Faire un don
Arnaud Beltrame © Twitter @diocse_armees

Arnaud Beltrame © Twitter @diocse_armees

France : « le sacrifice du Colonel Arnaud Beltrame portera des fruits », affirment les évêques

La Conférence des évêques de France s’associe à l’hommage national

« Le sacrifice du Colonel Arnaud Beltrame portera des fruits pour notre société », affirme la Conférence des évêques de France qui s’associe à l’hommage national rendu ce 28 mars 2018 au gendarme qui s’est livré pour sauver une femme prise en otage par un terroriste à Trèbes, dans l’Aude, le 23 mars.

« Cet acte d’héroïsme marque légitimement l’ensemble de nos concitoyens », peut-on lire dans un communiqué : « Donner ainsi sa vie pour en sauver d’autres constitue un exemple éminent et aura certainement une fécondité dans notre société tentée par la violence et le repli sur soi ».

« Les catholiques, au cours de cette semaine sainte, prieront pour toutes les victimes des attentats et spécialement celles de Trèbes et Carcassonne. Ils porteront aussi dans leurs prières ceux qui assurent notre sécurité au quotidien », conclut la note.

Le diocèse de Paris s’est uni à la cérémonie nationale par la sonnerie du bourdon « Emmanuel » de la cathédrale Notre-Dame de Paris à 10h, lors du passage du cortège funéraire qui se rendait du Panthéon aux Invalides, salué par une haie d’honneur le long du parcours.

Dans un télégramme envoyé à Mgr Alain Planet, évêque de Carcassonne et Narbonne, le pape François a salué « le geste généreux et héroïque du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame qui a donné sa vie en voulant protéger des personnes ».

Sur le site du diocèse aux armées, Mgr Antoine de Romanet, évêque aux Armées françaises, rappelle qu’Arnaud Beltrame, 45 ans, était « un militaire et un chrétien au plus profond de son être » : « Baptisé dans une famille non pratiquante, il découvre la foi il y a une dizaine d’année, lors d’un pèlerinage à Sainte-Anne-d’Auray, il fait sa première communion à l’âge de 34 ans, et s’engage à la suite du Christ tel saint Paul, avec l’amour brûlant d’un cœur qui a rencontré le cœur de son Seigneur. Arnaud Beltrame venait de faire bénir sa maison. Il était dimanche dernier, comme chaque dimanche, à l’Abbaye de Lagrasse pour célébrer le Christ ressuscité, et il s’apprêtait à célébrer le 9 juin prochain son mariage religieux avec Marielle. Nous pensons à sa famille, à son épouse, à ses collègues, à ses amis. C’était un chrétien, explicitement, sereinement. »

« Son geste étonne, détonne, interpelle, souligne Mgr de Romanet. Son geste renvoie aux questions les plus fondamentales de la vie et de la mort pour chacun d’entre nous. Qu’est ce qui mérite de donner sa vie ? Qu’est ce qui justifie de s’exposer à la mort ? Quel sens ? Quelle transcendance ?… Arnaud Beltrame s’est présenté en médiateur, il a fait don de sa vie en se substituant à un otage. Il a sauvé des vies en offrant la sienne. Ceci ne peut se comprendre que dans une dimension de surplomb, de transcendance, de vie éternelle, qui pour un chrétien a le visage du Christ en croix offert pour que le monde ait la vie. »

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel