Faire un don
Vêpres du 31 décembre 2016, capture CTV

Vêpres du 31 décembre 2016, capture CTV

Au terme de l’année 2016, le pape défend les jeunes

Il plaide pour un travail « digne, libre, créatif, participatif, solidaire »

Au terme de l’année 2016, en célébrant les vêpres en la basilique Saint-Pierre, le 31 décembre, le pape François a défendu la place des jeunes dans la société. Dénonçant les contradictions d’une culture qui « idolâtre » la jeunesse mais marginalise les jeunes, il a plaidé pour leur accès au marché du travail.

Une semaine après Noël, le pape a invité à regarder la crèche et « les visages de Joseph et de Marie » : « Visages jeunes chargés d’espérance et d’aspirations, chargés de questions », a-t-il fait observer.

« On ne peut parler d’avenir, a poursuivi le pape, sans contempler ces visages jeunes et assumer la responsabilité, (…) la dette que nous avons envers eux. Parler d’une année qui finit c’est nous sentir invités à penser comment nous nous sommes intéressés à la place que les jeunes ont dans notre société ».

Le pape François a pointé du doigt les contradictions inhérentes à la culture actuelle qui « idolâtre la jeunesse cherchant à la rendre éternelle » mais condamne les jeunes « à ne pas avoir d’espace de réelle insertion » : « nous les avons lentement marginalisés de la vie publique, les obligeant à émigrer ou à mendier des occupations qui n’existent pas ou qui ne leur permettent pas de se projeter dans un lendemain ».

Une société comparable à l’aubergiste de Bethléem « qui devant le jeune couple disait: ici il n’y a pas de place. Il n’y avait pas de place pour la vie, pour l’avenir ». Ainsi « nous attendons d’eux et exigeons qu’ils soient ferment d’avenir, mais nous les discriminons et les ‘condamnons’ à frapper à des portes qui de plus demeurent fermées ».

Un travail digne et honnête

Le pape François a spécialement plaidé pour l’accès des jeunes à l’emploi : « Nous avons privilégié la spéculation au lieu de travaux dignes et honnêtes qui leur permettent d’être des protagonistes actifs dans la vie de notre société ». Et d’appeler à « aider nos jeunes à retrouver, ici sur leur terre, dans leur patrie, des horizons concrets d’un avenir à construire ».

« Ne nous privons pas de la force de leurs mains, de leurs esprits, de leurs capacité de prophétiser les rêves de leurs anciens, a exhorté le pape. Si nous voulons viser un avenir qui soit digne d’eux, nous ne pourrons l’atteindre qu’en pariant sur une vraie inclusion : celle que donne le travail digne, libre, créatif, participatif et solidaire ».

« Regarder la crèche, a conclu le pape, nous provoque à aider nos jeunes pour qu’ils ne se laissent pas décevoir devant nos immaturités, et les stimuler afin qu’ils soient capables de rêver et de lutter pour leurs rêves. Capables de grandir et de devenir pères et mères de notre peuple ».

La liturgie des premières vêpres de la solennité de sainte Marie Mère de Dieu – 1er janvier – a été suivie par l’exposition du Saint Sacrement, par le traditionnel chant du «Te Deum», en action de grâce pour l’année civile écoulée, et par la bénédiction eucharistique. Le pape devait ensuite aller se recueillir devant la crèche de la place Saint-Pierre.

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel