Faire un don
Le pape François confesse © L'Osservatore Romano

Le pape François confesse © L'Osservatore Romano

Confession : les prêtres doivent conduire au Christ, insiste Mgr Nykiel

Dieu n’est pas un concurrent, c’est un partisan du bonheur de l’homme

Dans le sacrement de la confession, le prêtre doit conduire à la miséricorde et au Christ, insiste Mgr Krzysztof Josef Nykiel. Dans un entretien à Vatican News le régent de la Pénitencerie apostolique évoque le 30e Cours sur le for interne, organisé du 25 au 29 mars 2019 à Rome.

« Aujourd’hui plus que jamais, souligne-t-il, il est demandé aux ministres de la miséricorde une préparation théologique, spirituelle, pastorale et juridique adéquate. » Ce cours entend « aider les prêtres à être de “bons dispensateurs” de la miséricorde, d’excellents pédagogues qui conduisent au Christ ». Cette attention, ajoute-t-il, « est une constante du magistère du pape François ».

Plus de 700 participants ont déjà suivi ce cours qui propose « une approche “concrète” », abordant aussi des « cas particulièrement délicats » devant lesquels peut se trouver le confesseur, explique Mgr Nykiel. Plus que de fournir « des notions de théologie et de droit », il s’agit de donner des « orientations pour accompagner concrètement les fidèles avec disponibilité, sollicitude et tendresse paternelle, vers la rencontre avec la miséricorde de Dieu ».

Le grand défi, estime le régent, est « d’aider les personnes à s’ouvrir à l’expérience de l’amour de Dieu » : dans un monde on l’on « essaie de faire sans Dieu », il faut rappeler à l’homme que Dieu n’est pas « l’ennemi de son bonheur » ni son « concurrent » mais « son plus grand partisan ».

Citant l’exhortation apostolique ‘Gaudete et exsultate’, Mgr Nykiel souligne que « le sacrement de la Pénitence est un instrument très valide pour soutenir le chemin des croyants vers la sainteté » : « La Confession peut devenir une aide pour se relever chaque fois que nous tombons ; l’antidote contre les poisons du neo-gnosticisme et du néo-pélagianisme ; un instrument pour faire grandir l’humilité et, en même temps, un canal de joie pour ce fils qui expérimente l’étreinte de tendresse du Père ; elle peut être aussi un lieu de vérité, qui alimente la mémoire reconnaissante de son histoire et le discernement quotidien. »

« Le sacrement de la Confession, conclut-il, est un chemin de sanctification non seulement pour le pénitent, mais aussi pour le confesseur, qui a la grâce de contempler quotidiennement les miracles des conversions que Dieu opère. »

About Anne Kurian

Baccalauréat canonique de théologie. Pigiste pour divers journaux de la presse chrétienne. Journaliste à Zenit depuis octobre 2011.

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel