent l’interpréter, c’est-à-dire nous, les êtres humains.

Nous ne devons pas nous leurrer « de pouvoir remplacer une beauté irremplaçable et irrécupérable par une autre créée par nous » (Enc. Laudato sì, 34). Nous ne pouvons pas prendre le risque de Prométhée. Peut-être avez-vous déjà entendu l’histoire de ce jeune homme qui, bien que de bonne foi, souhaite devenir presque une divinité. Il veut se substituerà Dieu et parfois même nous, sans nous en rendre compte, tombons dans cette tentation, lorsque notre « moi » devient le centre de tout et de tous. Au lieu de cela, chers amis, votre projet, inspiré par l’encyclique Laudato si ’, dit à juste titre que nous ne pouvons pas être nous-mêmes sans l’autre et sans les autres. Nous ne devons pas être dupes et tomber dans le piège de l’exclusivité. Vous avez compris que « je peux » doit devenir « nous pouvons ensemble« . Ensemble c’est plus beau et plus efficace! Je peux, nous pouvons, ensemble.

Ensemble, bien sûr, avec les enseignants. Un salut cordial et un merci à tous les enseignants qui accompagnent ce projet par leur travail précieux. Ensemble, nous préparons le Pacte mondial sur l’éducation et l’événement qui se déroulera à Rome le 14 mai 2020. Nous sommes tous appelés à construire un « village mondial de l’éducation« . Cette parole est belle : « village global de l’éducation ». Quelle était la parole? … [les jeunes répètent] Je n’entends pas bien … [ils répètent encore] Maintenant c’est bon! Ceux qui y vivent développent un réseau de relations humaines, qui constituent le meilleur remède contre toutes les formes de discrimination, de violence et d’intimidation. Dans ce grand village, l’éducation devient le porteur de la fraternité et le créateur de la paix entre tous les peuples de la famille humaine, ainsi que du dialogue de leurs religions.

Ensemble, bien sûr, avec les parents. C’est déterminant pour le succès de vos initiatives. Les parents contribuent non seulement à la réalisation finale mais, en même temps, participent au projet éducatif à travers une belle confrontation faite de curiosité et de nouveauté. Nous aussi, les adultes, nous pouvons apprendre des jeunes qui, pour tout ce qui concerne la protection de la nature, sont en première ligne. Merci aux mamans et aux papas de leur contribution et de leur soutien patient.

Chers garçons et chères jeunes-filles, je vois en vous une confiance courageuse. Oui, la confiance et le courage d’un projet concret d’amélioration environnementale et sociale; un projet qui peut laisser une impression. Vous avez fait le bon choix: vous avez détourné le regard de l’écran de votre téléphone portable et vous vous êtes retroussé les manches pour vous mettre au service de la communauté. Et vous avez également mis les téléphones mobiles au service de cet engagement! La créativité et l’imagination ont rendu vos initiatives encore plus intéressantes. Vous avez montré que l’intelligence artificielle ne peut à elle seule fournir la chaleur humaine dont nous avons tous besoin. Je me souviens encore du moment où, pendant le synode des jeunes, deux jeunes -filles ont présenté étape par étape les activités de votre projet.

Ce qui me rend si heureux – en voyant vos yeux souriants – c’est que vous avez préféré la solidarité, le travail commun et la responsabilité à tant d’autres choses que le monde vous offre. En effet, il en est ainsi: certaines choses vous amusent un instant, et c’est tout. Au lieu de cela, cet engagement vous procure une satisfaction qui reste en vous. C’est aussi le fruit d’une méthode pédagogique associant la tête, les mains et le cœur, c’est-à-dire nos différentes dimensions, toujours reliées les unes aux autres. C’est pourquoi vous semblez plus heureux que ceux qui ont tout et ne veulent rien donner. Vous êtes plus heureux que ceux qui veulent tout et ne donnent rien. Ce n’est qu’en donnant que le bonheur peut être atteint (cf. Actes 20:35).

Merci! Je vous remercie de votre visite et je vous bénis cordialement. Merci.

Et maintenant debout, en silence, nous prions les uns pour les autres, prions tous de notre cœur et demandons au Seigneur, demandons à Dieu de nous bénir tous. Amen.

© Traduction de Zenit

 

 

About Anita Bourdin

Journaliste accréditée au Vatican depuis 1995. A lancé Zenit en français en janvier 1999. Correspondante à Rome de Radio Espérance. Formation: journalisme (IJRS, Bruxelles), théologie biblique (PUG, Rome), lettres classiques (Paris IV, Sorbonne).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel