Faire un don
Maria Elisabetta Mazza © ismabg.org

Maria Elisabetta Mazza © ismabg.org

Italie : Maria Elisabetta Mazza, religieuse, « héroïque »

Fondatrice des sœurs Petits apôtres de l’école chrétienne

Un décret reconnaissant « les vertus héroïques » de la religieuse italienne Maria Elisabetta Mazza a été promulgué par la Congrégation pour les causes des saints, avec l’approbation du pape François, vendredi 7 juillet 2017. La reconnaissance d’un miracle ouvrirait ensuite la voie à sa béatification.

Elle est fondatrice de l’Institut des sœurs Petits apôtres de l’école chrétienne.

« Éducatrice vaillante, portant à l’école un esprit profondément religieux et une connaissance aiguë de l’âme de l’enfant. Elle sent l’éducation comme mission… », C’est ce qu’écrivait, en 1935, Luigi Re, directeur pédagogique à l’école primaire « Diaz » à Bergame ou enseignait Maria Elisabetta.

Maria Elisabetta Mazza est née le 21 janvier 1886 à Martinengo, dans la province de Bergame. Très jeune, elle perd sa mère et passe trois ans à l’internat du monastère de Saint-Benoît.

À vingt-deux ans, Maria Elisabetta est inscrite à la Scuola Normale de Bergame où elle obtient un diplôme d’enseignante. Elle travaille pour des associations catholiques et devient rapidement l’une des animatrices les plus actives.

En 1912, elle adhère à l’Association « Nicolò Tommaseo » qui travaille dans le milieu de l’éducation, devenant sa première vice-présidente et secrétaire.

Dans le désir spirituel de transférer les valeurs de la foi dans le système éducatif, elle fonde un Institut qui porte d’abord le nom de « Pieuse association des petits apôtres de l’école chrétienne » (le 25 juillet 1936) pour devenir plus tard une Congrégation religieuse (le 1er janvier 1964).

Maria Elisabetta « transforme sa propre vie en un apostolat intense », peut-on lire dans sa biographie. Malgré sa mauvaise santé, elle encourage les initiatives, donne des conférences, participe à la vie culturelle et sociale de la ville et du diocèse de Bergame.

Au début des années 1930, sous le régime fasciste, Maria Elisabetta Mazza, avec courage extrême, exprime son opposition à l’adoption du manuel unique infligé par Mussolini et n’hésite pas à reporter sa prestation de serment (obligatoire) de fidélité au régime.

Après la Seconde Guerre mondiale, sa ferveur éducative trouve de nouveaux domaines d’activités : Maria Elisabetta soutient la reprise du travail de « Nicolò Tommaseo » qui prend le nom de l’Association italienne des enseignants catholiques ainsi que du Centre italien féminin et d’autres organisations.

Maria Elisabetta Mazza est décédée le 29 août 1950 à Bergame à la Maison Mère de la congrégation.

About Marina Droujinina

Journalisme (Moscou & Bruxelles). Théologie (Bruxelles, IET).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel