Faire un don
Angélus du 24 février 2019, capture Vatican Media

Angélus du 24 février 2019, capture Vatican Media

Angélus : renverser le discours négatif, c’est la révolution de la miséricorde

« Rien de plus grand et de plus fécond que l’amour » (Traduction intégrale)

Critiquant les « collectionneurs d’injustices », qui se souviennent seulement des torts qu’ils ont subi, le pape François invite à « se souvenir des bonnes choses » : « Renverser le discours, c’est la révolution de la miséricorde », affirme-t-il à l’angélus de ce 24 février 2019.

Depuis la place Saint-Pierre où il présidait la prière mariale, le pape a exhorté à aimer ses ennemis : « Ce n’est pas optionnel, c’est un commandement… La logique de l’amour, qui culmine dans la Croix du Christ, est distinctive du chrétien. » « Jésus, a-t-il ajouté, veut que l’amour de Dieu triomphe dans tout cœur sur la haine et la rancœur. »

« Si nos cœurs s’ouvrent à la miséricorde, si se scelle le pardon par une étreinte fraternelle et si se resserrent les liens de la communion, nous proclamons face au monde qu’il est possible de vaincre le mal par le bien », a poursuivi le pape.

Et de souligner : « Il n’y a rien de plus grand et de plus fécond que l’amour : il confère à la personne toute sa dignité, alors que la haine et la vengeance, au contraire, la diminuent, défigurant la beauté de la créature faite à l’image de Dieu. »

Voici notre traduction de sa méditation.

Méditation du pape avant l’angélus

Chers frères et sœurs, bonjour !

L’Evangile de ce dimanche (cf. Lc 6,27-38) concerne un point central et caractéristique de la vie chrétienne : l’amour des ennemis. Les paroles de Jésus sont nettes : «Je vous le dis, à vous qui m’écoutez : Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent. Souhaitez du bien à ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous calomnient.» (vv. 27-28). Ce n’est pas optionnel, c’est un commandement. Ce n’est pas pour tout le monde, mais pour les disciples, que Jésus appelle “vous qui m’écoutez”. Il sait très bien qu’aimer ses ennemis va au-delà de nos possibilités, mais c’est pour cela qu’il s’est fait homme : non pas pour nous laisser comme nous sommes, mais pour nous transformer en hommes et femmes capables d’un amour plus grand, celui de son Père et notre Père. C’est l’amour que Jésus donne à qui “l’écoute”. Et alors cela devient possible ! Avec Lui, grâce à son amour, à son Esprit, nous pouvons aimer même celui qui ne nous aime pas, même celui qui nous fait du mal.

De cette façon, Jésus veut que l’amour de Dieu triomphe dans tout cœur sur la haine et la rancœur. La logique de l’amour, qui culmine dans la Croix du Christ, est distinctive du chrétien et nous conduit à aller à la rencontre de tout le monde avec un cœur de frères. Mais comment est-il possible de dépasser l’instinct humain et la loi mondaine de la rétorsion ?  Jésus donne la réponse dans le même extrait évangélique : « Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux » (v. 36). Celui qui écoute Jésus, celui qui s’efforce de le suivre même si cela coûte, devient enfant de Dieu et commence à ressembler vraiment au Père qui est dans les cieux. Nous devenons capables d’actes que nous n’aurions jamais pensé pouvoir dire ou faire, et même qui nous auraient fait honte, mais qui à présent au contraire nous donnent joie et paix. Nous n’avons plus besoin d’être violents, en paroles et en gestes ; nous nous découvrons capables de tendresse et de bonté ; et nous sentons que tout cela ne vient pas de nous, mais de Lui ! Aussi nous ne nous en vantons pas, mais nous en sommes seulement reconnaissants.

Il n’y a rien de plus grand et de plus fécond que l’amour : il confère à la personne toute sa dignité, alors que la haine et la vengeance, au contraire, la diminuent, défigurant la beauté de la créature faite à l’image de Dieu.

Ce commandement, de répondre à l’insulte et au tort par l’amour, a généré dans le monde une nouvelle culture : la « culture de la miséricorde » – et nous devons bien l’apprendre et bien la pratiquer – cette « culture de la miséricorde, qui donne naissance à une véritable révolution » (Lett. ap. Misericordia et misera, 20). C’est la révolution de l’amour, dont les protagonistes sont les martyrs de tous les temps. Et Jésus nous assure que notre comportement, empreint d’amour envers tous ceux qui nous font du mal, ne sera pas vain. Il dit : « Pardonnez, et vous serez pardonnés. Donnez, et l’on vous donnera […], car la mesure dont vous vous servez pour les autres servira de mesure aussi pour vous » (vv. 37-38). C’est beau, cela : ce sera beau, ce que Dieu nous donnera si nous sommes généreux et miséricordieux. Nous devons pardonner parce que Dieu nous a pardonné et nous pardonne toujours. Si nous ne pardonnons pas totalement, nous ne pouvons pas prétendre à être pardonnés. Au contraire, si nos cœurs s’ouvrent à la miséricorde, si le pardon se scelle par une étreinte fraternelle et si les liens de la communion se resserrent, nous proclamons face au monde qu’il est possible de vaincre le mal par le bien.

Parfois il est plus facile pour nous de nous souvenir des torts et des maux que l’on nous a faits, et non des bonnes choses. Au point qu’il y a des gens qui ont cette habitude – cela devient une maladie : ils sont collectionneurs des injustices. Ils se souviennent seulement des mauvaises choses qu’on leur a faites. Et cela n’est pas un chemin. Nous devons faire le contraire, dit Jésus : se souvenir des bonnes choses. Et quand quelqu’un vient en médisant, en parlant mal de l’autre, il faut dire « oui, peut-être, mais il a ceci de bon ». Renverser le discours, c’est la révolution de la miséricorde.

Que la Vierge Marie nous aide à nous laisser toucher le cœur par cette sainte parole de Jésus, brûlante comme le feu, qui nous transforme et nous rend capables de faire du bien sans retour, en témoignant partout de la victoire de l’amour.

Traduction de Zenit, Anne Kurian

About Anne Kurian

Baccalauréat canonique de théologie. Pigiste pour divers journaux de la presse chrétienne. Journaliste à Zenit depuis octobre 2011.

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel