Faire un don
Basilique Santa Sofia (Rome) @ Creative commons (AR)

Basilique Santa Sofia (Rome) @ Creative commons (AR)

Ukrainiens: visite du pape François à la basilique grecque-catholique Santa Sofia

Le pape connaît la liturgie grecque-catholique ukrainienne

Le pape François se rendra en visite à la basilique ukrainienne grecque-catholique Santa Sofia de Rome (nord-ouest, sur la via Boccea), dimanche 28 janvier 2018, à 16h, indique le directeur de la salle de presse du Vatican, Greg Burke.

Le pape aura auparavant célébré la messe à Sainte-Marie-Majeure, le matin, et présidé l’angélus, à midi.

Il précise que le pape a été invité par l’archevêque majeur de Kiev-Halic des Ukrainiens, Sviatoslav Shevchuk. Le pape rencontrera à cette occasion la communauté grecque-catholique ukrainienne de son diocèse de Rome: il a lui-même appris « à assister à la messe en rite ukrainien », comme il l’a raconté récemment au collège ukrainien de Rome.

La liturgie grecque-catholique ukrainienne

Le pape François a reçu en audience au Vatican la communauté du Collège pontifical ukrainien de Saint Josaphat à Rome, jeudi 9 novembre 2017.

« Aimez et gardez vos traditions, mais en évitant toute forme de sectarisme », a demandé le pape François aux prêtres et séminaristes du Collège pontifical.

Il avait évoqué un souvenir personnel d’un saint prêtre ukrainien: « Et je ne voudrais pas terminer sans rappeler une personne qui m’a fait du bien quand j’étais dans la dernière classe élémentaire, en 1949. La majorité d’entre vous n’était pas née ! C’est le père Stefan Czmil, qui a été ensuite consacré évêque en secret ici, à Rome, par l’archevêque majeur de l’époque. Il célébrait là la messe, il n’y avait pas de communauté ukrainienne proche et il avait quelques personnes qui l’aidaient. J’ai appris de lui à assister à la messe en rite ukrainien. Il m’a tout enseigné. Deux fois par semaine, c’était à moi de l’aider. Cela m’a fait du bien, parce que cet homme parlait des persécutions, des souffrances, des idéologies qui persécutaient les chrétiens. Et puis il m’a enseigné à m’ouvrir à une liturgie différente, que je conserve toujours dans mon cœur pour sa beauté. Quand j’étais à Buenos Aires, Shevchuk m’avait demandé des témoignages pour ouvrir le procès de canonisation de cet évêque ordonné en secret. Je voulais l’évoquer aujourd’hui parce que c’est justice de remercier devant vous pour le bien qu’il m’a fait. Merci. »

Rencontre à Buenos Aires

En effet, le pape Bergoglio et l’archevêque Sviatoslav Shevchuk se connaissent bien: le 14 janvier 2009, Benoît XVI confirmait le choix du synode des évêques de l’église grecque-catholique ukrainienne de le nommer évêque auxiliaire de l’éparchie Santa María del Patrocinio à Buenos Aires (Argentine) où le cardinal Bergoglio était archevêque.

Le 10 avril 2010, lorsque Mgr Miguel Mykycej éparque de Santa María del Patrocinio se retirait, et  son auxiliaire était nommé administrateur apostolique de l’éparchie: il y restera jusqu’en 2011, année où il deviendra  archevêque de Kiev et président du synode l’église grecque-catholique ukrainienne: il avait quarante ans!

Il a participé au synode de 2012 sur la nouvelle évangélisation et à celui de 2014 sur la famille, en tant que primat de l’Église gecque-catholique ukrainienne.

Il avait exprimé sa volonté de « cheminer ensemble avec les orthodoxes », déclare au lendemain de la rencontre du pape François et du patriarche russe Kirill le 12 février 2014 à La Havane (Cuba).

Radio Vatican (Cyprien Viet) rappelle que « depuis le début de son pontificat, le Pape François a multiplié les appels à la solidarité pour le peuple ukrainien, alors que la guerre du Donbass, dans l’est du pays, a fait plus de 10 000 morts, 22 000 blessés et deux millions de réfugiés depuis le déclenchement des hostilités entre les forces pro-gouvernementales et les séparatistes pro-russes il y a cinq ans ».

« Au printemps 2016, le pape avait demandé à toutes les paroisses d’Europe d’organiser des quêtes au profit des Ukrainiens. Environ 12 millions d’euros avaient été récoltés, permettant d’apporter un soutien aux familles victimes du conflit », précise la même source.

Le cardinal secrétaire d’Etat Pietro Parolin s’est lui-même rendu sur place pour contribuer à l’organisation de la distribution des aides, comme l’avait annoncé le nonce, Mgr Claudio Gugerotti.

Avec une traduction d’Hélène Ginabat

About Anita Bourdin

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel