Faire un don
Discours d'Abou Dhabi © Vatican Media

Discours d'Abou Dhabi © Vatican Media

Emirats arabes unis: « La paix soit avec vous! », le pape François invite à se mobiliser contre la guerre

« Dieu, à l’origine de l’unique famille humaine »

« Le point de départ est de reconnaître que Dieu est à l’origine de l’unique famille humaine », souligne le pape François qui invite à dire « non » à la « cruauté » de la guerre au nom de cette « fraternité humaine » fondée en Dieu et du respect dû au caractère « sacré » de toute vie humaine.

Le pape a rencontré de façon « privée », loin des caméras et pour un dialogue informel, « fraternel » et « cordial » selon le Vatican – le « Conseil musulman des sages » (« Muslim Council of Elders ») à Abou Dhabi (Emirats arabes unis) dans la grande mosquée du cheikh Zayed, ce lundi 4 février 2019, à 17h (14h à Rome), et pendant une demi-heure.

Le pape a ensuite participé, à 18h40 (15h40 à Rome, en retard de 30 minutes sur le programme), à une rencontre interreligieuse au « Founder’s Memorial » – mémorial du Cheikh Zayed (1918-2004), fondateur des EAU -, pour « écrire une nouvelle page dans l’histoire des relations entre les religions, en confirmant surtout le concept de la fraternité », comme l’explique le cardinal secrétaire d’Etat Pietro Parolin qui a décrypté les enjeux de ce voyage « historique ».

Le pape a pris la parole après le Premier ministre des Emirats, Mohammed Bin Rashid Al Maktoum, et l’imam Al-Tayeb de Al-Azar (Le Caire, Egypte).

Discours d'Abou Dahbi @ Vatican Media

Discours d’Abou Dahbi @ Vatican Media

Le pape a commencé son discours par le traditionnel voeu de paix et il l’a achevé en fustigeant la cruauté de la guerre et la violence: « La fraternité humaine exige de nous, représentants des religions, le devoir de bannir toute nuance d’approbation du mot guerre. Rendons-le à sa misérable cruauté. Ses néfastes conséquences sont sous nos yeux. »

Le pape a cité le Yémen, la Syrie, l’Irak et la Libye avant d’exhorter à la construction de ponts: « Ensemble, frères dans l’unique famille humaine voulue par Dieu, engageons-nous contre la logique de la puissance armée, contre la monétisation des relations, l’armement des frontières, l’édification de murs, le bâillonnement des pauvres; à tout cela opposons la douce force de la prière et l’engagement quotidien dans le dialogue. »

« Que le fait que nous soyons ensemble aujourd’hui soit un message de confiance, un encouragement à tous les hommes de bonne volonté, pour qu’ils ne se rendent pas aux déluges de la violence et à la désertification de l’altruisme. Dieu est avec l’homme qui cherche la paix. Et du ciel il bénit tout pas qui, sur ce chemin, s’accomplit sur la terre », a déclaré le pape.

« On ne peut honorer le Créateur sans protéger la sacralité de toute personne humaine et de toute vie humaine: chacun est également précieux aux yeux de Dieu », a encore affirmé le pape.

Il a aussi souligné l’importance de la liberté religieuse en disant: « Aussi je désire exprimer mon appréciation pour l’engagement de ce pays pour la tolérance et pour garantir la liberté de culte, en faisant face à l’extrémisme et à la haine. En faisant ainsi, alors qu’on promeut la liberté fondamentale de professer sa propre croyance, exigence intrinsèque à la réalisation même de l’homme, on veille aussi à ce que la religion ne soit pas instrumentalisée et risque, en admettant la violence et le terrorisme, de se nier elle-même. »

Mais le pape a aussi abordé des questions de l’altérité et de dialogue, de la prière, de l’éducation à la justice et à la paix, déplorant l’individualisme, obstacle à la fraternité ou l’indifférence, obstacle au développement.

Le pape a salué une initiative pour la protection des mineurs à l’heure numérique: « Je remercie donc tous les leaders qui s’engagent dans ce domaine et j’assure mon soutien, ma solidarité et ma participation ainsi que ceux de l’Eglise catholique à cette cause très importante de la protection des mineurs en toutes ses expressions. »

Il a souligné la contribution des chrétiens au développement de la société: « Ici, dans le désert, s’est ouvert un chemin fécond de développement qui, à partir du travail, offre une espérance à de nombreuses personnes de divers peuples, cultures et croyances. Parmi elles, de nombreux chrétiens aussi, dont la présence dans la région remonte dans les siècles, ont trouvé une opportunité et apporté une contribution significative à la croissance et au bien-être du pays. »

« Au-delà des capacités professionnelles, ils y apportent la qualité de leur foi. Le respect et la tolérance qu’ils rencontrent, de même que les lieux de culte nécessaires où ils prient, leur permettent cette maturation spirituelle qui bénéficie ensuite à la société tout entière. J’encourage à poursuivre sur ce chemin, afin que tous ceux qui vivent ici ou sont de passage conservent non seulement l’image des grandes œuvres élevées dans le désert, mais d’une nation qui inclut et embrasse quiconque », a insisté le pape.

Au terme de leurs discours, l’ Iman de Al-Azar et le pape François ont signé une Déclaration sur la fraternité humaine, la paix mondiale, la coexistence commune et le droit des femmes a été signée. Ils souhaitent que cette déclaration soit étudiée et enseignée aux enfants.

Le matin, le pape avait participé à la cérémonie d’accueil officiel au palais présidentiel et il a rencontré le prince héritier – qui l’avait accueilli à l’aéroport dimanche soir -, sous le signe de la « paix » et de la « solidarité fraternelle »

Discours d'Abou Dhabi © Vatican Media

Discours d’Abou Dhabi © Vatican Media

 

About Anita Bourdin

Journaliste accréditée au Vatican depuis 1995. A lancé Zenit en français en janvier 1999. Correspondante à Rome de Radio Espérance. Formation: journalisme (IJRS, Bruxelles), théologie biblique (PUG, Rome), lettres classiques (Paris IV, Sorbonne).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel