Faire un don
François-Xavier Nguyên Van Thuân © vanthuanobservatory.org

François-Xavier Nguyên Van Thuân © vanthuanobservatory.org

Vietnam: le cardinal Van Thuân déclaré « vénérable »

Sept décrets reconnaissant les vertus « héroïques » de sept baptisés

Le pape François a autorisé la publication de sept décrets reconnaissant les « vertus héroïques » de sept baptisés des XIXe et XXe siècles : deux cardinaux – dont le cardinal vietnamien Van Thuân – deux religieuses, deux femmes laïques et un homme laïc. Il s’agit de la première étape vers leur canonisation : la reconnaissance d’un miracle dû à leur intercession ouvrirait ensuite la porte à leur béatification.

Le pape a reçu au Vatican le préfet de la Congrégation pour les causes des saints, le cardinal Angelo Amato, le 4 mai 2017, autorisant la publication de décrets reconnaissant que ces sept baptisés ont vécu les vertus humaines et chrétiennes de façon authentique, « héroïque », selon le terme technique.

Deux cardinaux

Les deux cardinaux reconnus vénérables sont le cardinal vietnamien François-Xavier Nguyên Van Thuân (1928-2002), ancien archevêque de Saigon et ancien président du Conseil pontifical « Justice et Paix » ; et le cardinal italien Elia dalla Costa (1872-1961), ancien archevêque de Florence.

Né le 17 avril 1928 à Huê, nommé évêque de Na Thrang en 1967, François-Xavier Nguyên Van Thuân venait d’être nommé par le pape Paul VI évêque de Saigon lorsque la ville est tombée entre les mains des communistes du nord, en 1975. Il fut emprisonné dès le 15 août et longtemps laissé dans des conditions d’abandon total. Puis transféré, enchaîné, au camp de « rééducation » de Vihn Quang, il resta en isolement pendant neuf longues années

Libéré le 21 novembre 1988, François-Xavier Nguyên Van Thuân fut nommé archevêque coadjuteur de Thành-Phô Chi Minh (Saigon), par Jean-Paul II. En 1994, il fut appelé à occuper la charge de vice-président du Conseil pontifical « Justice et Paix », dont il devint le président en 1998. Il a prêché la retraite de carême à Jean-Paul II et à la curie romaine en l’An 2000. Créé cardinal lors du consistoire du 21 février 2001, il est mort le 16 septembre 2002, à Rome, après une longue maladie.

Le cardinal Elia Dalla Costa a quant à lui sauvé des centaines de juifs à l’automne 1943, lors des rafles en vue de la déportation à Auschwitz. Il a été reconnu comme « Juste parmi les Nations » par le musée de l’holocauste Yad Vashem de Jérusalem en 2012. Ordonné prêtre en 1895, puis évêque en 1923, il fut évêque de Padoue puis archevêque de Florence. Pie XI le créa cardinal en 1933.

Trois laïcs

Les trois laïcs sont deux femmes – dont une consacrée de l’Opus Dei – et un père de famille :

L’Italienne Edvige Carboni (1880-1952), mystique originaire de Sardaigne, qui vécut une vie de prière et de service des plus pauvres et des malades. Elle eut de nombreuses visions du Christ, de la Vierge Marie et de saints, et elle porta les stigmates.

L’Espagnole Maria Guadalupe Ortiz de Landázuri y Fernández de Heredia, de la Prélature de l’Opus Dei (1916-1975). Docteur en chimie, elle fut décorée par le Comité international de la Rayonne et des Fibres Synthétiques, pour sa recherche sur les fibres textiles. Au sein de l’Opus Dei, elle se dédia à la formation chrétienne notamment des jeunes.

L’Italien Alessandro Nottegar, père de famille, fondateur avec son épouse Luisa de la communauté Regina Pacis à Vérone (1943-1986). Après une mission au Brésil auprès des plus pauvres ils donnèrent l’impulsion à une vie commune entre des familles, des laïcs, des religieux et des prêtres, dans la radicalité de l’Evangile.

Deux religieuses

L’Église reconnaît aussi les vertus héroïques de deux religieuses : l’Italienne Giovanna Meneghini (1868-1918), fondatrice de la Congrégation des Sœurs ursulines du Sacré-Cœur de Marie. Dotée d’une âme d’éducatrice, elle eut une attention particulière envers les femmes.

Et Vincenza Cusmano (1826- 1894), première supérieure générale de la Congrégation des Servantes pauvres, un institut fondé par son frère Giacomo Cusmano pour prendre soin des plus démunis « du berceau à la tombe ». De famille bourgeoise, elle choisit une vie de dépouillement et de sacrifice.

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel