L'Espagne regorge de trésors mobiliers et immobiliers © Archive

L'Espagne regorge de trésors mobiliers et immobiliers © Archive

L’Église catholique contribuera à hauteur 3 % du PIB de l’Espagne en 2024 

Print Friendly, PDF & Email

Grâce à son patrimoine culturel

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

Les biens d’intérêt culturel et les festivités religieuses d’intérêt touristique auront un impact en 2024 et représenteront 3 % du PIB de l’Espagne, selon les données économiques publiées par les évêques.

L’impact de l’activité culturelle de l’Église en Espagne s’élève à 3 % du produit intérieur brut du pays, selon les données du rapport d’activité annuel de l’Église.

Le contexte économique du pays sera marqué en 2024, selon les analystes, par une augmentation du coût du logement et de l’inflation de l’ordre de 4 %. De plus, les dépenses publiques auront un impact sur les impôts de la population, et les activités de l’Église seront une bouée de sauvetage pour l’économie et les finances.

Les édifices religieux, les institutions ou les fêtes religieuses ont également un impact sur les domaines culturels, sociaux et éducatifs. Le secrétaire adjoint aux affaires économiques de la Conférence épiscopale espagnole, Fernando Giménez Barriocanal, et la directrice du portail de la transparence, Ester Martín, ont affirmé que le patrimoine de l’Église est d’une « grande richesse » pour l’Espagne.

Les données du rapport d’activité de l’Église, publié en décembre 2023, soulignent la contribution du patrimoine culturel de l’Église à la création de 225 000 emplois directs, indirects et associés. Les actifs immobiliers stables ont généré à eux seuls 22 620 millions d’euros pour le PIB national.

La grande œuvre sociale de l’Église a bénéficié à 4 millions de personnes en 2022. Au-delà de son travail d’évangélisation, avec lequel elle continuera à soutenir et à encourager les fidèles face aux contraintes personnelles et aux incertitudes sociales, les biens d’intérêt culturel et les fêtes religieuses d’intérêt touristique de l’Église équivaudront à plus de 3 % du PIB de l’Espagne, selon les données économiques publiées par les évêques.

Le rapport préparé par le cabinet d’audit KPMG en 2014 fournit un pourcentage que la Conférence épiscopale espagnole prévoit chaque année, créé « à partir d’un modèle d’entrée-sortie pour calculer l’impact indirect et induit ».

Ce pourcentage est établi en croisant les données d’un échantillon de 140 festivals religieux à travers l’Espagne, l’accès aux cathédrales et aux sites du patrimoine mondial de l’UNESCO et aux sites d’intérêt culturel, ainsi que des estimations sur l’hébergement, la nourriture, les achats, les loisirs, l’emploi et les impôts générés. L’impact prévu sur le PIB reste inchangé pour l’année 2024.

Si nous analysons le flux économique des pèlerinages, des célébrations de la Semaine Sainte et des fêtes populaires à caractère religieux, qui ont une valeur spirituelle incalculable, ils ont généré économiquement en 2022, par exemple, 9 896 millions d’euros et près de 134 000 emplois promus, une estimation qui sera similaire en 2024.

L’investissement des diocèses espagnols au cours des 10 dernières années a été de 608 millions d’euros pour l’entretien, la construction et la réhabilitation de leur patrimoine culturel. Cet investissement a un impact positif sur le revenu des familles espagnoles, en particulier dans les zones rurales. Il est significatif que le seul bien d’intérêt culturel dans 500 municipalités espagnoles se trouve dans les bâtiments ecclésiastiques : sanctuaires, chapelles, universités ou monastères. Il est intéressant de noter que sur les 18 000 biens d’intérêt culturel du pays, 3 161, soit 17 % du total, appartiennent à l’Église.

Un autre fait est le dynamisme économique produit par les 420 fêtes religieuses d’intérêt touristique national ou international, dont les recettes sont décisives pour le développement du tourisme, des loisirs et de l’hôtellerie, en particulier dans les régions dépeuplées et désindustrialisées.

Les répercussions économiques du patrimoine culturel de l’Église en Espagne est très élevé. Il suffit de le comparer à l’activité du cinéma espagnol, qui a généré un impact estimé à 0,7 % du PIB en 2022, selon le ministère de la culture. L’activité culturelle de l’Église est tout aussi importante, sans compter les retombées de son œuvre éducative, sociale et pastorale, qui représentera plus de trois fois le montant produit par l’industrie cinématographique en 2024. Si l’on ajoute l’impact de l’amélioration sociale créée par l’activité d’évangélisation de l’Église, qui ne peut être calculée en termes économiques, sa contribution au pays est inestimable.

Fernando Giménez Barriocanal, trésorier de la Conférence épiscopale espagnole, a rappelé les finalités des biens culturels de l’Église, même si « la finalité principale est la finalité religieuse ». La reconnaissance et l’appréciation du rôle culturel et éducatif, avec son « important impact social et économique », méritent une réflexion sur le soutien que cette institution mérite, ne serait-ce que du point de vue de la vie sociale. Il suffit de souligner les 134 000 emplois générés par les activités de conservation et d’entretien du patrimoine religieux en Espagne.

 

Share this Entry

Rédaction

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel