Faire un don
Audience générale du 4/04/2018 © Vatican Media

Audience générale du 4/04/2018 © Vatican Media

«La réalisation d’un rêve»: des jeunes rencontrent le pape François

Audience générale de mercredi 4 avril 2018

Les quatre jeunes – un Néerlandais, une Croate, un Congolais, adopté en Espagne, et un Italien ont pu rencontrer le pape François en réalisant leur « rêve », au cours de l’audience générale de mercredi dernier, 4 avril 2018, place Saint-Pierre, indique L’Osservatore Romano: « C’est beau de croire encore aux rêves et de se donner du mal pour rendre le monde meilleur, comme le suggère le pape », disent-ils.

Elian Lavrijse, jeune fille de seize ans, de la ville néerlandaise de Nimègue, est venue accompagnée de Mgr Everardus Johannes de Jong, évêque auxiliaire de Roermond. « Dans mon lycée, on a lancé un concours en nous demandant d’écrire notre « rêve », raconte Elian, expliquant qu’elle a vaincu pour avoir exprimé son « grand désir de connaître le pape François et de lui remettre le livre “La découverte du ciel”, écrit par Harry Mulisch » qu’elle venait de lire et a trouvé « riche d’éléments de réflexion ». Elian a pu remettre personnellement le livre au pape.

« C’est très beau, explique Mgr de Jong, qu’elle ait rencontré le pape aujourd’hui, avec sa famille, de tradition catholique, et avec le soutien de tous ses compagnons d’école qui la suivent des Pays-Bas à travers les réseaux sociaux. »

Zoé Dragičević, de la ville croate de Karlovac, non loin de la capitale, Zagreb, ne s’attendait pas à ce que son « rêve de serrer dans ses bras et d’embrasser le pape François » se réalise. Elle lui a écrit une lettre, mais, confie la fille, « je ne m’attendais pas à ce qu’il me réponde pour m’inviter ici à Rome : vraiment, plus qu’un rêve, c’est un miracle ».

Et en effet, racontent ses parents, Mladenka et Davor, « les diagnostiques prénataux avaient condamné Zoé irrémédiablement : les médecins nous avaient dit que la fillette ne survivrait pas à l’accouchement et, de toute façon, qu’elle aurait eu de très graves problèmes pour parler et marcher ». La famille Dragičević ne s’est pas avouée vaincue : « Nous sommes catholiques et notre foi ne prévoit pas de céder au désespoir et ainsi Zoé, malgré quelques problèmes de santé, est aujourd’hui une petite fille pleine de vie. »

Un autre jeune – Francisco Javier, treize ans, d’origine congolaise, adopté à Burgos, en Espagne – a aussi fortement voulu rencontrer le pape François, explique la maman, María del Mar Peña Ruiz : « Pour réaliser son rêve de lui confier, à l’oreille, son désir de devenir prêtre ». « Francisco Javier, poursuit-elle, ressent dans son cœur cette vocation religieuse et c’est un projet de vie qui le rend heureux. »

Une mission italienne de la fondation internationale « Make a Wish » (Fais un vœu) – qui réalise de nombreux désirs des enfants malades (mais pas uniquement) – a aidé à réaliser celui d’Alessandro, âgé maintenant de dix-huit ans : lui aussi a pu rencontrer le pape François. Durant sa vie, un jeune homme a risqué de mourir au moins trois fois après avoir été soumis, à cause de maladies graves, à des interventions chirurgicales très délicates.

La mission italienne de Make a Wish, ayant son siège à Gênes et active depuis 2004, a été fondée par Fabio et Sune Frontani en souvenir de leur fille Carlotta, disparue à l’âge de dix ans en raison d’une maladie grave. Il s’agit d’une mission qui part de la ferme conviction que la réalisation d’un désir apporte des bienfaits physiques concrets et accroît la probabilité de guérisons chez les petits enfants marqués par la maladie.

Au cours de l’audience générale, le pape François a aussi béni la « flamme olympique » des mille « patronages de Milan » : un geste applaudi par les sept mille jeunes venus de cette ville italienne pour la traditionnelle profession de foi. « Le 29 juin prochain, le flambeau sera allumé dans la cathédrale de l’archevêque Mario Delpini : il traversera ensuite le centre de la ville pour arriver jusqu’à la zone de l’Expo, où aura lieu la grande rencontre des jeunes », explique don Stefano Guidi, responsable du service de l’archidiocèse ambrosien pour le patronage et le sport. Ensuite, le flambeau sera porté dans tous les centres de jeunes pour susciter « des occasions de rencontre, de prière et de fête ».

Avec une traduction d’Hélène Ginabat

 

 

About Marina Droujinina

Journalisme (Moscou & Bruxelles). Théologie (Bruxelles, IET).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel