Faire un don
Etienne Villemain et le pape François, capture CTV

Etienne Villemain et le pape François, capture CTV

Fratello: pour des Journées mondiales des pauvres, par Etienne Villemain

Pèlerinage jubilaire Fratello 2016

« Très Saint Père, permettez moi de vous partager un grand désir : Accepteriez vous que puissent être organisés les Journées mondiales des pauvres ? C’est avec confiance que nous vous adressons ce souhait »: Etienne Villemain, fondateur et responsable de l’association Lazare, a présenté cette demande au pape François vendredi, 11 novembre 2016, dans la salle Paul VI du Vatican à l’occasion du Jubilé des personnes en grande précarité rassemblées par le pèlerinage international « Fratello 2016 ».

Un témoignage publié par le diocèse de Lyon.

Allocution d’Etienne Villemain

Très Saint Père,

C’est avec une joie immense que nous sommes aujourd’hui devant vous, nous, le petit peuple des pauvres. Nous sommes près de 3500 de 23 pays d’Europe. Beaucoup parmi nous ont connu la rue, certains y sont encore. Si nous avons fait ce long voyage, c’est pour vous dire combien nous vous aimons et qu’à travers vous, c’est l’Eglise et le Christ Lui-même que nous sommes venus rencontrer.

Il y a un peu plus de 10 ans à Paris, trois jeunes actifs et trois personnes qui étaient à la rue ont décidé de vivre ensemble. Aujourd’hui, nous sommes plus de 300 en France à vivre dans ces appartements partagés. D’autres Maisons s’ouvre peu à peu en Europe sur ce modèle.

Le matin, avant de partir au travail, nous prions les laudes et nous prenons un temps d’adoration du Saint-Sacrement. Les personnes qui étaient à la rue peuvent se joindre à ce temps de prière si elles le souhaitent. Ensemble, nous vivons un quotidien tout a fait ordinaire et extraordinaire à la fois. Ordinaire par la vie quotidienne et extraordinaire par nos rencontres fraternelles et cette vie de prière toute simple.

Un jour, un de mes colocataires n’allait pas bien. Je l’ai pris dans mes bras. Il avait tellement souffert. Il pleurait et dans mon cou, ses larmes, sa bave, sa morve, coulaient… Mais pour rien au monde, je n’aurai laissé ma place à quelqu’un d’autre. J’ai compris que c’était Jésus qui était dans mes bras. Jésus qui nous dit : « Ce que tu as fait au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que tu l’as fait ».

Durant toutes ces années, j’ai découvert combien vivre avec les pauvres m’évangélise en profondeur. Avec eux on vit, on respire l’Evangile. On apprend à aimer, à pardonner, à dire merci : on apprend à devenir des amis, des frères car on se découvre à notre tour pauvre et vulnérable.

Et jour après jour, nous expérimentons la délicatesse de Jésus pour nous ses ouvriers. Merci très Saint Père de nous le rappeler si souvent avec tant de bienveillance que la place des pauvres est au cœur de l’Eglise et non devant sa porte. Merci du fond du cœur de nous avoir invités à puiser ici, à Rome, aux Sources de la miséricorde en ces derniers jours de l’Année sainte.

Nous sommes comme les ouvriers de la dernière heure… et nous voulons faire nous aussi l’expérience de la tendresse de Dieu. Nous ne voulons pas repartir comme nous sommes venus. Nous désirons que Jésus puisse faire sa demeure dans l’étable de chacun de nos cœurs pour que nos vies changent et que le monde change. Quand je vois toutes ces belles personnes devant nous, j’ai confiance : le monde s’ouvre à l’Amour de Dieu.

Très Saint Père, Permettez moi de vous partager un grand désir : Accepteriez vous que puissent être organisés les Journées mondiales des pauvres ? C’est avec confiance que nous vous adressons ce souhait. Christian et Robert vont maintenant nous donner son témoignage de foi et d’espérance malgré les difficultés de la rue.

Mais auparavant, déjà dans l’action de grâce, avec tous les pèlerins, je veux remercier ceux qui ont aidé humainement, spirituellement et matériellement à la préparation de ces journées. Merci particulièrement à vous, cher Cardinal Barbarin, notre grand frère en Christ, pour votre paternel soutien dans cette aventure de FRATELLO.

Merci à vous, Très Saint Père, de nous accueillir au sein de l’Eglise catholique qui est à Rome. Ce geste fraternel revêt une importance capitale pour chacune et chacun d’entre nous.

Très saint Père, vous êtes présent dans nos cœurs et nos prières. Avec vous, nous voulons répondre avec toujours plus de ferveur à l’appel du Christ, qui nous demande d’annoncer la Bonne Nouvelle de Jésus aux pauvres ! Merci !

Source: http://lyon.catholique.fr/?Les-colocataires-de-L-Evangile

About Rédaction

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel