Faire un don

L’archarnement médiatique contre l’Eglise ne vise plus à informer mais à punir

Les critiques ne viennent pas de groupes juifs, affirme l’ancien maire de New York

ROME, Jeudi 15 avril 2010 (ZENIT.org) – Pour l’ancien maire juif de New York (Etats-Unis), les « attaques continues » des moyens de communication contre l’Eglise et contre Benoît XVI sont aujourd’hui la pure manifestation d’« actions anticatholiques ». 

Edward « Ed » Koch, membre du Congrès entre 1969 et 1977, le déclare dans un blog du quotidien « The Jerusalem Post » paru sur le net il y a une semaine. 

« A mon avis, la succession d’articles sur les mêmes sujets n’a plus pour but d’informer mais tout simplement de punir », déclare-t-il.  

Reconnaissant que l’abus sexuel sur mineurs est un acte « affreux », il souligne que c’est un point sur lequel « les catholiques, l’Eglise, les non catholiques et les moyens de communication » sont  tous d’accord. 

A ce propos, le politicien et commentateur rappelle que le pape a proclamé ouvertement qu’il s’agissait d’un crime « exécrable » et fait part de sa compassion pour les victimes.

Edward Koch estime que « beaucoup de ceux qui, dans les médias, s’acharnent contre l’Eglise et le Pape le font clairement avec plaisir, et certains avec malice ». 

« Je crois que la raison de ces attaques constantes tient au fait que, dans les médias, et parmi le public, il y en a beaucoup, voire même certains catholiques, qui sont mécontents de la position de l’Eglise contre l’avortement et les mariages homosexuels, du maintien de la règle du célibat chez les prêtres, de l’exclusion des femmes du clergé ; de sa position contre les mesures de contrôle de la natalité, y compris les préservatifs, et contre la prescription de drogues, ou de son opposition au divorce », a-t-il ajouté.

« Un bon ami à moi, le cardinal John O’Connor, a dit un jour : ‘L’Eglise n’est pas un buffet libre, où l’on peut prendre et choisir ce qui nous plait ». 

« L’Eglise est en droit de demander aux fidèles de respecter toutes ses règles religieuses, et est bien entendu en droit de défendre ce en quoi elle croit ».

L’homme politique juif explique qu’il n’est pas d’accord personnellement avec la position catholique sur ces questions, mais il estime que l’Eglise « a le droit de maintenir ces points de vue sur la base de ses convictions religieuses ».

« Les juifs orthodoxes, comme l’Eglise catholique, peuvent demander une obéissance absolue aux normes religieuses. Qui refuse d’y adhérer est libre de s’en aller ». 

Edward Koch se dit également convaincu que « l’Eglise catholique représente une force positive dans le monde, non un mal », et que l’existence de plus d’un milliard de catholiques dans le monde « est importante pour la paix et la prospérité de la planète ».

« Il est évident que les moyens de communication doivent informer le public des nouveaux faits relatifs aux abus de mineurs, affirme-t-il, mais leur objectivité et crédibilité s’en ressent lorsque le New York Times refuse de publier une op-ed [page d’opinion pouvant contredire l’éditorial] offerte par l’archevêque de New York Timothy Dolan sur le thème de l’anticatholicisme, et propose au contraire une lettre à l’éditeur, qui est beaucoup plus courte et moins approfondie qu’une op-ed ».

« Je suis inquiet car, selon le Times du 6 avril, ‘la semaine dernière le quotidien de centre-gauche la Repubblica a écrit sans référence, que certains cercles catholiques croient que les critiques faites à l’Eglise proviennent d’un lobby juif de New York’ », a-t-il ajouté. 

Si ces « cercles catholiques se réfèrent au Times, on devrait expliquer que l’éditeur, Arthur Sulzberger, Jr., n’est pas juif mais épiscopalien, et que son directeur exécutif, Bill Keller, est lui aussi chrétien ».

« Maintenant ça suffit », dit Edward Koch.  

Et il ajoute : « Oui, certains membres du clergé catholique ont commis des actes terribles ». « L’Eglise, aux Etats-Unis, a payé des centaines de millions aux victimes et elle payera des millions, peut-être des centaines de millions, à d’autres victimes dans le monde ». 

« Elle essaie désespérément de se racheter en reconnaissant son passé et changeant les procédures visant à traiter la question des prêtres pédophiles ».

Edward Koch conclut en citant les paroles de Jésus rapportées par l’apôtre Jean : « Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à lui jeter la pierre. » (Jn 8,7). 

Pour accéder au blog : http://cgis.jpost.com/Blogs/koch/entry/he_that_is_without_sin

About Redaction

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel