Faire un don
Le pape François se confesse, 4 mars 2016, Saint-Pierre, Capture CTV

Le pape François se confesse, 4 mars 2016, Saint-Pierre, Capture CTV

Misericordia et misera: avortement, Missionnaires de la miséricorde, Fraternité Saint-Pie X, décisions du pape François

«Le sacrement de la Réconciliation doit retrouver sa place centrale dans la vie chrétienne»

Le pape François prolonge des mesures déjà prises pour le Jubilé de la Miséricorde, à propos de l’avortement, de la Fraternité Saint-Pie X, des missionnaires de la miséricorde, des « 24 heures pour le Seigneur », notamment, parce que « le sacrement de la Réconciliation doit retrouver sa place centrale dans la vie chrétienne ».

Le pape annonce en effet décisions pour prolonger dans la vie de l’Eglise et dans le monde la force du Jubilé de la Miséricorde, dans sa lettre apostolique « Misericordia et misera », publiée ce 21 novembre 2016.

A propos de l’avortement

« Pour qu’aucun obstacle ne s’interpose entre la demande de réconciliation et le pardon de Dieu, je concède à tous les prêtres, à partir de maintenant, en vertu de leur ministère, la faculté d’absoudre le péché d’avortement » déclare le pape François.

Cette mesure concerne toutes les personnes ayant concouru à un avortement, pas seulement la mère de l’enfant, comme le soulignait Jean-Paul II dans sa Lettre aux femmes de 1995 : « Le choix de l’avortement, qui reste toujours un péché grave, avant même d’être une responsabilité à faire endosser par les femmes, est un crime qu’il faut mettre au compte de l’homme et de la complicité du milieu de vie » (n. 5).

Le pape rappelle la gravité de la mort d’un innocent : « Je voudrais redire de toutes mes forces que l’avortement est un péché grave, parce qu’il met fin à une vie innocente. Cependant, je peux et je dois affirmer avec la même force qu’il n’existe aucun péché que ne puisse rejoindre et détruire la miséricorde de Dieu quand elle trouve un cœur contrit qui demande à être réconcilié avec le Père. Que chaque prêtre se fasse donc guide, soutien et réconfort dans l’accompagnement des pénitents sur ce chemin particulier de réconciliation. »

Les Missionnaires de la miséricorde : un signe qui demeure

Le pape François prolonge le mandat des Missionnaires de la miséricorde qui ont le pouvoir de remettre les péchés jusqu’ici réservés au Siège apostolique, « comme signe concret que la grâce du Jubilé est toujours vivante et efficace partout dans le monde ».

Les Missionnaires de la miséricorde, qui sont un peu plus de mille, ont reçu du pape le pouvoir d’absoudre dans la confession cinq types de péchés habituellement réservés au Siège apostolique : la profanation de l’Eucharistie, la violence contre le Successeur de Pierre, l’absolution d’un complice, l’ordination d’un évêque sans mandat du pape, la violation du secret de la confession.

Sacrement de la réconciliation dans la Fraternité Saint Pie X

Le pape prolonge la « faculté » accordée pendant le Jubilé de la miséricorde aux fidèles fréquentant les messes célébrées par des prêtres de la Fraternité Saint-Pie X « de recevoir validement et licitement l’absolution sacramentelle de leurs péchés » : « Pour le bien pastoral de ces fidèles et comptant sur la bonne volonté de leurs prêtres afin que la pleine communion dans l’Église catholique puisse être recouvrée avec l’aide de Dieu, j’établis par ma propre décision d’étendre cette faculté au-delà de la période jubilaire, jusqu’à ce que soient prises de nouvelles dispositions, pour que le signe sacramentel de la réconciliation à travers le pardon de l’Église ne fasse jamais défaut à personne. »

Les 24 heures pour le Seigneur 

Le pape confirme les « 24 heures pour le Seigneur », parmi les initiatives visant à ce que le sacrement de la Réconciliation « retrouve sa place centrale dans la vie chrétienne » et « qu’aucun pénitent sincère ne soit empêché d’accéder à l’amour du Père qui attend son retour, et que la possibilité de faire l’expérience de la force libératrice du pardon soit offerte à tous ».

« La célébration de l’initiative des 24 heures pour le Seigneur, en lien avec le IVème dimanche de Carême, peut être une occasion à saisir », souligne le pape.

About Anita Bourdin

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel