Faire un don
Angélus du 17/12/2017, capture Vatican Media

Crèche 2017, capture Vatican Media

Audience générale : « La rencontre entre la misère humaine et la miséricorde divine »

Le « Gloria » et le silence de la messe

Au début de la messe, le chant du « Gloria » naît « de la rencontre entre la misère humaine » – reconnue dans l’acte pénitentiel – et « la miséricorde divine » –  proclamée dans cette hymne ancienne -, a expliqué le pape François dans sa nouvelle catéchèse sur la messe, ce mercredi 10 janvier 2017, en la salle Paul VI du Vatican.

« Frères et sœurs, de la rencontre entre la misère humaine et la miséricorde divine dans l’acte pénitentiel, naît la reconnaissance exprimée avec le «Gloria» », a fait observer le pape François.

Il a souligné le lien entre ce chant et la Nativité : « Cette hymne très ancienne reprend le chant des anges à la naissance de Jésus, la joyeuse annonce de l’étreinte du ciel et de la terre. »

C’est aussi un acte de « confiance » envers l’amour de la Sainte Trinité: « Chant de louange à Dieu le Père et à son Fils Jésus-Christ, l’Agneau qui enlève les péchés du monde, le «Gloria» est aussi une supplication confiante de la bienveillance divine qui se conclut avec la doxologie trinitaire, caractéristique de toute la célébration eucharistique. »

Le pape a ensuite commenté le silence liturgique, le recueillement, qui précède l’oraison: « Après le «Gloria», ou après l’acte pénitentiel en fonction du temps liturgique, au moyen de l’invitation «prions», le prêtre exhorte le peuple à s’unir à lui dans un moment de silence qui ouvre à l’oraison dénommée «collecte». »

Ce silence est un moyen de se rendre disponible à l’Esprit Saint, a fait remarquer le pape: « Le silence, dont le caractère dépend du moment où il intervient au cours de la Messe, permet, juste avant la collecte, de nous disposer à écouter la voix de notre cœur et surtout celle de l’Esprit Saint et de présenter au Seigneur nos intentions personnelles. »

Puis vient l’oraison: « Après ce bref moment de silence, le prêtre, dans l’attitude de l’orant, les bras étendus pour imiter le Christ sur la Croix, exprime à Dieu, au nom de tous, la prière commune qui conclut les rites d’introduction, et dont le contenu va de la louange à la supplication », a expliqué le pape.

Le pape a aussi invité à « méditer ces textes, en dehors de la Messe »: pour « apprendre à mieux [se] tourner vers Dieu ».

About Anita Bourdin

Journaliste accréditée près le Saint-Siège depuis 1995. Rédactrice en chef du service en français de ZENIT qu'elle a créé en janvier 1999.

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel