Italie: « Ils ne connaîtront jamais leur mère »

« A Trente, une sentence discutable » titre L’Osservatore Romano

L'Osservatore Romano, 1er mars 2017, capture

L'Osservatore Romano, 1er mars 2017, capture

« A Trente, une sentence discutable » titre L’Osservatore Romano dans son édition quotidienne en italien du 2 mars 2017, à propos d’une ordonnance du 23 février de la Cour d’appel de Trente (Italie): « ils ne connaîtront jamais leur mère », souligne le quotidien.

Le tribunal de la province autonome « a reconnu, pour la première fois en Italie, l’efficacité juridique d’une décision de justice du Canada, de 2011, établissant la subssistance d’un lien parental entre des jumeaux nés par maternité de susbtituion et le partenaire du père génétique ».

« De cette façon, commente le quotidien de la Cité du Vatican, la cour a défini comme illégitime le refus de l’employé d’état civil d’ajouter le partenaire du père biologique sur l’acte de naissance. »

Le quotidien cite une réflexion publiée dans le quotidien italien «Corriere della sera» du 1er mars par Lucetta Scaraffia : « Les enfants naissent d’un homme  et d’une femme. Ces jumeaux de la sentence deviennent maintenant, au contraire, enfants de deux femmes, du fait de la maternité de substitution, et de deux hommes. »

Les enfants nés de cette façon « payent un prix très élevé: ils ne connaîtront jamais leur mère », conclut Lucette Scaraffia citée par L’Osservatore Romano.

 

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!