Le travail du curé est fondamental pour l’humanité, estime Benoît XVI

Print Friendly, PDF & Email

Rencontre avec les prêtres du diocèse de Rome

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

ROME, Jeudi 5 mars 2009 (ZENIT.org) – Benoît XVI s’est encore une fois exprimé sur la crise économique, estimant que les « bons modèles économiques » ne peuvent créer « à eux seuls la justice dans le monde ». En ce sens, le travail du curé est « fondamental » car il participe à créer la « justice dans les cœurs ».

Le pape a rencontré les prêtres du diocèse de Rome, le 26 février.

« De bons modèles économiques sont nécessaires, mais ne peuvent créer à eux seuls la justice dans le monde », a ainsi estimé le pape. « La justice ne peut se réaliser qu’avec des hommes justes ». « Et ceux-ci n’existent pas s’il n’y a pas le travail humble, quotidien, pour convertir les cœurs », a poursuivi Benoît XVI.

« Voilà pourquoi le travail du curé est si fondamental, pas seulement pour la paroisse, mais aussi pour l’humanité ». « Parce que s’il n’y a pas d’hommes justes, comme je l’ai dit, la justice demeure abstraite », a-t-il indiqué. « Et on ne réalise pas de bonnes structures, si l’égoïsme de personnes, même compétentes, s’y oppose ».

« S’il n’y a pas de justes, il n’y a pas non plus de justice », a repris le pape. « Voici pourquoi la formation à la justice est un objectif prioritaire, voire même la priorité ».

« Notre travail, humble, quotidien, est fondamental pour atteindre les grands objectifs de l’humanité », a encore estimé Benoît XVI qui a souligné l’importance d’« oeuvrer ensemble à tous les niveaux ». « L’Eglise universelle a le devoir de dénoncer, mais aussi d’annoncer ce qu’on peut faire et comment on peut le faire ».

Le pape a aussi invité « les conférences épiscopales et les évêques » à « agir ». « Nous avons tous le devoir d’éduquer à la justice ». « Il me semble qu’aujourd’hui encore, le dialogue d’Abraham avec Dieu reste vrai et réaliste (Gn, 18, 22-33), lorsque le premier dit : vas-tu vraiment détruire la ville ? Peut-être y a-t-il cinquante justes dans la ville ! Peut-être dix justes. Et dix justes sont suffisants pour que la ville survive ».

« Aujourd’hui, s’il manque dix justes, avec toute la doctrine économique du monde, la société ne survivra pas », a ajouté le pape. « C’est pourquoi nous devons tout faire pour former et garantir au moins dix justes, mais si possible beaucoup plus ». « Précisément avec notre annonce, faisons en sorte qu’il y ait un grand nombre de justes, que la justice soit vraiment présente dans le monde », a-t-il conclu.

Share this Entry

ZENIT Staff

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel