Faire un don
P. Carmine De Palma, capture @ postocd.org/

P. Carmine De Palma, capture @ postocd.org/

Causes des saints : le p. Carmelo De Palma, prêtre italien, « héroïque »

Un « héros du confessionnal »

Les « vertus héroïques » du « serviteur de Dieu » Carmelo De Palma, prêtre italien du diocèse de Bari-Bitonto (1876-1961), ont été reconnues par le pape François lors d’une audience accordée au cardinal Angelo Becciu, le 5 mai 2020. La reconnaissance d’un miracle ouvrirait ensuite la porte à sa béatification.

Le pape a approuvé en tout la publication de cinq décrets de la Congrégation pour les causes des saints reconnaissant les « vertus héroïques » de cinq baptisés, prêtres et laïcs.

Le p. Carmelo De Palma est né le 27 janvier 1876 à Bari (Italie). Il perd très tôt ses parents et, déjà à l’âge de dix ans, il entre au séminaire de sa ville natale. Le 17 décembre 1898, il est ordonné prêtre à Naples et, le 17 juin 1900, il est nommé aumônier de la basilique de Saint-Nicolas à Bari.

À partir de 1902, il occupe différents postes dans la même basilique: secrétaire du Grand Prieur, maître de cérémonie, chancelier, gardien de la crypte, chantre et vicaire du chapitre de 1945 à 1951.

Attaché à la spiritualité bénédictine, il devient aussi le directeur spirituel des religieuses bénédictines de Santa Scolastica de Bari, ainsi que des Oblats de San Benedetto.

Il s’occupe également de l’Action catholique et de la direction spirituelle des fidèles, en particulier des prêtres et des séminaristes. « Il était infatigable dans le ministère de la confession », lit-on dans sa biographie : « Il a dépensé toute son énergie dans le ministère de confesseur et directeur spirituel, à tel point qu’il a été qualifié de ‘héros du confessionnal’. »

« J’ai une seule aspiration, écrivait p. De Palma: réaliser toujours la volonté de Dieu; remercions-le donc à chaque instant avec une foi toujours vivante, acceptant généreusement ce qui lui plaît. »

De santé fragile depuis sa jeunesse, il connaît l’aggravation de ses problèmes vers la fin de la vie.

Il est mort à Bari le 24 août 1961, d’une insuffisance cardiaque.

Particulièrement dévoué à l’Eucharistie, à la Vierge Marie, à saint Nicolas et à saint Benoît, il a également laissé « de précieux écrits d’une grande richesse spirituelle et culturelle ».

About Marina Droujinina

Journalisme (Moscou & Bruxelles). Théologie (Bruxelles, IET).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel