Journée mondiale de la femme : "L’éternel féminin", par Janine Hourcade

Print Friendly, PDF & Email

CITE DU VATICAN, Mercredi 25 février 2004 (ZENIT.org) – A l’occasion de la publication de son nouveau livre « L’Eternel féminin », Janine Hourcade sera l’invitée d’un « café littéraire » organisé à Rome par le centre culturel Saint-Louis de France le jeudi 8 mars. L’auteur évoque cette Journée pour les lecteurs de Zenit.

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

Zenit : Janine Hourcade, vous êtes l’auteur de plusieurs livres sur la femme. Le 8 mars, les Nations unies nous invitent à célébrer la Journée mondiale de la femme: quel sens chrétien donner à cette journée?

Janine Hourcade: Ce jour-là, tout chrétien, qu’il soit simple citoyen ou responsable politique, se doit d’accorder amour et attention aux femmes, celles qui sont proches comme épouses, mères, sœurs, administrées, citoyennes, et celles qui lui sont le plus éloignées dans l’espace et par la race. Et surtout, le chrétien s’acquittera de ce devoir à l’image de Jésus qui a montré tant de considération et de bienveillance aux femmes.

Zenit : Vous venez de publier un nouveau livre sur la femme: si vous deviez le résumer en quelques phrases, que diriez-vous?

Janine Hourcade: Mon livre, « L’éternel féminin. Femmes mystiques », débute par une réflexion sur l’Eternel féminin, expression dont Goethe est le père et qu’il définit ainsi: « Et l’éternel féminin/Toujours plus haut nous attire ». A la lumière de l’Eternel féminin, les femmes d’exception qui jalonnent l’histoire de l’Eglise, de sainte Geneviève à Mère Teresa, représentent des types de féminité accomplie. Et leur féminité ne les a pas empêchées de jouer des rôles politiques, sociaux, ecclésiaux et spirituels de premier plan. Elles sont pour nous une leçon magistrale qui démontre que la femme n’a pas besoin d’être prêtre ou d’avoir un pouvoir hiérarchique, pour jouer un rôle majeur dans l’Eglise et le monde. Vains sont donc le combat et les rancœurs à ce sujet.

Zenit : Jean-Paul II vient de fêter ses 25 ans de pontificat: qu’est-ce qui vous a le plus frappé dans l’enseignement de Jean-Paul II sur la femme depuis « Mulieris Dignitatem » jusqu’à sa Lettre aux femmes de 1995, et ses différents gestes, par exemple de donner trois femmes comme co-patronnes de l’Europe, le 1er octobre 1999?

Janine Hourcade: Il y a tant à dire sur l’enseignement de Jean-Paul II sur la femme! Toute femme devrait en être éperdue de reconnaissance. Il y a la proclamation de la dignité de la femme, la foi sans limite dans le « génie de la femme », qu’il a exprimé dans des textes officiels, mais aussi en privé: la première fois qu’il a utilisé l’expression c’est devant Maria Antonietta Macciochi, professeur d’université et député européen marquée par le marxisme et le féminisme. Et comment, nous, femmes du XXIe siècle, ne sommes-nous pas frappées et séduites par le défi qu’il nous lance: celui d’un Nouveau Féminisme, loin d’un militantisme mortifère, loin aussi de la soumission servile au patriarche.

© Tous droits réservés
———————–

« L’Eternel féminin. Femmes mystiques » est publié aux Ed. Le Carmel avec une préface du card. Paul Poupard.

Janine Hourcade a fait une carrière de professeur de lettres. Elle est docteur en théologie et sa thèse de doctorat, publiée en 1986, a pour titre: « La femme dans l’Eglise ». En 1990, un autre ouvrage de l’auteur posait la question: « L’Eglise est-elle misogyne? ». En 1992, l’auteur demandait: « Pourquoi la femme? », en 1993: « Des femmes prêtres? ». En 1997, elle a publié: « Une vocation féminine retrouvée », et en 2002 « Sainte Geneviève », à l’occasion des célébrations, civiles et religieuses, à Paris et à Nanterre, en l’honneur de celle qui a « sauvé Paris » (préface du card. Paul Poupard).

Share this Entry

ZENIT Staff

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel